population mondiale 8 milliards

8 milliards d’humains, et ensuite ? Le Big Data prédit le futur de l’humanité

Nous sommes désormais 8 milliards sur Terre depuis le 15 novembre 2022. Découvrez les données clés, et le futur de la population mondiale à travers les projections Big Data des démographes…

Ça y est : selon les modèles de l’ONU, la population mondiale a atteint le cap des 8 milliards le 15 novembre 2022. L’humanité a élargi ses rangs d’un milliard en seulement 12 ans, alors que la planète n’hébergeait que 2 milliards de personnes il y a moins d’un siècle. La population a tout simplement doublé depuis 1974

Ce jour a été nommé « Day of Eight Billion » (jour des huit milliards) par l’organisation. Toutefois, Patrick Gerland qui dirige les travaux démographiques au sein de la Division Population des Nations Unies à New York City, « il s’agit plutôt d’une approximation et d’un nombre symbolique. Nous avons peut-être passé ce cap, ou nous le passerons un peu plus tard, mais c’est à peu près maintenant que l’humanité atteint 8 milliards ».

Des données beaucoup plus fiables

population mondiale répartition

Malgré l’approximation, cette estimation est la plus fiable produite par les Nations Unies jusqu’à présent. Pour cause, l’organisation a récemment changé la façon dont elle analyse les données. Plutôt que de conduire une analyse tous les cinq ans, elle explore désormais les données chaque année.

De plus, la capacité à collecter des statistiques s’est fortement améliorée au fil des dernières décennies dans un grand nombre de pays. Plusieurs zones d’ombre demeurent toutefois, en particulier dans les pays confrontés à des crises humanitaires et des conflits comme la Somalie, le Yemen et la Syrie.

Notons que la moitié de la population mondiale est répartie dans seulement 7 pays : Chine, Inde, États-Unis, Indonésie, Pakistan, Nigeria et Brésil.

La croissance humaine ralentit

projection population mondiale

Où va-t-on à présent? Comment va évoluer la population mondiale au cours des années à venir, et combien de personnes supplémentaires la Terre peut-elle supporter ?

Selon la dernière mise à jour des données sur la population, publiée en juillet 2022 par les Nations Unies, les projections à long terme sont passées de 11 milliards de personnes à 10,4 milliards pour l’horizon 2100.

Même si la population humaine a crû rapidement, les démographes sont unanimes sur un point : cette croissance ralentit. Dans quelques décennies, notre nombre va diminuer.

Taux de fertilité : la pomme de la discorde

L’augmentation rapide de la population au XXème siècle a été principalement guidée par les progrès en santé publique et médecine, permettant à davantage d’enfants de survivre jusqu’à l’âge adulte. Dans le même temps, les taux de fertilité à savoir le nombre moyen d’enfants par femme sont restés élevés dans les pays pauvres.

Les taux de fertilité sont particulièrement importants pour les projections démographiques. C’est pourquoi les différences d’estimation de ces taux entraînent une divergence entre les divers modèles de prédiction de la population mondiale pour 2100. Ces prévisions vont de 8,8 milliards à 11 milliards.

Comme l’explique Tomáš Sobotka, chercheur spécialisé de l’Institut de la Démographie de Vienne, « de petits ajustements dans la trajectoire du taux de fertilité peuvent s’accumuler, et soudainement un grand pays peut avoir 100 millions de personnes supplémentaires dans 80 ans ».

En 2018, l’Institut International d’Analyse des Systèmes Appliqués (IIASA) de Vienne a prédit une population mondiale d’environ 9,5 milliards en 2100. À présent, l’institut prépare une mise à jour augmentant son estimation entre 10 et 10,1 milliards.

Ce changement est dû à un taux de survie observé et attendu supérieur parmi les enfants de pays pauvres. Un autre facteur est une estimation accrue du taux de fertilité dans certains grands pays comme le Pakistan.

Vers un effondrement de la population chinoise

De leur côté, les Nations Unies ont mis à jour leurs prévisions suite à l’amélioration des données chinoises depuis la fin de la loi de l’enfant unique en 2015.

Auparavant, les différentes sources de données chinoises étaient souvent contradictoires. Certains parents n’enregistraient pas les naissances, notamment s’ils avaient une fille. C’est la raison pour laquelle de nombreux enfants n’apparaissaient pas dans les statistiques officielles jusqu’à ce qu’ils commencent l’école.

Les démographes devaient donc se tourner vers les statistiques d’éducation pour des statistiques plus exactes. Selon les prédictions des Nations Unies, la Chine a déjà atteint son pic et va diminuer d’année en année au moins jusqu’à la fin du siècle. Il y a déjà plus de décès que de naissance dans ce vaste pays d’Asie.

De nombreux défis attendent l’humanité

Malgré cette hausse massive de la population mondiale, les gens vivent plus longtemps, profitent d’un meilleur accès à la santé, la nourriture et l’eau potable. La proportion d’humains vivant une pauvreté extrême (moins de 2 dollars par jour) a diminué de 44% en 1974 à 10% aujourd’hui selon les données de GapMinder.

Toutefois, de nombreux défis demeurent comme le changement climatique, l’impact de la pandémie Covid-19, et un nombre record de personnes déplacées.

Plus de 100 millions de personnes ont été déplacées de force, notamment suite à la prise de l’Afghanistan par les Talibans et l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

En outre, la famine guette toujours la Corne de l’Afrique. Les agences d’aide internationale peinent depuis peu à trouver assez de ressources pour gérer les crises et les conflits multiples.

Selon la directrice exécutive de Fonds de Population des Nations Unies (UNFPA), Natalia Kanem, « il s’agit d’un moment charnière pour l’humanité ». Elle assure que « le nombre élevé de vies humaines n’est pas une cause de peur ». Une réponse ferme aux personnes craignant une surpopulation entraînant une insuffisance des ressources vitales…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest