La faute aux pharaons ? Gims accusé d’avoir fait la pub d’une arnaque NFT 

Après s’être ridiculisé devant toute la France avec ses théories fumeuses sur l’électricité dans l’Égypte antique et les « Afropéens », le rappeur Gims est à présent mêlé à une sombre affaire d’arnaque liée aux NFT. Une enquête menée par Médiapart l’accable.

Il y a quelques semaines, lors d’une interview accordée à la chaîne YouTube « Oui Hustle », le rappeur Gims s’est égaré en relayant d’étranges théories complotistes issues du milieu afro-suprémaciste.

L’ancien leader de la « Sexion d’Assaut » a notamment déclaré que les Pyramides de l’Égypte antique étaient des antennes et que la chevalerie a été inventée il y a 50 000 ans par les « Afropéens ».

Suite à ces déclarations consternantes, énoncées le plus sérieusement du monde, Gims est devenue la risée du web. D’innombrables memes et autres parodies ont vu le jour, tandis que les historiens se sont efforcés de démentir ce tissu d’âneries.

Malheureusement, la descente aux enfers de Gims n’est pas terminée. L’artiste est à présent trempé dans une affaire d’arnaques aux NFT, révélée par une enquête de Médiapart publiée le 23 avril 2023.

Plush : un projet de financement participatif abandonné

https://twitter.com/Mediapart/status/1650178815631544321?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1650178815631544321%7Ctwgr%5E7bfd3a1480e9b3ad968024f842f2069d5632cad1%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fhitek.fr%2Factualite%2Farnaque-nft-stars-francaises_41766

Tout commence en mai 2022, avec l’annonce d’un futur film d’animation intitulé « Plush ». Ce projet reposant sur le financement participatif proposait aux internautes d’investir grâce à l’achat de NFT de nounours vendus pour 1250 euros l’unité.

En échange, ils pourraient récupérer un pourcentage des bénéfices générés par le long-métrage lors de sa sortie. Ils pourraient intervenir sur l’écriture du scénario, et seraient même crédités au générique.

Du moins, c’est ce qu’on leur avait promis. Cependant, les investisseurs n’avaient pas lu le petit astérisque : le projet ne se concrétisera que si les 50 000 NFT étaient écoulés et que les 60 millions d’euros sont récoltés.

Or, cet objectif n’a pas été atteint. Et depuis neuf mois, les organisateurs ne donnent plus aucune nouvelle.

Au total, plus de 700 investisseurs seraient tombés dans le panneau pour une perte cumulée de 1,5 million de dollars.

plush nft

Gims et Kev Adams accusés d’avoir fait la promotion

Il pourrait s’agir d’une simple escroquerie parmi tant d’autres dans l’univers des NFT. Sauf que plusieurs artistes ont participé à l’entourloupe en acceptant de faire la promotion de l’initiative sur les réseaux sociaux…

Parmi les vedettes impliquées, on compte Gims, mais aussi l’actrice Camille Lellouche ou encore l’humoriste Kev Adams.

Ce dernier avait été jusqu’à se filmer en live sur Instagram aux côtés d’un ours en peluche. Il avait fait miroiter à son audience un retour sur investissement de « six à sept fois ce que vous mettez en 24 mois ».

Un an plus tard, les artistes ayant trempé dans cette sombre affaire restent muets. À croire que rien de tout cela n’est jamais arrivé…

La communication autour du film a totalement cessé, et il n’est plus possible d’acheter les NFT de nounours.

Pire encore : l’entreprise derrière le projet, Illuminart, n’existe tout simplement plus. Sa licence commerciale a expiré en février 2023 et n’a pas été renouvelée.

Notons que le studio était immatriculé à Dubaï. L’homme d’affaires Fabien Tref, également impliqué, est d’ailleurs proche de la communauté controversée des « influenceurs » de l’Émirat.

Ce businessman fait aussi partie de l’entourage de Kev Adams. Il est donc possible que le comédien soit directement à l’origine de cette arnaque, mais c’est la justice française qui devra le déterminer…

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *