Accueil > Sécurité > Google et Facebook bientôt forcés d’avouer la valeur des données ?
loi valeru données

Google et Facebook bientôt forcés d’avouer la valeur des données ?

Deux législateurs américains proposent une loi  » DASHBOARD « . Celle-ci forcerait les géants du web à calculer et à révéler la valeur des données personnelles qu’ils collectent, dans un souci de transparence.

Vos données personnelles sont bien plus précieuses que vous ne l’imaginez. Pendant de nombreuses années, les géants de la tech comme Google et Facebook ont laissé croire aux internautes que leurs services étaient  » gratuits « . En réalité, au lieu de payer avec leur argent, les consommateurs payent avec leurs données.

Or, le manque de transparence empêche aux utilisateurs de savoir avec précisions quelles informations ils fournissent, avec qui elles sont partagées, et surtout combien valent ces données pour les entreprises qui les collectent. Pour remédier à ce problème, les législateurs américains Mark Warner, sénateur Démocrate de Virginie, et Josh Hawley, sénateur Républicain du Missouri, viennent de présenter une nouvelle loi : le Designing Accounting Safeguards to Help Broaden Oversight And Regulations on Data (DASHBOARD).

Cette loi concernerait les fournisseurs de services cumulant plus de 100 millions d’utilisateurs actifs par mois. Elle impacterait donc uniquement les géants du web tels que Google, Facebook et Amazon. Ces entreprises seraient contraintes de révéler quelles données personnelles elles collectent et comment ces données sont utilisées.

La loi DASHBOARD obligerait les entreprises à calculer la valeur des données et à la révéler

En outre, elles auraient pour obligation de fournir un rapport annuel indiquant la valeur totale des données collectée en interne ou par le biais de tiers. Si la loi est votée, la SEC serait chargée de développée une méthodologie pour calculer la valeur des données.

Si la loi est votée, les consommateurs seraient également en mesure d’exiger la suppression de leurs données. On pourrait donc parler d’un RGPD à l’américaine, visant à rendre aux consommateurs le contrôle de leurs informations et à garantir une meilleure protection des données et une transparence accrue.

Cependant, la notion de calcul de la valeur des données est totalement inédite. Elle rejoint la proposition faite par le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, de forcer les GAFAM à verser aux internautes un dividende sur les revenus générés grâce à leurs données

Grâce à cette loi, les consommateurs seront en mesure de comprendre la vraie valeur des données qu’ils fournissent aux entreprises et seront sans doute tentés de demander leur pourcentage. De plus, cette mesure stimulerait la compétition et permettrait aux régulateurs d’identifier les pratiques potentiellement anti-concurrentielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend