meta quest pro employés metavers

Meta dévoile un casque VR à 1500$, mais même ses employés fuient le métavers

Meta vient de dévoiler un casque de réalité virtuelle à 1500 dollars, destiné aux professionnels. Toutefois, selon des notes internes en fuite, même les employés de la firme passent très peu de temps dans le métavers de Mark Zuckerberg…

Dans le cadre de sa conférence Connect, Meta vient de dévoiler son nouveau casque de réalité virtuelle le mardi 11 octobre 2022. Tarifé à 1500 dollars, cet appareil haut de gamme vise à attirer les professionnels dans le monde virtuel du « métavers ».

Alors comment justifier un prix trois fois plus élevé que le Meta Quest 2, lancé en 2020 et vendu à 15 millions d’exemplaires ? Selon Mark Zuckerberg, le nouveau Meta Quest Pro est « focalisé sur le travail ».

pcloud black friday 2022

Le but de la firme est de prouver que la VR n’est pas réservée au jeu vidéo, et veut vendre son nouveau produit « aux personnes qui veulent juste le casque VR le plus haut de gamme, les enthousiastes et les prosumers, ou aux personnes essayant d’accomplir leur travail ».

Parmi les nouveautés technologiques, on compte le suivi du visage et des yeux. Cette fonctionnalité permettra d’humaniser les avatars au sein de la réalité virtuelle.

En outre, ce casque propose la « réalité mixte » en couleur grâce à des caméras permettant de superposer les graphismes virtuels au monde réel. Le Meta Quest 2 offrait déjà ce système, mais uniquement en noir et blanc.

Les nouveaux contrôleurs « self-tracking » sont dotés de leurs propres capteurs, afin de pouvoir suivre leur position dans l’espace 3D indépendamment du casque.

Afin de promouvoir le Quest Pro comme un outil de télétravail, Meta a noué un partenariat avec Microsoft pour offrir Microsoft Teams et les logiciels Microsoft 365 en version VR avec le casque.

Les employés de Meta ne supportent plus le métavers

Malgré ces fonctionnalités, reste à savoir si ce casque au prix exorbitant peut convaincre les entreprises d’envoyer leurs employés travailler dans le métavers…

Pour l’heure, même Mark Zuckerberg peine à persuader les employés de Meta de passer du temps dans son monde virtuel. Selon le magazine The Verge, l’application Horizon Worlds est si horrible que même les personnes qui la développent ne veulent pas l’utiliser.

Des mémos internes en fuite révèlent que la plateforme est truffée de bugs, de problèmes de qualité et autres petits soucis à tel point qu’il est « trop difficile pour notre communauté d’expérimenter la magie d’Horizon ».

Dans un document envoyé aux équipes en septembre 2022, le vice-président du métavers, Vishal Shah, indique que « beaucoup d’entre nous ne passons pas beaucoup de temps dans Horizon et nos tableaux de bord le montrent très clairement ».

Le responsable interroge son effectif : « Pourquoi ça ? Pourquoi n’aimons-nous pas le produit que nous avons créé au point de l’utiliser tout le temps ? La simple vérité est que, si nous ne l’aimons pas, comment pouvons-nous attendre que nos utilisateurs l’aiment ? ».

Visiblement désespéré, Vishal Shah supplie les employés d’aimer l’application : « tout le monde dans cette organisation devrait se donner pour mission de tomber amoureux d’Horizon Worlds. Vous ne pouvez pas y arriver sans l’utiliser. Allez-y. Organisez des moments pour le faire avec vos collègues ou vos amis, sur les builds internes mais aussi sur le build public pour pouvoir interagir avec la communauté »…

Suite à la fuite de ces mémos, le New York Times a interrogé une douzaine d’employés de Meta pour comprendre la racine du problème. Cette enquête révèle que la frustration provient principalement des « caprices » de Mark Zuckerberg dont les priorités ne cessent de changer et mène à un taux de remplacement élevé des employés.

meta quest pro travail

En outre, toujours selon le NYT, John Carmack, co-fondateur de id Software et CTO du Meta Reality Labs, aurait « objecté l’approche de Mr Zuckerberg pour le métavers ». Au mois d’août 2022, dans un podcast, il a déclaré que les milliards de dollars perdus l’an dernier sur des projets métavers l’ont « rendu malade ».

L’éminent expert se serait aussi plaint sur la messagerie interne de l’entreprise, sur la façon dont les différents casques Quest insistent sur les mises à jour logiciels avant même de pouvoir être utilisés. Il souhaiterait que l’entreprise se focalise sur l’expérience utilisateur, tandis que le CTO de Meta, Andrew Bosworth, veut se concentrer sur les « opportunités business ».

Autant dire que l’ambiance est électrique derrière les stores des bureaux de Meta. Si le public et les médias sont sévères avec Horizon, il s’avère que les réactions en interne sont aussi loin d’être enthousiastes. Ce projet est-il voué à l’échec ?

Faut-il vraiment cracher sur le métavers ?

Même si les plus grandes entreprises de la tech semblent adhérer au concept de métavers, de nombreux analystes doutent du rêve de Mark Zuckerger. En août 2022, le CEO de Meta est devenu la risée d’internet en publiant une image de son avatar digne d’un jeu PlayStation 1. Récemment, le CEO d’Apple a également critiqué le métavers.

En commentaire d’un article publié sur Facebook, le journaliste Nico Lellouche de Numerama se targue même de critiquer systématiquement le métavers et de le dénigrer avec ironie. Désormais, il semble que se moquer de Meta soit devenu un effet de mode.

metavers numerama

Pourtant, la firme travaille d’arrache-pied pour améliorer rapidement son monde virtuel. Lors de la Meta Connect du 11 octobre, elle a d’ailleurs dévoilé de nouveaux avatars désormais dotés de jambes. C’est une évolution majeure, mais la vision du métavers est encore loin du réel.

Parallèlement aux casques VR, Meta développe d’autres technologies pour concrétiser son projet. L’entreprise développe notamment un système de scanning 3D simple d’utilisation pour permettre aux utilisateurs de créer rapidement des versions numériques de leurs objets et les emmener dans le métavers.

De même, l’audio spatialisé devrait bientôt permettre de retrouver une acoustique similaire au monde réel lors de conversations dans la VR. La firme prépare aussi un bracelet capable de détecter les signaux neurologiques pour exploiter la main humaine en guise de contrôleur pour les téléphones et ordinateurs.

Les critiques sont acerbes à l’égard de Mark Zuckerberg et son monde virtuel, mais la réalité est que cette technologie n’en est qu’au stade embryonnaire. Il faudra encore patienter plusieurs années, voire plusieurs décennies, pour pouvoir expérimenter le métavers tel que Meta le conçoit et émettre un vrai jugement objectif…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest