Accueil > Cloud computing > VMware : quand virtualisation rime avec containerisation
vmware debrief

VMware : quand virtualisation rime avec containerisation

Du 25 au 29 août, VMware organisait sa grand-messe annuelle, le VMworld. Le spécialiste de la virtualisation et du cloud computing y a présenté les nouveautés de son catalogue. La division française réalisait hier un débriefing sur les annonces à retenir.

VMware veut clairement passer à l’étape supérieure dans le domaine du cloud et la gestion des applications d’entreprise. Pour le prouver, elle tenait du 25 au 29 août le salon VMworld, à San Francisco. Lors de cette étape obligatoire, la firme de Palo Alto a dévoilé les technologies et les mises à jour qui dicteront son activité au cours de l’année à venir.

Lors d’un débriefing organisé par la division française, Eric Marin, CTO France pour VMware, a présenté à la presse française les nouveautés qui lui semblent importantes. Selon lui, le salon américain fut rythmé par “des annonces majeures” qui “marquent un vrai tournant pour les 5 ans à venir”. Celles-ci sont conformes « à la stratégie établie depuis 2 à 3 ans par VMware« , explique notre interlocuteur.

Eric Marin a principalement évoqué les offres autour des “Modern Applications” basées sur la containerisation, les nouveautés Cloud Hybride, notamment VMware Cloud on Dell EMC. Il a rapidement cité les avancées de la solution de cybersécurité NSX et le partenariat avec Nvidia pour VMware Cloud on AWS.

Project Pacific : Kubernetes s’installe chez Vsphere

La transformation de VMware commence par l’adoption complète de Kubernetes. L’orchestrateur de container fait maintenant partie intégrante de l’architecture de Vsphere. Dans le cadre du project Pacific, le gestionnaire de machines virtuelles a été recodé pour s’adapter nativement aux clusters Kubernetes. Vsphere doit bientôt permettre aux opérateurs IT et aux développeurs de collaborer. En effet, ces deux populations utiliseront le logiciel pour déployer et organiser des instances VM, mais aussi des Pods Kubernetes.

Pour cela, le fournisseur a ajouté à Vsphere ce qu’elle nomme le Supervisor Cluster. Il s’agit d’un cluster Kubernetes qui se repose sur l’hyperviseur Bare Metal ESXi pour héberger les nœuds correspondants. Kubelet, le gestionnaire des nœuds de Kubernetes fonctionne maintenant sur des serveurs équipés d’ESXi. Selon Cormac Hogan, CTO de la division Hyperconverged Infrastructure de VMware, l’entreprise a nommé cela vShperelet. Ce composant vérifie par le biais de l’API serveur de Kubernetes que les Pods, des groupes de containers, utilisent les bons nœuds et qu’ils fonctionnent correctement.

Le concept de Pod Natif ESXi consiste à instancier les charges de travail comme une machine virtuelle sur un host ESXi quand elles sont déployées sur le superviseur de clusters. En principe, les rendements de l’orchestrateur de containers et des VM sont mixés. Selon Joe Beda, Principal Engineer pour VMware, un tel système permettrait aux workloads de fonctionner bien plus rapidement. L’on gagnerait 30 % de performance supplémentaire par rapport à une VM Linux et 8 % face à une installation bare metal.

VMware Tanzu : faciliter la gestion des clusters et des machines virtuelles

vmware tanzu mission control

Cette nouvelle infrastructure permet au fournisseur de lancer un portfolio de solutions commerciales nommé VMware Tanzu. Ce catalogue combinera les technologies issues des rachats de Bitnami et de Pivotal. Dans un premier temps, la société a présenté Tanzu Mission Control. Cette « plateforme de plateforme » répond à un problème spécifique.

Selon Eric Marin, si les grands comptes développent des solutions à l’aide de Kubernetes, peu d’entre eux ont un pourcentage élevé d’applications totalement containerisées. L’existant pèse lourd sur les épaules des responsables IT.

Suivre tous les clusters d’une entreprise

Les projets ne sont pas forcément intégrés, sécurisés, monitorés par les DSI. Pour faciliter cette gestion, Mission Control donne une visibilité complète des Pods Kubernetes en fonctionnement dans les clouds publics, dans les centres de données privés, entre autres Cela concerne même ceux qui ne sont pas déployés à l’aide de Vsphere. Tanzu Mission Control sera proposé en mode SaaS et facilitera le lancement, les mises à jour et la suppression des clusters. Il indiquera également l’état de santé de ces éléments, permettra d’appliquer une politique de gestion de données, ainsi que des règles. En principe, il sera plus aisé de détecter les clusters, donc les applications, non conformes aux exigences réglementaires.

Le CTO France de VMware affirme qu’au lieu de gérer des VM, “nous permettrons aux administrateurs de gérer des applications” puisque celles-ci pourraient reposer sur des machines virtuelles et sur Kubernetes. “On pourra les déplacer sans manipuler directement les VM”. Cela impliquerait de combiner Mission Control et Vsphere. Il convient d’attendre une sortie officielle pour en savoir plus.

Pour rappel, VMware avait lancé Vsphere Integrated Containers en 2016. Ce moteur est compatible avec Docker Remote API. Il vise à instancier des containers Docker en tant que machines virtuelles. La firme de Palo Alto n’en est donc pas à son premier coup d’essai en la matière.

Tanzu bénéficie pour l’instant d’un aperçu technique. La date de sortie commerciale n’est pas encore confirmée.

VMware Cloud on Dell EMC : transformer l’Edge Computing en service

En ce qui concerne les infrastructures des entreprises, le fournisseur veut simplifier le contrôle, la sécurisation et l’évolution des centres de données et périphériques (Edge) sur site. Il propose VMware Cloud on Dell EMC, un service qui comprend la gestion de la couche Software Defined Data Center, du déploiement des équipements nécessaires fournis ici par Dell et de la sécurité. L’entreprise paie alors un abonnement sur une durée d’un ou trois ans afin de ne plus s’occuper de l’achat, de l’installation et de la gestion de ses data centers et passerelles. La disponibilité est basée sur le niveau de consommation.

“Le Cloud ne répond pas à tout. Il y a de nombreuses raisons qui poussent une entreprise à conserver des infrastructures : en premier lieu des problématiques de sécurité et de performances”, assure Eric Marin.

Cette offre, accessible aux États-Unis, se base sur VMware Cloud FoundatioN. Cette stack logicielle comprend un manager SDDC, vSphere, le gestionnaire de stockage vSan et l’outil de virtualisation réseau NSX (HPE la proposera dans un peu plus d’un mois via Greenlake NDLR). Elle reprend aussi les principales caractéristiques de VxRail, une offre d’infrastructure hyperconvergée déjà basée sur les appliances Dell EMC.

VMware n’a pas nommé les potentiels partenaires avec qui elle envisage de lancer la même solution. Cela laisse planer, pour l’instant, la menace de l’enfermement propriétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend