moderna brevet adn covid

Origine du Covid-19 : un ADN breveté par Moderna en 2016 détecté dans le virus

Des chercheurs ont identifié un extrait d’ADN dans le virus SARS-CoV-2 identique à une séquence brevetée par Moderna en 2016. Cette découverte surprenante pourrait confirmer que le Covid-19 a été créé par l’Homme au sein d’un laboratoire…

Depuis l’apparition du Covid-19, les soupçons convergent vers le laboratoire de Wuhan. Malgré le déni des principaux et des pouvoirs publics, de nombreuses personnes restent persuadées que le virus Sars-Cov-2 a été créé artificiellement.

Deux ans après le début de la pandémie, une nouvelle découverte semble confirmer cette théorie. Des scientifiques ont découvert un matériel génétique détenu par Moderna dans la protéine spike du virus.

Ces chercheurs ont en effet identifié un petit extrait de code identique en tous points à une partie de gène breveté par le géant pharmaceutique… en 2016 soit trois ans avant l’apparition du Covid.

Cet extrait de code a été découvert dans le site de clivage de la furine du SARS-CoV-2, à savoir la partie permettant au virus d’infecter les humains si efficacement et le distingue des autres coronavirus.

Cette structure est d’ailleurs l’un des points clés du débat sur l’origine du virus. De nombreux scientifiques estiment qu’elle n’a pas pu être acquise naturellement, à l’instar du défunt prix Nobel français Luc Montagnier.

Une séquence de 19 nucléotides brevetée par Moderna

Les chercheurs ont comparé le Covid avec des millions de protéines séquencées dans une base de données en ligne. Le virus est composé de 30 000 lettres de code génétique contenant les informations requises pour sa propagation : les nucléotides.

Or, il s’agit du seul coronavirus à comporter 12 lettres uniques permettant à sa protéine de pointe d’être activée par une enzyme commune appelée furine. Celle-ci permet la propagation entre les cellules humaines en toute simplicité.

Une analyse du génome originel du Covid a révélé que le virus partage une séquence de 19 lettres spécifiques avec une section génétique détenue et brevetée par Moderna, contenant un total de 3300 nucléotides.

brevet moderna

Ce brevet a été déposé par la firme pharmaceutique en février 2016, par sa division de recherche contre le cancer. La séquence brevetée en question fait partie d’un gène appelé MSH3, connu pour impacter la façon dont les cellules endommagées se réparent de manière autonome dans le corps humain. La piste a été explorée par les scientifiques comme une solution potentielle pour de nouveaux traitements contre le cancer.

Parmi les lettres partagées entre le SARS-CoV-2 et la séquence brevetée par Moderna, douze constituent la structure du site de clivage de la furine du Covid. Le reste correspond aux nucléotides d’une partie du génome située à proximité.

L’équipe de chercheurs dirigée par le Dr Balamurali Ambati de l’Université de l’Oregon estime dans son étude que ce code similaire a pu être introduit initialement dans le génome du Covid par le biais de cellules humaines infectées exprimant le gène MSH3…

L’équipe de chercheurs à l’origine de cette découverte suggère que le virus a pu muter pour acquérir ce site de clivage de la furine au cours d’expériences menées sur des cellules humaines en laboratoire. Selon eux, il n’y a qu’une chance sur trois trillons que la séquence de Moderna apparaisse aléatoirement via l’évolution naturelle…

Évidence ou coïncidence ?

Toutefois, ces conclusions publiées dans la revue Frontiers in Virology ne font pas l’unanimité. D’autres experts estiment que la probabilité n’est pas aussi infime. À leurs yeux, il s’agit d’une coïncidence surprenante plutôt que d’une preuve.

Le professeur Lawrence Young, virologue à la Warwick University, admet que cette découverte est intéressante, mais pas suffisamment à ses yeux pour prouver une manipulation en laboratoire.

Selon lui, il s’agit d’une toute petite pièce de 19 nucléotides et il est donc imprudent de tirer des conclusions. De telles correspondances pourraient toujours être trouvées en faisant ce type de recherche.

Il pourrait s’agir d’un hasard, ou d’une évolution convergente visant à s’adapter à l’environnement. Dans tous les cas, cet expert estime que la découverte ne fait pas avancer le débat pour savoir si le Covid a été créé par l’Homme.

De même, le microbiologiste Simon Clarke de la Reading University souligne qu’il ne peut y avoir qu’un nombre limité de combinaisons génétiques sur les sites de clivages de la furine. Ces sites fonctionnent comme une serrure et une clé, et la correspondance fortuite n’est donc pas si improbable…

La théorie du labo semble se confirmer

Le Wuhan Institute of Virology est connu depuis bien longtemps pour mener des expériences sur des souches de coronavirus de chauve-souris similaires à celles responsables de la pandémie.

La Chine a toutefois insisté à maintes reprises sur le fait que le virus ne provient du laboratoire, et que la transmission à l’humain a pu survenir sur le marché humide de Wuhan qui vend des animaux vivants.

La plupart des médias et même des scientifiques occidentaux ont également écarté cette possibilité et l’ont qualifiée de théorie du complot. Toutefois, des emails en fuite ont ensuite démontré que les plus grands scientifiques mondiaux avaient averti les gouvernements américains et britanniques sur les failles de la version officielle.

L’expert britannique Jeremy Farrar avait publiquement qualifié cette théorie de conspirationniste, mais avait admis dans un email privé de février 2020 adressé au directeur de la santé des États-Unis Anthony Fauci que la création du virus par l’Homme était une explication probable.

Néanmoins, les scientifiques américains avaient préféré taire cette hypothèse pour éviter «  de nuire à l’harmonie internationale « . Plus tôt ce mois-ci, une étude a identifié des traces d’échantillons de Covid contenant du matériel génétique d’humains, de hamsters et de singes datant d’avant le début officiel de la pandémie. Les indices s’accumulent, et l’origine du Covid-19 semble désormais indubitablement liée au laboratoire de Wuhan…

1 commentaire

  1. Le soupçon est devenu une évidence. Ce virus est est une création de l’homme !!! Il vient de Wuhan. Il est donc originaire de Chine. Echappé, bien sur, par inadvertance d’un laboratoire. Etonnant ! non ?
    Inutile de féliciter les responsables de cette pandémie mondiale !!!

    Et surtout ne pas les condamner. Ils doivent en être contrits. N’en doutons pas, bien entendu !…..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest