Le premier virus vampire vient d'être découvert : le secret de nouvelles voies thérapeutiques ?

Le premier virus vampire vient d’être découvert : le secret de nouvelles voies thérapeutiques ?

Des chercheurs ont fait une découverte révolutionnaire qui a provoqué une onde de choc dans la communauté scientifique. Ils ont notamment découvert l'existence du tout premier virus vampire qui pourrait être le secret de nouvelles voies thérapeutiques virales. 

Virus vampire : attaque puis co-évolution

Des scientifiques ont pour la première fois pu observer qu'un virus s'attaquait à un autre virus. Un microscope électronique a capturé l'interaction avec des détails époustouflants de la « connexion » et montre comment ces deux virus différents ont pu co-évoluer.

Les virus étudiés sont tous deux classés dans la catégorie des bactériophages. Il s'agit d'un groupe de virus connus pour infecter les bactéries. Les bactériophages infectent également les organismes procaryotes unicellulaires (cellules sans noyau qui regroupent principalement le monde des bactéries) appelés archées. 

Certains virus appelés satellites dépendent à la fois de leur organisme hôte et d'un autre virus appelé assistant pour terminer leur cycle de vie. Le virus satellite dépend du virus auxiliaire pour construire la coque protectrice qui recouvre son matériel génétique appelée capside. Ceci, pour l'aider à répliquer son ADN

Pour que cette relation continue, le satellite et l'assistant doivent être proches l'un de l'autre pendant au moins un petit moment. Mais il n'y avait aucun cas connu de virus satellite s'attachant à l'assistant jusqu'à cette découverte. Les scientifiques ont publié les détails de cette découverte dans la revue scientifique Journal of the International Society of Microbial Ecology le mois dernier.

Le secret de nouvelles voies thérapeutiques virales ?

Tagide de Carvalho est un biologiste de l'Université du Maryland (Baltimore, Etats-Unis). Ce scientifique, co-auteur de l'étude, affirme être particulièrement surpris de cette nouvelle découverte. « Personne n'a jamais vu un bactériophage – ou tout autre virus – s'attacher à un autre virus », déclare-t-il dans un communiqué. 

Les étudiants qui ont isolé le satellite l'ont surnommé MiniFlayer et ont baptisé son assistant MindFlayer. L'équipe a observé cette relation virale entre le satellite MiniFlayer et l'assistant MindFlayer en examinant certains échantillons d'une famille de satellites bactériophages qui infectent la bactérie Streptomyces.

Pour expliquer le mode d'approche du virus vampire, l'équipe explique que le satellite s'attache au cou de l'assistant en utilisant une adaptation unique au niveau de sa queue. Pour l'instant, ce type de relation n'a été observé qu'en laboratoire. Comprendre ces relations virales à long terme pourrait aider les scientifiques à découvrir de nombreux autres exemples dans la nature. « Il est possible qu'un grand nombre de bactériophages que les gens pensaient contaminés soient en réalité ces systèmes d'assistance par satellite », explique de Carvalho.

La découverte du virus vampire marque un moment charnière en virologie. Les ramifications pour la virologie, les médicaments et l'environnement deviennent progressivement évidentes à mesure qu'elle approfondit cette relation harmonieuse, selon l'équipe. Cela prépare les scientifiques à une nouvelle ère d'appréhension du domaine de la science.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *