Accueil > Cloud computing > Pour rattraper Amazon, Oracle double le prix de ses licences sur AWS
oracle data cloud

Pour rattraper Amazon, Oracle double le prix de ses licences sur AWS

Oracle a récemment annoncé un changement de facturation pour les utilisateurs de Amazon Web Services. Ce changement aura un impact sur les affaires des clients d’AWS, car le service sera deux fois plus cher.

Jusqu’à présent, chaque processeur virtuel d’AWS était facturé pour un demi-coeur. La donne a changé, le nouvelle politique de licence Cloud d’Oracle précise désormais qu’un vCPU AWS sera considéré comme un coeur complet si l’hyper-threading n’est pas activée. Un hyper-threading consiste à créer deux processus logiques sur une seule puce. L’utilisateur d’un vCPU AWS devra donc acquérir deux licences pour faire fonctionner son système.

Cette augmentation des prix a pour but de rendre le Cloud d’Oracle plus attractif par rapport à ses concurrents. Cela n’est pas étonnant lorsque l’on sait que l’entreprise avait désigné AWS comme son concurrent principal. En rachetant NetSuite pour 9 milliards de dollars, Oracle avait pour objectif de devenir l’un des leaders dans le Cloud.

Une stratégie focalisée sur la concurrence

L’entreprise avait en effet assuré que son Cloud serait rapidement moins cher et plus performant que celui d’AWS. Ces nouvelles conditions d’utilisation rééquilibrent donc le marché en favorisant Oracle par rapport à AWS, aux yeux des entreprises intéressées par des services Cloud. Jusqu’à ce jour, l’offre LaaS de Oracle était largement distancée par des leaders tels que AWS, Microsoft ou encore Google.

En septembre 2016, la société prévoyait déjà de barrer la route à AWS en effectuant de nombreuses comparaisons entre sa technologie et celle d’AWS. Par exemple, la société démontrait que son application Oracle DB était 24 fois plus rapide sur son Cloud que sur AWS. Cela implique donc que ce qui est réalisable en 24 heures sous AWS sera réalisé en moins d’une heure sur le Cloud d’Orale.

Oracle n’a pas encore fait de déclaration à propos du sort de ses clients qui ont une base de données Oracle déployée sur AWS. Cette nouvelle politique met Azure et AWS au même niveau, car Azure n’a déjà plus recours à l’hyper-threading des processeurs Intel.

Avec ces changements radicaux, le fournisseur de solutions Cloud compte creuser de plus en plus l’écart avec ses concurrents, quitte à rendre insatisfaits une partie de ses clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend