Pénurie de personnels en cybersécurité

Pénurie de personnels en cybersécurité : les démissions, ce nouveau fléau pour les entreprises

La pénurie de personnels en cybersécurité est un fait auquel s'ajoutent les vagues de démissions. La maladie du désengagement est un véritable fléau pour les entreprises qui cherchent non seulement à embaucher mais aussi à retenir les employés. 

Une amélioration constatée en 2021

L'année 2021 totalise 4,19 millions de travailleurs de professionnels en cybersécurité, soit une hausse de plus de 700 000 postes par rapport à 2020. L'écart de compétence est passé de 3,12 millions à 2,72 millions. 

Néanmoins, la cybersécurité affiche encore un déficit de 65% en termes de main-d'œuvre. Certains pays, comme l'Allemagne, font figure de bon élève pour combler cette carence de compétences en augmentant ses effectifs de 165 %. La hausse est de 30% aux États-Unis.

Il faut également souligner que la satisfaction au travail est en hausse constante, passant de 72 % en 2018 à 77 % en 2021. Mais le manque reste important face à une demande croissante dans un monde qui se numérise de plus en plus. 

Les démissions et l'instabilité professionnelle parmi les causes

Pénurie de personnels en cybersécurité

La cybersécurité ne suscite pas trop de vocation. Cela explique en partie pourquoi le nombre  d'experts est constamment insuffisant. Universités et établissements visent à rendre la filière plus attractive pour essayer d'attirer de nouveaux talents. 

Par ailleurs, pour les personnes déjà en poste, les entreprises font face à un nouveau fléau : les démissions. Les sociétés et les organisations ont du mal à retenir les talents, notamment ceux des générations Y et Z, jugés trop mobiles. Pour les professionnels de la génération X, les experts constatent un manque d'engagement auprès des employeurs. 

Pour embaucher et retenir les employés dans ces contextes, il faudrait : 

  • ratisser large et voir au-delà des diplômes pour découvrir des talents insoupçonnés.
  • être clair dans la description du poste et des missions y afférentes. Cela permet d'établir la confiance d'entrée de jeu.
  • privilégier les promotions en interne pour retenir les talents. Les perspectives d'évolution attirent. 
  • faire preuve de flexibilité par rapport aux possibilités de travail à distance.

Le recrutement de personnels en cybersécurité reste encore un grand défi bien qu'un début d'amélioration soit déjà palpable. 

Restez à la pointe de l'information avec LEBIGDATA.FR !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et rejoignez-nous sur Google Actualités pour garder une longueur d'avance.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

2 commentaires

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    Les entreprises recrutent que des personnes avec de l’expérience en cyber pour des emplois où il faut avoir une liste de compétence de tout un service informatique. Forcément les salariés vont aller au plus offrant dans ce contexte de pénurie… Et ce qui ont le malheur de débuté en cybersécurité reste gentiment sur le côté.

    Il faut savoir prendre des risques et aujourd’hui beaucoup d’entreprise en France ne savent pas en prendre. De plus, avec une période d’essai de 1 à 3 mois, le risque n’existe plus.

  2. En même temps, vous ne pensez les SSI/ESN y sont pour quelques choses?
    -Embauche à la mission et pas sur profil (vision court terme),
    -Marges de dingues dégagées,
    -Manque de transparence,
    -Non évolution des salaires après embauches, donc rapidement décorrélés par rapport au marché,
    -Non valorisation du personnel, tu rapportes c’est bien, si tu nous coute et bah on t’envoi en mission de merde histoire que tu continues à rapporter le temps que tu t’en ailles de toi même,
    -Manque d’appartenance à la société, problème des missions longues durées que recherche toute société pour pérenniser les rentrées d’argent. Ce manque d’appartenance va se traduire par le fait que le collaborateur va penser d’abord à lui et non pas à l’entreprise….
    -Bref et j’en passe, le modèle actuel est à l’agonie et les postes de full-télétravail qu’on voit arriver de plus en plus va faire que décupler le problème dans les années à venir.

    Il serait intéressant de comparer la vision des ingés sécu internes vs prestataires. Et certainement aussi que 90% des prestas recherche une embauche finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *