Accueil > Sécurité > Tinder : des millions de données intimes vendues par un Data Broker
tinder données vente

Tinder : des millions de données intimes vendues par un Data Broker

Les données personnelles de millions d’utilisateurs de sites de rencontre comme Tinder, OkCupid ou Match.com sont en vente libre sur le web. Pour quelques dizaines de dollars, les informations intimes comme l’orientation sexuelle et la position géographique d’internautes peuvent être achetées en toute légalité…

En s’inscrivant sur un site de rencontre comme Tinder, la plupart des internautes acceptent les conditions d’utilisation sans même les lire. Or, cette négligence peut avoir des conséquences fâcheuses.

Il faut savoir que ces sites de rencontres collectent un grand nombre de données (très) personnelles sur leurs utilisateurs : position géographique, mensurations, loisirs, passions, centres d’intérêt, photos, préférences sexuelles…

En menant l’enquête, l’ONG Tactical Tech a découvert que ces données sont mises en vente libre par des Data Brokers sur des sites web ouverts à tous. Pour environ 153 dollars, sur le site web USDate, la chercheuse Joana Moll a pu acheter les données de millions de profils d’utilisateurs de Tinder, OkCupid, Match.com, ou encore Plenty of Fish.

Tinder : des millions de profils en vente pour 150 dollars

tinder data broker

L’ensemble de données ainsi obtenu comprenait les noms d’utilisateurs, adresses email, genre, âge, orientation sexuelle, centres d’intérêt, professions, caractéristiques physiques, traits de personnalités des utilisateurs ainsi que cinq millions de photos.

Il est surprenant de constater que de telles données sont en vente libre sur le web public. On s’attendrait plutôt à les trouver sur des marketplaces du Deep Web. Toutefois, USDate affirme que l’offre est totalement légale, et que les propriétaires de ces données ont donné leur permission en acceptant les conditions d’utilisation des différents sites de rencontre.

Pour l’ONG Tactical Tech, les internautes doivent se rendre compte que leur confidentialité est devenue une monnaie d’échange. Le modèle économique des applications gratuites repose sur le commerce de données personnelles, et Tactical Tech considère qu’il s’agit d’une forme moderne d’exploitation. Selon elle, il n’y a qu’en prenant conscience de cette réalité que les individus pourront lutter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend