Jeux vidéo : l’Arabie saoudite part à la conquête de l’e-sport

L’Arabie souhaite être le nouvel eldorado de l’e-sport, domaine dans lequel elle investit depuis quelques années à grand coup de milliards. Le royaume espère même rivaliser avec de grandes nations du sport électronique comme la Chine, la Corée du Sud ou les États-Unis.

Ce mois de septembre, Riyad accueille « Next World », le forum international des jeux d’e-sport. Des champions de la discipline s’affrontent sur le populaire jeu de tir PUBG, le tout suivi par une foule de spectateurs réunis devant un écran géant. Cette compétition fait partie de Gamers8, l’un des plus grands événements internationaux d’e-sport.

Le tournoi organisé dans la capitale saoudienne, dont la dotation globale s’élève à 3 millions de dollars, met en lumière les ambitions de cette riche monarchie pétrolière du Golfe : devenir un géant du secteur et rivaliser avec des puissances comme la Corée du Sud, la Chine et les USA.

Dans le cadre de son plan « Vision 2030 », l’Arabie saoudite travaille à diversifier son économie pour se préparer à l’après-pétrole. S’affirmer sur la scène des sports électroniques répond notamment aux ambitions de ce plan initié par le prince héritier du royaume Mohammed ben Salmane (MBS).

Lancée en mi-septembre, la stratégie comprend plusieurs objectifs principaux : améliorer l’expérience des joueurs (qualité de vie, divertissement), développer plus de 30 jeux compétitifs, accueillir toujours plus d’événements internationaux, augmenter les équipements, rehausser la formation ou bien créer 39 000 emplois et de nombreuses académies éducatives. Il s’agit également d’obtenir un impact économique fort, en apportant une contribution d’environ 50 millions de SAR au PIB, directement ou indirectement.

« La stratégie nationale des jeux et des sports électroniques est motivée par la créativité et l’énergie de nos citoyens et joueurs, qui sont au cœur de la stratégie. Nous répondons aux ambitions de la communauté des joueurs en Arabie saoudite et dans le monde, avec une nouvelle carrière passionnante et des opportunités de divertissement uniques ; visant à faire de l’Arabie saoudite la plaque tournante mondiale par excellence de ce secteur d’ici 2030 », a déclaré Mohammed ben Salmane.

Grand amateur de jeux vidéo, le prince héritier saoudien a créé en 2017 la fédération nationale d’e-sport. Depuis, le nombre d’équipes est passé de deux à plus de 100 dans le pays. Il faut également souligner que le marché saoudien de l’e-sport ne cesse d’augmenter dans un pays où la moitié de la population a moins de 35 ans. De plus, le secteur des jeux et des sports électroniques est celui qui connaît la croissance mondiale la plus rapide parmi tous les secteurs des médias. Il devrait atteindre 200 milliards de dollars d’ici 2023.

Le fonds souverain du royaume, Public Investment Fund (PIF) a déjà initié quelques investissements. En janvier dernier, il a notamment lancé Savvy Gaming Group, un organisme pour développer le secteur des jeux vidéo. Cette structure a déboursé 1,5 milliard de dollars pour mettre la main sur deux grands acteurs du secteur : ESL (ligue allemande d’e-sport) et FACEIT (plateforme britannique spécialisée dans les compétitions professionnelles d’e-sport).

PIF a également acheté une participation de 1 milliard de dollars dans Embracer Group (société européenne de distribution de jeux vidéo). Il détient aussi une participation de 5,01 % dans Nintendo Co (multinationale japonaise à l’origine de franchises mondialement célèbres) et même 69 % de SNK Corporation (entreprise japonaise éditrice de jeux vidéo). En plus de cela, Riyad accueillera dans un an les Global Esports Games, considérés comme l’événement phare de ce sport.

« Ce qui est incroyable, c’est que le gouvernement a mis l’e-sport en avant et au centre, alors que beaucoup de pays essaient encore de trouver un positionnement. Les investissements saoudiens sont devenus les plus élevés du monde », souligne Chester King, PDG de British Esports, la fédération britannique d’e-sport.

Les efforts du royaume et de son prince MBS visent à ce que l’Arabie saoudite devienne l’un des trois pays leaders du secteur à l’horizon 2030. Mais la route est encore longue. Selon un rapport d’Arab News, l’État du golfe compterait actuellement « plus de 500 joueurs professionnels exerçant dans le cadre de contrats officiels ». Si cette donnée dit vrai, cela placerait l’Arabie saoudite au 11e rang mondial, juste en dessous du Japon. Une position qui devrait évoluer au fil des années à venir, compte tenu des transformations sociétales en cours dans le Royaume et les moyens mis en œuvre par le gouvernement saoudien : 38 milliards de dollars doivent être investis dans les jeux vidéo et le e-sport, selon Bloomberg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest