thylakoïdes

Origine de la vie : ils découvrent un secret caché depuis 1,75 milliard d’années

Les « thylakoïdes » recèlent-ils les secrets de l’origine de la vie ? En tout cas, cette équipe de chercheurs est sur le point de confirmer cette théorie. Et leur étude suscite déjà la curiosité de la communauté scientifique.

Des milliards d’années auparavant, les bactéries étaient capables de faire la réaction de photosynthèse. Ces êtres se reposaient sur les « thylakoïdes » pour atteindre cet objectif. Ces membranes sont aussi présentes dans les plantes vertes. C’est peut-être le point de départ de la vie sur notre planète.

Une photosynthèse bactérienne

Cette qualification est un peu atypique, mais elle résume parfaitement l’étude de cette équipe de chercheurs. La photosynthèse actuelle consiste à transformer le dioxyde de carbone en oxygène et en sucre. Depuis des années, les plantes vertes assurent cette fonction sur Terre.

Mais avant l’arrivée des végétaux, les bactéries peuvent aussi s’occuper de cette mission. Durant des millions d’années, les cyanobactéries et les algues ont rempli l’atmosphère avec de l’oxygène. Et les « thylakoïdes » sont les clés pour arriver à cet exploit.

thylakoïdes

Tout se passe dans le désert australien

L’équipe de l’Université de Liège a d’abord collecté des échantillons venant du désert australien. Ils ont ensuite analysé un fossile de bactérie de l’espèce de Navifuse majensis. C’est à partir de cet organisme que ces chercheurs ont mis en évidence l’existence de « thylakoïdes ». C’est aussi l’explication tangible de l’existence de la photosynthèse, il y a 1,75 milliard d’années.

« Notre étude fournit une preuve directe de la présence de cyanobactéries métaboliquement actives pratiquant la photosynthèse oxygénique » un extrait de l’étude des scientifiques.

À noter que cette recherche est actuellement en ligne sur la revue Nature. Les scientifiques attendent avec impatience les critiques de leurs pairs.

Le levier de la grande oxygénation

Les chercheurs avaient déjà identifié des fossiles de cyanobactéries. Ces derniers datent de 2 milliards d’années. Toutefois, ils ne contenaient pas les membranes clés de la photosynthèse. C’est alors un indice de la « grande oxygénation » sur notre planète.

En effet, l’échantillon qui date de 1,75 milliard d’années comporte bel et bien des « thylakoïdes ». Cependant, les chercheurs veulent encore initier des études supplémentaires. Des techniques d’analyse plus avancées permettront peut-être d’examiner d’autres roches.

Selon les spécialistes, la « grande oxygénation » se déroulait 2,4 milliards d’années auparavant. On attend avec impatience les expériences qui prouvent cette théorie. 

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *