metavers casque vr tueur

Métavers : ce casque VR explose votre cerveau si vous perdez

Le créateur de l’Oculus Rift, Palmer Luckey, dévoile un casque VR capable de tuer le porteur s’il meurt dans un jeu vidéo. Une manière originale de rendre hommage au manga Sword Art Online, dont l’histoire commence le 6 novembre 2022. On aurait peut-être préféré un cosplay…

Initialement paru en 2002, le manga Sword Art Online a marqué de nombreux esprits. Dans cette oeuvre de fiction, des milliers de joueurs se retrouvent coincés dans un jeu en réalité virtuelle et meurent dans le monde réel s’ils meurent dans la VR.

Dans le manga, l’histoire commence le 6 novembre 2022. C’est à cette date que les 10 000 joueurs revêtent leur casque « NerveGear » et se lancent dans le jeu. Il s’agit donc d’une date importante pour les fans.

Or, l’un des fans de ce manga n’est autre que Palmer Luckey : le créateur du casque Oculus Rift, racheté par Facebook en 2014 pour 2 milliards de dollars. Il est considéré comme l’homme à qui l’on doit le renouveau de la réalité virtuelle, et par extension comme le précurseur du « métavers » tant loué par Mark Zuckerberg.

Toutefois, en 2018, Palmer Luckey a été licencié de Facebook. Il aurait été renvoyé par Mark Zuckerberg à cause de ses opinions politiques, pour avoir financé une organisation soutenant Donald Trump.

Par la suite, le jeune génie s’est recyclé dans le domaine de la défense. Il a créé l’entreprise Anduril spécialisée dans l’armement, et a signé des contrats en or avec l’armée américaine.

Réalité virtuelle, Sword Art Online et armement… les centres d’intérêt de Palmer Luckey forment un cocktail explosif qui pouvait laisser présager de la suite. Le 6 novembre 2022, en hommage à SAO, l’Américain a dévoilé un casque VR qui tue l’utilisateur s’il meurt dans un jeu vidéo.

Un casque inspiré par le NerveGear de Sword Art Online

Cet appareil terrifiant ressemble à un casque Meta Quest Pro, mais trois modules de charges explosives ont été ajoutés au-dessus de l’écran. Ces charges sont directement pointées vers le front du porteur, prêtes à exploser son cerveau en cas de détonation.

Sur son blog, Palmer Luckey explique que « l’idée de lier votre vie réelle à votre avatar virtuel m’a toujours fasciné – ceci augmente instantanément l’enjeu à son niveau maximum, et force les gens à repenser fondamentalement comment ils interagissent avec le monde virtuel et les joueurs à l’intérieur ».

Selon lui, « les graphismes impressionnants peuvent donner à un jeu une apparence plus réaliste, mais seule la menace de conséquences sérieuses peut rendre l’expérience réaliste pour vous et toutes les autres personnes dans le jeu ».

Ce pionnier du métavers estime que le manga et l’anime Sword Art Online ont mené de nombreuses personnes à s’intéresser à la réalité virtuelle, en particulier au Japon. Son but était donc de rendre hommage à cette oeuvre culte.

D’après lui, « la bonne nouvelle est que nous sommes à mi-chemin de créer un vrai NerveGear. La mauvaise nouvelle est que pour l’instant, j’ai seulement reproduit la moitié qui vous tue ». Il estime en effet qu’il faudra patienter de nombreuses années pour une expérience aussi réaliste que celle de SAO.

Trois charges explosives dans la téte en cas de game over

Par ailleurs, son dispositif est nettement moins discret que le NerveGear du manga reposant sur un émetteur micro-ondes. Comme le souligne Luckey, le créateur de cet engin « était capable de le cacher à ses employés, aux régulateurs et à ses partenaires de fabrication. Je suis plutôt intelligent, mais je ne pouvais pas créer quelque chose de fonctionnel sans attacher le casque à de gigantesques morceaux d’équipement ».

Ainsi, le casque tueur de Luckey repose sur des charges explosives modulaires. Elles sont connectées à un capteur détectant les couleurs de l’écran du casque. Si le joueur meurt dans un jeu, une lumière rouge clignote à une fréquence spécifique et les charges explosent. Le cerveau du joueur est instantanément détruit

Le milliardaire explique avoir utilisé trois charges explosives qu’il exploite habituellement pour un « projet différent », sans toutefois préciser lequel. En toute logique, il s’agit probablement de l’un des projets d’Anduril qui produit notamment des munitions explosives pour les forces spéciales des États-Unis.

La boîte de Pandore vient-elle d’être ouverte ?

Pour une ressemblance maximale avec le NerveGear de Sword Art Online, Palmer Lucker prévoit aussi un mécanisme anti-effraction empêchant de retirer ou de détruire le casque. Les joueurs pourraient donc être véritablement bloqués dans le jeu vidéo

À l’heure actuelle, il estime toutefois qu’une large variété d’erreurs peuvent survenir et tuer l’utilisateur au mauvais moment. C’est la raison pour laquelle il avoue ne pas avoir eu le courage de tester son propre appareil

Il précise que « pour le moment, c’est juste une oeuvre d’art, un provocateur de pensée rappelant les avenues inexplorées du game design. C’est aussi, à ce que je sache, le premier exemple non fictionnel d’appareil VR pouvant réellement tuer l’utilisateur ». Il précise toutefois que « ce ne sera pas le dernier »

Alors, prêts à mourir dans le métavers ? Pour quelle somme seriez-vous prêts à essayer ce casque et tenter de relever le défi ? Pensez-vous qu’une personne aura un jour l’audace de le revêtir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest