Cloud en 2023

Cloud en 2023 : découvrez les prédictions de l’industrie

Davantage d’organisations et de gouvernements à travers le monde se sont sentis à l’aise avec l’idée d’exécuter leurs charges de travail sur le cloud en 2022. Voici des prédictions cloud à surveiller en 2023.

Le cloud est aujourd’hui incontournable. Il constitue l’infrastructure par défaut pour de nombreuses charges de travail de données. Mais des fissures apparaissent dans les murs du cloud, en raison des surcoûts et de la peur de la dépendance. Voilà quelques-unes des préoccupations partagées par les experts du secteur lorsqu’ils prédisent ce que l’année 2023 apportera.

Optimisation des coûts du cloud

La plupart des responsables techniques se préoccupent des coûts du cloud. Selon Jonathan Symonds, CMO du fournisseur de stockage objet MinIO, cela conduira inévitablement à un retour sur site de nombreuses charges de travail. « Pour les charges de travail connues, on va assister à une forte tendance au rapatriement. Cette tendance a été observée chez nos clients », explique Jonathan Symonds. «

Les utilisateurs se dirigent vers le cloud pour l’agilité du développeur, pour l’élasticité et pour la flexibilité. Après avoir déterminé ces critères, ils cherchent à optimiser les tarifs ce qui se traduit généralement par une réduction des coûts. Cette optimisation va faire une énorme vague à venir.

Une stratégie multi-cloud

En 2023, avoir une stratégie multi-cloud sera important, déclare Haoyuan Li, fondateur et PDG d’Alluxio. Comme de plus en plus d’organisations font évoluer leurs stratégies de données en 2023, l’adoption d’une infrastructure de données multi-cloud deviendra la nouvelle norme. Les entreprises devraient adopter cette tendance pour s’assurer que leurs applications de cloud sont compatibles avec tous les fournisseurs de cloud », prédit Haoyuan Li.

Si le cloud public a catalysé la croissance d’innombrables entreprises, les incertitudes économiques mondiales amèneront les grandes organisations à recalibrer leurs stratégies de cloud. Elles doivent mettre davantage l’accent sur l’optimisation des coûts, notamment la réduction des coûts de sortie. L’accent sera mis sur le retour sur investissement et le coût total de possession de leur infrastructure, qu’elle soit dans le cloud, sur site, ou les deux. »

Une stratégie axée sur le cloud

Le concept axé sur le cloud sera un bon pari pour 2023, selon Forrester, tout comme le fait de passer au cloud-native. En fait, 40 % des entreprises adopteront une stratégie cloud-native-first en 2023, indique le groupe d’analystes.

« Les décideurs du cloud ont mis en œuvre des applications conteneurisées et elles représentent la moitié du total dans leurs organisations. Plutôt que d’injecter des ressources dans des machines virtuelles, les organisations accélèrent leurs investissements dans Kubernetes. Ce dernier servira d’épine dorsale de calcul distribué pour les applications actuelles ainsi que pour les nouvelles charges de travail. »

En 2023, les dirigeants de la technologie reconnaîtront qu’avoir une stratégie axée sur le cloud a du sens, mais pas une stratégie uniquement sur le cloud.

L’hébergement sur site a une utilité et un but, et il fonctionne dans le cadre d’un modèle financier plus traditionnel. Cependant, il faut choisir ce qui convient le mieux à son industrie, à ses compétences et à ses capacités. Migrer vers le cloud ou vers le on-prem pour économiser de l’argent nécessite un investissement, car il s’agit dans les deux cas d’une expertise de niche.

En 2023, les entreprises doivent suivre une stratégie axée sur le cloud, et non une stratégie basée uniquement sur le cloud. »

Un environnement hybride pour sécurité maximale

Vous souhaitez bénéficier d’une sécurité maximale dans un monde hybride en 2023 ? Bien sûr que oui. Dans ce cas, vous devrez être sur le cloud public, déclare Phil Venables, CISO de Google Cloud.

Les environnements sur site ne peuvent pas maintenir le même niveau de sécurité par défaut que les environnements cloud dans le monde hybride d’aujourd’hui.  La sécurité de base du cloud, associée à la configuration protégée d’une organisation, sera plus forte que ce que tout environnement sur site peut offrir. Avoir un produit open source gratuit, c’est bien tout comme avoir une offre de logiciel-service (SaaS). Mais avoir à la fois un logiciel libre et un SaaS , c’est la recette du succès, estime Nima Negahban, PDG et cofondateur de Kinetica.

Lorsque les logiciels libres ont fait leur apparition sur la scène de l’analyse des données, l’intérêt et l’adoption sont montés en flèche. De nombreuses entreprises ont invoqué les avantages de la rentabilité, de la rapidité et de l’agilité, de la communauté. La plupart des entreprises ont appris que de nombreux projets nécessitent une mise en place, une intégration et une maintenance importantes. Cela a ralenti à la fois l’innovation et la migration vers le cloud. Les modèles SaaS continueront à tenir leur promesse de rapidité et d’agilité, tout en réduisant les coûts de commutation.   

Le “tsunami vert” frappera en 2023

La voie vers la durabilité passera par le cloud, déclare Lloyd Adams, président de SAP North America.

“Les chefs d’entreprise se sont traditionnellement concentrés sur les indicateurs de performance supérieurs et inférieurs. Mais les demandes changeantes des consommateurs et des réglementations gouvernementales pousseront les entreprises vers des pratiques plus vertes. Les entreprises considèreront de plus en plus leur ligne verte comme l’indicateur principal de leur réussite commerciale durable à long terme.

En conséquence, davantage d’entreprises tireront parti de l’efficacité du cloud pour atteindre leurs objectifs de développement durable en 2023. Elles mettent l’accent non seulement sur la réalisation de performances financières, mais également sur la gestion d’un impact environnemental et social positif grâce à leurs mesures de durabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest