robot humanoide saoudien

Vidéo : le 1er robot arabe claque les fesses d’une journaliste, malaise à la TV

Fiasco complet pour l'Arabie Saoudite ! Le premier robot humanoïde développé dans le royaume, censé démontrer son niveau d'avancement dans le domaine du pays, a mis une main aux fesses d'une journaliste libanaise en plein direct. Alors, bug ou feature ?

Depuis la découverte de ses vastes réserves en 1930, l'Arabie saoudite prospère grâce au pétrole. Elle a notamment accumulé d'immenses richesses suite à l'augmentation massive des prix en 1973, lors du premier choc pétrolier.

L'or noir, comme on l'appelle, a joué un rôle essentiel dans le développement économique et social du pays en finançant des projets d'infrastructures, de programmes sociaux et d'investissement éducatif.

Toutefois, sa dépendance excessive vis-à-vis du pétrole rend son économie très vulnérable aux fluctuations des prix. De plus, alors que les ressources s'amenuisent, l'Arabie saoudite se prépare désormais pour une nouvelle ère.

Elle a lancé le programme Vision 2030, dans le but de moderniser son économie et de se diversifier en investissant des différents secteurs et en misant sur l'innovation.

L'une des pistes que le pays explore pour se renouveler est bien évidemment l'intelligence artificielle et la robotique : deux technologies d'avenir qui façonneront le monde de demain.

Malheureusement, pour le moment, la percée saoudienne dans le domaine des robots humanoïdes semble partie d'un mauvais pied… ou plutôt d'une mauvaise main.

Une journaliste libanaise agressée sexuellement

Lors de l'évènement DeepFest, organisé à Riyad, le premier humanoïde saoudien, dénommé Mohammad, a été dévoilé aux yeux du monde.

Développé par l'entreprise QSS, vêtu d'un keffieh rouge et d'une tenue traditionnelle, ce robot s'exprimant en langue arabe a été présenté sur la scène principale comme une « merveille technologique ».

Selon ses propres dires, « je suis Mohammad, le premier robot Saudi sous forme d'homme. J'ai été fabriqué et développé ici dans le Royaume d'Arabie Saoudite comme un projet national pour démontrer nos accomplissements dans le domaine de l'IA ».

Hélas, ce « robot mâle » s'est révélé un peu trop mâle. Au cours d'une présentation en direct, la journaliste libanaise Rawya Kassem s'est retrouvée dans une situation aussi inattendue qu'inconfortable.

Alors qu'elle parlait en direct à la télévision, Mohammad qui se situait derrière elle lui a soudainement touché les fesses. Elle s'est alors retournée brusquement pour exprimer sa désapprobation, avant de continuer son reportage.

Le robot Mohammad fait polémique sur les réseaux

L'incident aurait pu en rester là, mais il n'en fallait pas plus pour provoquer l'ire des internautes. La vidéo a suscité un vif débat sur le réseau social X, et certains qualifient ce robot de pervers.

En réponse à ce comportement inapproprié, les fabricants de Mohammad ont expliqué que le robot est « pleinement autonome » et fonctionne « indépendamment de tout contrôle humain direct ».

Il ne s'agit donc a priori pas d'une attitude liée à son code, ou à l'humour déplacé d'un télé-opérateur qui le contrôlerait à distance.

Pour beaucoup de spectateurs, le robot tentait simplement de lui tendre la main pour la saluer après qu'elle se soit présentée. Il s'agirait donc d'une collision accidentelle avec son postérieur, et non d'une volonté de nuire ou de l'importuner.

Quoi qu'il en soit, QSS explique avoir « déjà ouvert une enquête sur la vidéo et les circonstances entourant l'incident » et confirme qu'il n'y a eu « aucune déviation par rapport au comportement attendu de Mohammad ».

Néanmoins, la firme promet de « prendre des mesures additionnelles pour empêcher quiconque de s'approcher du robot dans sa zone de mouvement ».

Quand la technologie dérape

Auparavant, le premier robot humanoïde développé en Arabie Saoudite était Sara. Contrairement à Mohammad, il n'avait pas eu de geste déplacé à l'égard de qui que ce soit. De quoi donner du grain à moudre aux féministes !

Hormis sa propension aux agressions sexuelles, ce nouvel humanoïde est polyglotte, peut communiquer, prendre des commandes, et répondre aux questions des utilisateurs. Il peut bouger ses mains, son cou, ou encore son torse et exprimer des émotions grâce aux expressions faciales.

Sa caméra lui permet d'identifier les personnes devant lui. Il repose sur un modèle pré-entraîné, afin d'identifier les différents dialectes du pays et d'analyser le sens des phrases pour donner une réponse correcte.

Cependant, cet incident rappelle une fois de plus que les robots humanoïdes nécessitent de nombreux tests avant d'être mis à disposition du grand public. Retrouvez notre dossier complet sur les robots humanoïdes et notre vidéo ci-dessous !

C'est une preuve de plus que les nouvelles technologies soulèvent de nouvelles problématiques en matière d'éthique, au même titre que cette femme victime d'un viol collectif dans le métavers

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

1 commentaires

1 commentaire

  1. Titre putaclic … Heureusement que tu ne te définis pas comme journaliste …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *