Noland Arbaugh

Qui est vraiment le 1er patient Neuralink ? Tout savoir sur Noland Arbaugh

Noland Arbaugh, le premier patient Neuralink, partage son expérience. Cet implant cérébral lui permet de contrôler un ordinateur avec ses pensées.

Noland Arbaugh, originaire du Texas, a vu sa vie changer radicalement il y a 8 ans après un tragique accident de plongée qui l'a laissé paralysé. C'est pourquoi, lorsqu'une opportunité de récupérer une partie de son autonomie via Neuralink s'est présentée, il l'a saisie sans hésiter.

Plus tôt cette année, il a été implanté avec une puce cérébrale qui lui permet de contrôler un ordinateur avec ses pensées. Ce dispositif a non seulement amélioré sa qualité de vie mais l'a également propulsé dans une nouvelle réalité.

Grâce à l'implant, Noland a pu réaliser des actions que beaucoup considéraient comme impossibles pour lui, il pouvait jouer à Civilization VI et Mario Kart juste par la pensée.

Il semblait comme si une nouvelle porte s'ouvrait pour lui chaque jour. Noland a commencé à établir des records dans les tests d'interface cerveau-ordinateur, démontrant ainsi l'efficacité de cette technologie.

Cependant, les choses n'ont pas toujours été faciles. Certains fils de l'implant insérés dans son cortex moteur ont commencé à se rétracter avec le temps, en raison de l'air emprisonné dans son crâne après l'opération.

« J'ai commencé à perdre le contrôle du curseur », a expliqué Noland lors d'une interview avec Bloomberg.

Au début, il a cru que des modifications techniques en étaient la cause. Or, il a appris que les fils se retiraient, une nouvelle difficile à accepter.

« C'était vraiment difficile à entendre, » a-t-il révélé, décrivant l'impact psychologique de cette complication. Il pensait que son utilisation de la technologie serait limitée à peut-être un mois, avant que son parcours avec celle-ci ne s'achève.

Les progrès et l'espoir de Noland Arbaugh

Heureusement, Neuralink n'a pas abandonné. L'équipe a modifié avec succès l'algorithme qui interprétait les signaux de la puce. Cette modification a significativement augmenté le débit de données.

En conséquence, Noland a pu reprendre ses activités sur l'ordinateur, traçant des lettres et formant lentement des mots. C'est pourquoi il reste optimiste et souhaite donner de l'espoir à d'autres personnes dans des situations similaires.

« Je parie que la prochaine personne qui comprendra cela ressentira exactement la même chose que moi, » a-t-il déclaré avec conviction. « Une fois que vous avez pris goût à l'utiliser, vous ne pouvez plus vous arrêter. Cela m'épate tellement. »

Noland a accepté que la puce reste dans sa tête pendant un an. Cela fait partie d'une expérience principalement conçue pour tester la sûreté de l'implant sur des périodes prolongées.

Malgré quelques contretemps initiaux, il est déjà prêt à accueillir la prochaine version de la puce. « Je voudrais passer à une version supérieure, » a-t-il exprimé avec enthousiasme. Il espère continuer à être en première ligne de cette révolution technologique.

En tant que premier patient de Neuralink, Noland, à mon avis, ne s'est pas simplement adapté à une nouvelle réalité technologique. Il a aussi redéfini ce que signifie être humain à l'ère moderne.

Et vous, comment trouvez-vous l'expérience de ce premier patient Neuralink? Laissez vos avis en commentaire !

Restez à la pointe de l'information avec LEBIGDATA.FR !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et rejoignez-nous sur Google Actualités pour garder une longueur d'avance.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *