Les entreprises cloud européennes mettent en cause la neutralité de Margrethe Vestager

Margrethe Vestager est commissaire chargée de la Concurrence en UE. Dernièrement, la Danoise a affirmé n’avoir aucune « préoccupation sur la concurrence dans le cloud » actuel. Une quinzaine de fournisseurs de cloud a pourtant réagi, lui envoyant une lettre ouverte en guise de réponse.

Dans la liste, nous retrouvons Abilian, Clever Cloud ou encore Scaleway. Dans cette lettre ouverte, ces entrepreneurs évoquent les pratiques anticoncurrentielles des hyperscalers du cloud c’est-à-dire de Microsoft, Amazon et Google.

Visiblement, la déclaration de Margrethe Vestager en date du 28 mars a été mal prise chez les fournisseurs de cloud. Selon elle, il n’y aurait effectivement pas de « préoccupations concernant la concurrence dans le cloud ». Cela a conduit quatorze entreprises, tous membres du collectif Euclidia, à se manifester le vendredi 1er avril dernier.

Les entrepreneurs du cloud interpellent Margrethe Vestager

Ces défenseurs des intérêts du cloud ont, de ce pas, publié une lettre ouverte à destination de notre commissaire européenne de la concurrence. Les points abordés se focalisent sur les pratiques illicites des Gafam c’est-à-dire AWS, Microsoft Azure et Google Cloud. Rappelons qu’à eux trois seulement, ces derniers s’accaparent 70 % de part de marché. Ils ne peuvent alors que profiter du développement de la filière.

Quand on parle de ces trois entreprises, le cloud et la technologie viennent immédiatement à l’esprit. Dernièrement, des pratiques abusives ont été justement relevées dans ces secteurs. La situation peut sembler complexe, toutefois, les autres entrepreneurs du cloud témoignent l’implication des hyperscalers dans ce scandale. Ils participeraient effectivement à anéantir « toute possibilité de concurrence libre et loyale » dans le domaine.

Parmi ceux qui ont élevé leurs voix, nous avons Yann Lechelle de chez Scaleway, Quentin Adam de Clever Cloud, Alain Garnier de Jamespot, Andre Loesekrug-Pietri de Joint European Disruptive Initiative, Leonidas Kalogeropoulos d’Open Internet Project ainsi que Jean-Paul Smets d’Euclidia. Ces hauts dirigeants jugent les propos de Margrethe Vestager comme étant d’une « maladresse coupable ». La neutralité de la commissaire soit l’absence d’une inquiétude en particulier serait « un faux signal traduisant qu’il n’y a rien à enquêter ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest