Accueil > Analytics > Virginia Tech : la sonification du Big Data pour comprendre les données
virginia tech sonification big data

Virginia Tech : la sonification du Big Data pour comprendre les données

Virginia Tech estime que la sonification des données, à savoir la conversion des données en son, permet de mieux comprendre le Big Data. Afin de vérifier cette théorie, les chercheurs ont bâti une installation d’envergure permettant « d’entendre » les données.

Les données Big Data peuvent être une source d’informations précieuse. Toutefois, il est parfois difficile de comprendre les ensembles de données présentés sous forme de modèles graphiques sur des écrans d’ordinateur. Même avec les différentes techniques de Data Vizualisation, la compréhension des données reste complexe.

C’est la raison pour laquelle les chercheurs de Virginia Tech ont décidé d’explorer la sonification du Big Data, c’est à dire la conversion des données en son. Selon ces scientifiques, les humains sont bien plus aptes à identifier des changements dans les patterns de données de façon sonore que visuelle.

Par exemple, lorsque nous écoutons de la musique, une fausse note est directement perceptible. Le même constat pourrait s’appliquer à la détection d’éventuelles anomalies dans les ensembles de données, ou plus généralement à la compréhension des données.

Virginia Tech a créé un cube regroupant 129 enceintes pour écouter le Big Data

sonification données

Pour vérifier cette théorie, l’équipe de chercheurs a bâti un cube regroupant 129 haut-parleurs au sein du Moss Arts Center de Viriginia Tech, capable de produire un son 3D à 360 degrés. Cette installation spatialisée permet aux utilisateurs d’entendre tout ce qui se passe autour d’eux.

Les tests sont effectués sur des données atmosphériques. Chaque donnée est convertie en un son unique se distinguant par son amplitude, son rythme et son volume. Chaque son différent est émis par l’un des haut-parleurs. Pour l’heure, le dispositif est en cours d’expérimentation pour vérifier son intérêt réel.

Plusieurs autres chercheurs ont déjà exploré la sonification du Big Data par le passé. C’est le cas de Diaz Merced de l’Université de Glasgow qui propose d’utiliser le son pour les explorer les données spatiales. De même, John Beckman, le fondateur du site Narro, se demandait pourquoi les analyses de données ne reposent pas davantage sur le son.

Certes, il est probable que de nombreuses personnes parviennent mieux à entendre les données qu’à les voir. Cependant, il est peut-être exagéré d’estimer que la sonification du Big Data permet systématiquement de mieux comprendre les données. Rappelons que certains individus sont dotés d’une mémoire (et donc d’une intelligence) auditive, tandis que d’autres discerneront davantage les informations visuelles. Malgré tout, la conversion des données en son reste une discipline très intéressante à expérimenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

#topcontrol { bottom: 75px;

Send this to a friend