meta watermark

Meta veut imposer une watermark sur les images IA : bientôt obligatoire partout ?

Une watermark sur les images IA, tel est l’objectif de Meta en ces débuts d’année. Cette approche mettra fin à la diffusion de fausses informations sur les réseaux sociaux. Effectivement, cette situation nuit considérablement à la réputation des victimes. Taylor Swift a récemment fait les frais de ce contenu deepfakes, qui se propagent à une vitesse grand V sur la toile.

L’IA innove, se développe, et peut même imiter les images réelles. C’est une avancée importante pour certains. Pour d’autres, cette tendance représente une menace. En effet, il est plus facile de créer des contenus réalistes avec une intelligence artificielle performante. Et ces contenus posent problème. Les personnes malveillantes peuvent les utiliser pour propager de fausses informations. Meta veut ainsi prendre les devants, en imposant une watermark à toutes les images générées par l’IA. 

« Imagined with AI » le watermark de Meta

Désormais, toutes les images créées à partir de l’IA de Meta auront ce filigrane. C’est le moyen le plus efficace pour lutter contre les contenus deepfakes sur ses plateformes. Ce watermark de Meta sera sur les photos Instagram et Facebook. Et d’ici peu, l’entreprise envisage de le lancer sur Threads.

Et Meta ne s’arrête pas là. L’empire de Zuckerberg veut aussi s’étendre sur d’autres outils de création d’images. Tous les contenus générés par les IA de références devront prendre en compte ce filigrane. Google OpenAI, Microsoft, et Midjourney sont les plus concernés.

La réglementation des fichiers audio sera alors la prochaine étape pour Meta. Mais selon Nick Clegg, président des affaires mondiales de l’entreprise, cette approche n’est pas encore au premier plan.

« Je pense qu’il est très peu probable que vous obteniez une vidéo ou un audio entièrement synthétiques d’une importance politique très significative, que nous n’avons pas l’occasion de voir assez rapidement. Je ne pense tout simplement pas que ce soit ainsi que ça va se passer” Nick Clegg.

Cependant, la menace d’avoir des contenus deepfakes des hommes politiques plane toujours. En effet, cette stratégie permet de déstabiliser les ennemis, sans entrer dans un conflit armé. Et c’est aussi un moyen efficace pour manipuler l’opinion publique.

De graves sanctions pour les coupables

Le watermark de Meta fait partie des réglementations de référence sur les différentes plateformes de l’entreprise. Tous les utilisateurs, qui génèrent et qui partagent des contenus IA devront la respecter. Dans le cas contraire, l’entreprise envisage différents niveaux de sanction.

“L’éventail des sanctions qui s’appliqueront couvrira toute la gamme (photos, audio, et vidéo), depuis l’avertissement jusqu’à la suppression” Nick Clegg.

Cependant, ce spécialiste n’a fourni aucune précision concernant les condamnations juridiques. On attend alors des informations supplémentaires sur le sujet.

Meta n’est pas seul à bord

Les contenus deepfakes sont les ennemis des entreprises IA. Il est tout à fait logique que ces dernières envisagent des méthodes pour les limiter. Meta a réagi, avec son watermark sur ses plateformes. Et elle n’est pas la seule. Récemment, OpenAI a empêché les utilisateurs de générer des images basées sur des hommes politiques sur Dall-E 3. Les deux géants du secteur ont donc lancé un mouvement de lutte. Il ne reste plus qu’à attendre la réaction des autres entreprises. 

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *