hydrogène data center microsoft

Microsoft a réussi à alimenter un Data Center à l’hydrogène, une première mondiale

Pendant 48 heures, Microsoft est parvenue à alimenter un Data Center de son Cloud Azure au carburant hydrogène. Les cellules d’hydrogène pourraient devenir une alternative propre aux générateurs alimentés au diesel, et pourraient même permettre à la firme de stocker de l’énergie renouvelable pour l’intégrer au réseau électrique…

Le trafic de données généré par l’humanité augmente à une vitesse fulgurante. Selon le Global Cloud Index de Cisco, en 2016, les Data Centers du monde entier ont traité environ 6 zettabytes de données.

En 2021, ce volume pourrait atteindre 19,5 zettabytes. Ceci représente une croissance phénoménale de 27% par an.

L’essor des services Cloud est en grande partie responsable de cette augmentation, et les nouvelles pratiques de télétravail liées à l’apparition du COVID-19 n’ont fait qu’accentuer cette tendance.

En toute logique, l’empreinte carbone des centres de données ne fait qu’augmenter proportionnellement à la hausse du trafic. Les méthodes de refroidissement des serveurs, notamment, consomment énormément d’électricité.

Il est donc plus que jamais primordial de trouver des méthodes alternatives pour limiter la consommation énergétique des centres de données. De nombreuses entreprises y travaillent, et notamment Microsoft qui compte parmi les principaux fournisseurs de Cloud.

Rappelons que la firme vise une empreinte carbone négative d’ici 2030. D’ici 2050, elle compte également  » supprimer de l’environnement tout le carbone qu’elle a émis directement ou par le biais de sa consommation électrique depuis sa fondation en 1975 « .

Déjà en 2018, le géant américain plongeait un Data Center sous la mer pour le refroidir naturellement grâce à l’eau de mer. À présent, Microsoft teste différents carburants hydrogènes pour alimenter ses centres de données à l’énergie propre.

microsoft hydrogène

Il s’agirait d’une alternative à l’alimentation au diesel. Des générateurs au diesel sont notamment utilisés en cas de panne ou de perturbation des services. En plus d’être onéreux, ces générateurs  » restent inutilisés durant 99% de leur existence « .

Or, le prix des technologies de cellule à carburant hydrogène a fortement diminué au fil des dernières années. Entre 2006 et 2018, ce coût a été réduit à hauteur de 60% selon un rapport du US Office of Energy Efficient and Renewable Energy. Il s’agit donc d’une alternative économique et écologique aux générateurs de backup alimentés au diesel.

Microsoft envisage de stocker de l’hydrogène pour l’intégrer au réseau électrique

Et les premiers tests s’avèrent concluants. La firme de Redmond annonce ainsi avoir réussi à utiliser des cellules de carburant hydrogène pour alimenter les serveurs d’un Data Center pendant 48 heures. Il s’agit d’une première mondiale.

microsoft cellules hydrogène

En outre, le centre de données Azure a été équipé d’un réservoir hydrogène pour le stockage et d’un électrolyseur. Ce dernier permet de convertir les molécules d’eau en hydrogène, et pourrait être intégré au réseau d’énergie électrique.

À terme, les Data Centers Azure pourraient ainsi servir de hubs de stockage d’énergie renouvelable. L’électrolyseur pourrait être activé pendant les périodes de surproduction d’énergie solaire ou éolienne, afin de stocker l’énergie sous forme d’hydrogène.

Lors des périodes de forte demande, les cellules de carburant hydrogène pourraient être activées pour générer de l’électricité pour le réseau. En plus de réduire l’empreinte carbone de ses centres de données, Microsoft pourrait donc devenir un acteur majeur du secteur de l’énergie renouvelable…