IBM : le quantique va provoquer une armageddon de cybersécurité

IBM : le quantique va provoquer un Armageddon de cybersécurité

L’informatique quantique pourrait déclencher une catastrophe en matière de cybersécurité, avertit IBM. Les chercheurs et analystes en cybersécurité craignent à juste titre que cette technologie, basée sur la physique quantique plutôt que sur l’électronique plus standard, puisse briser la cryptographie existante. 

Une directrice générale d’IBM inquiète face au progrès de l’informatique quantique

Contrairement à l’informatique classique avec son langage en code binaire, l’informatique quantique exploite les propriétés de la mécanique quantique pour traiter les données autrement. Il complète l’informatique classique plutôt que de la remplacer, offrant un outil puissant pour résoudre des problèmes complexes.

Les ordinateurs quantiques sont beaucoup plus rapides et exponentiellement plus puissants que les ordinateurs classiques ou même les superordinateurs. Néanmoins, cette puissance inquiète. Les experts avertissent que les progrès de l’informatique quantique présentent des risques potentiels significatifs pour la cybersécurité

Lors de la dernière édition du Forum économique mondial qui s’est déroulé du 15 au 19 janvier dernier, Ana Paula Assis, directrice générale d’IBM pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, a exprimé ses inquiétudes quant aux progrès de l’informatique quantique. Cette technologie révolutionnaire impactera la cybersécurité.

L’informatique quantique, une menace pour la cybersécurité

Assis expliquent que ces ordinateurs quantiques accélèrent la puissance de traitement en effectuant des calculs en parallèle plutôt que séquentiellement. Cela rendra rapidement obsolètes les systèmes de cryptage existants, ce qui constituera une menace sérieuse pour la cybersécurité, dit-elle. 

IBM : le quantique va provoquer une armageddon de cybersécurité

Face à cette menace imminente, IBM a exhorté l’industrie à développer et à mettre en œuvre des méthodes cryptographiques capables de résister aux capacités des ordinateurs quantiques. La société elle-même travaille sur des algorithmes et des protocoles de chiffrement résistants aux quantiques pour contribuer à renforcer les mesures de cybersécurité face à cette avancée technologique.

« Notre infrastructure de cybersécurité actuelle n’est pas équipée pour résister à la puissance de l’informatique quantique, et il est impératif que nous prenions des mesures proactives pour nous défendre contre les potentielles violations », a déclaré Arvind Krishna, PDG d’IBM.

Les gouvernements et les organisations du monde entier dépendent de plus en plus de l’infrastructure numérique pour diriger leurs activités et gérer les informations sensibles. L’avertissement d’IBM arrive à point nommé.

Le potentiel d’une cyberattaque basée sur l’informatique quantique pourrait avoir des conséquences catastrophique sur les infrastructures critiques (systèmes financiers, sécurité nationale, communication, médecine…). IBM parle même d’« Armageddon de cybersécurité ». Tous doivent se préparer à cette éventualité.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

1 commentaires

1 commentaire

  1. Les ordinateurs quantique sont très spécifiques et bcp y reviennent.
    Vous avez entendu des news de l’ordinateur quantique de Google ?
    Il y a peu de communication car l’état aléatoire des qbits ne permet pas de faire beaucoup de calcul et mm n’a permis aujourd’hui de ne faire qu’un seul calcul réel concret.
    On est très très long d’avoir une utilité réelle des ordinateurs quantique.
    L’aléatoire n’existe pas, c’est juste une méconnaissance de la physique qui ne nous permet pas de comprendre un résultat.
    La physique quantique est une perte de temps et toute ses applications une perte d’argent.
    Il faut chercher à comprendre ce qui nous échappe et pas de dire que l’aléatoire existe ou que c’est de regarder une particule qui la fait être comme elle est…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *