technicien robotique et automatisme

Technicien robotique et automatisme : tout savoir sur ce métier

De la conception à la maintenance, le technicien robotique et automatisme se focalise sur le bon fonctionnement des machines dans une entreprise.

Les machines automatisées sont des incontournables pour une entreprise. Ces équipements accélèrent la majorité des activités. Ils sont alors des piliers pour assurer une rentabilité optimale. Un technicien robotique et automatisme est donc essentiel pour garantir la prise en charge de ce système. Voici toutes les informations relatives à ce poste.

Qu’est-ce qu’un technicien robotique et automatisme ?

Ce spécialiste se concentre sur les équipements automatisés dans une entreprise. Le travail d’un technicien robotique et automatisme débute dès la conception d’un système robotisé. Ensuite, il assure la programmation, la maintenance, et les réparations. Un poste très technique, qui nécessite des compétences poussées, des formations spécifiques, et des aptitudes considérables.

Devenir technicien robotique et automatisme : les formations à suivre

Plusieurs types de diplômes permettent d’accéder à ce secteur. Pour commencer, le candidat doit avoir un baccalauréat. C’est un incontournable pour exercer dans ce domaine.

Un niveau bac+2 (BTS/DUT) dans l’une de ces branches donne accès au poste de technicien robotique et automatisme. Les plus connus du grand public sont :

  • BTS Maintenance industrielle
  • BTS mécanique et automatisme industriel
  • DUT Génie industriel et maintenance
  • DUT Génie électrique et informatique industrielle

Toutefois, un diplôme bac+3 est aussi nécessaire pour augmenter ses chances d’embauche. Dans ce cas, le candidat doit avoir une licence professionnelle système automatisée, ou en réseaux et informatique industrielle.

Technicien robotique et automatisme

Quelles sont les compétences nécessaires ?

Le métier tourne autour des machines automatisées. Le technicien robotique et automatisme doit alors avoir un contrôle total sur ces équipements. Une compréhension poussée en programmation est donc obligatoire. Le spécialiste doit maîtriser les langages informatiques de bases, ainsi que des catégories un peu plus spécifiques. Les langages Ladder, CFC, ou FBD sont les plus connus dans le secteur de la robotique.

Mais le travail de ce professionnel ne s’arrête pas à la conception. Il doit aussi assurer les phases de test. Dans ce cas, la manipulation des appareils nécessaires pour cette étape est essentielle. Ici, on parle de mesures de pressions, de débits, ou de vibrations.

Et les machines automatisées fonctionnent avec l’électricité. Le technicien doit ainsi avoir une connaissance de base sur cette branche.

Enfin, le technicien robotique et automatisme doit connaître les mesures de sécurité dans une entreprise. Effectivement, ces machines peuvent présenter un danger en cas de mauvaises manipulations ou de programmations.

Les missions d’un technicien robotique et automatisme

Conception d’un système robotique spécifique

C’est la première mission d’un technicien robotique et automatisme. Ce professionnel se focalise sur la conception d’une machine automatisée. Toutefois, l’équipement doit répondre aux besoins des clients et de l’entreprise. Le technicien doit alors respecter un cahier de charges précis pour atteindre son objectif.

Cette mission commence par la programmation du robot, en fonction des requêtes des bénéficiaires. Ensuite, il y a les phases de tests, et l’installation.

Par ailleurs, le choix des matériels électroniques adéquat se trouve aussi dans l’étape de la conception. Les appareils associés au système robotisé pour suivre les mesures de ce dernier.

Entretien et maintenance des machines automatisées

Le technicien robotique et automatisme doit garantir le bon fonctionnement de son œuvre. Il s’occupe alors des phases d’entretien et de maintenance. En cas de panne, ce spécialiste analysera les sources, et il agira en connaissance des causes.  

Réalisation des dossiers d’équipement automatisé

Une fois conçu, le système robotisé se retrouvera entre les mains d’un ouvrier, d’un ingénieur, ou d’autres collaborateurs. Des dossiers précis contenant toutes les informations sur la machine sont donc de mise.

Le technicien robotique et automatisme doit alors rédiger ces documents. Ces derniers doivent comporter une notice d’exploitation, un plan, des schémas sur les différents composants, etc.

Les caractéristiques techniques de l’équipement doivent aussi figurer dans le dossier. Néanmoins, cette partie n’est pas obligatoire. Mais elle est tout de même nécessaire pour assurer le bon fonctionnement de la machine.

Former les collaborateurs

Certes, une notice sera livrée avec le système robotisé. Cependant, les grandes entreprises exigent des formations destinées aux utilisateurs de la machine. Et le technicien robotique et automatisme est le mieux placer pour mener cette étape.

Toutefois, les formations se concentreront sur un point de vue pratique. Ici, le technicien accompagne les usagers sur la prise en main, et les mesures de sécurité.

Maîtrise de l’anglais et d’autres langues étrangères

Une connaissance poussée en anglais est un atout conséquent pour œuvrer dans le secteur. Effectivement, cette compétence donne accès à une évolution de carrière fulgurante. Le technicien robotique et automatisme pourra facilement collaborer avec les entreprises multinationales. Par ailleurs, l’anglais est aussi le plus utilisé dans les conférences internationales et dans certaines rencontres professionnelles.

En outre, une base tangible en mandarin peut s’avérer bénéfique. Cette langue est surtout utilisée durant les négociations avec des entreprises chinoises. Ces firmes figurent parmi les plus réputés du secteur. Cependant, cette dernière compétence reste encore facultative.

Les aptitudes d’un technicien robotique et automatisme

Autonomie

Durant la conception, le technicien robotique et automatisme sera tenu à œuvrer seul. En effet, la programmation d’une machine automatisée nécessite des programmations spécifiques et personnalisées.

Capacité d’adaptation

Cette aptitude concerne avant tout les matériels et les technologies de conception. Avec l’évolution du numérique, le technicien robotique et automatisme doit s’adapter aux innovations. D’ici quelques années, ce secteur collaborera même avec une intelligence artificielle performante. Un outil considérable pour assurer le bon fonctionnement des machines.

Capacité d’analyse méthodique

En cas de panne, le technicien doit procéder étape par étape pour déceler les sources. Une analyse logique et méthodique facilitera alors cette phase. C’est une aptitude obligatoire pour œuvrer dans le domaine de la robotique

Aptitude relationnelle

Un technicien robotique et automatisme doit être à l’écoute des clients. En effet, le système robotisé doit répondre à des requêtes bien spécifiques.

En outre, ce professionnel doit développer un sens du travail d’équipe. Même s’il a une maîtrise absolue sur son équipement automatisé, il doit parfois collaborer avec d’autres professionnels. Les ingénieurs œuvrent étroitement avec les techniciens robotiques et automatismes.

Les secteurs clés

Les zones d’exercice d’un technicien robotique et automatisme sont très variées. En effet, tout le système de production nécessite un spécialiste de ce genre.

L’automobile, l’aéronautique, ou l’agroalimentaire sont les domaines clés d’un technicien-roboticien. Cependant, il peut aussi œuvrer dans les services de recherches et de maintenance.

technicien robotique et automatisme

Les conditions de travail d’un technicien robotique et automatisme

Le rythme de travail varie en fonction des projets et des demandes des clients. Dans la majorité des cas, le technicien robotique et automatisme suit des horaires classiques, comme les autres professionnels. Cependant, les travaux de nuit sont toujours des éventualités.

Les déplacements professionnels sont assez rares dans le secteur. Ces trajets concernent surtout les entreprises multinationales. Ces missions se focalisent sur des expertises et des maintenances.

Évolution de carrière

Les techniciens titulaires d’un BTS ou d’un DUT peuvent concourir pour devenir un ingénieur dans le secteur de la robotique. Cette voie nécessite des formations supplémentaires. Cependant, ces formations peuvent se faire en alternance dans certains cas.

Mais si l’intéressé veut rester dans le secteur professionnel, il pourra prétendre au poste de responsable après quelques années d’expérience. Il assure alors le bon fonctionnement des services de maintenance d’une entreprise. Certains techniciens expérimentés peuvent aussi occuper le poste de chef de projet, ou de responsable de bureau d’étude.

Les rémunérations d’un technicien robotique et automatisme

Un technicien junior gagne en moyenne 2292 euros par mois, soit 27 500 euros à l’année. Au bout de 2 à 3 ans d’expérience, il pourrait obtenir 2658 euros mensuels ou 31 900 euros par an.

Le salaire d’un technicien robotique et automatisme expérimenté est assez lucratif. Un profil de ce genre serait payé 3208 euros par mois.

Cependant, il existe toujours des variations en fonction de la région, de l’entreprise, et des compétences du candidat. 

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *