aws attentat data center amazon

Amazon craint des attentats sur les Data Centers du Cloud AWS

Amazon redoute des attentats d’extrême droite sur les Data Centers de son Cloud AWS. Ces craintes font suite à la décision de la firme de cesser l’hébergement de l’application Parler, utilisée par les membres de l’extrême droite américaine…

En début de semaine, suite à l’assaut du Capitole des États-Unis, Amazon a décidé de ne plus héberger l’application mobile Parler. Cette plateforme de messagerie prônant la liberté d’expression est massivement utilisée par les supporters de Trump et l’extrême droite américaine, et aurait permis de coordonner la prise du Capitole survenue le 6 janvier 2021.

Toutefois, suite à cette mesure radicale, Amazon redoute une attaque à la bombe sur les Data Centers de son Cloud AWS (Amazon Web Services). Le vice-président Chris Vonderhaar vient de diffuser une lettre aux employés des centres de données.

Le document invite les équipes à redoubler de vigilance, évoquant le risque d’attaques contre les infrastructures et complexes d’Amazon. Toute activité suspecte doit être signalée sans délai.

Une attaque à la bombe sur le nuage d’Amazon ?

Plusieurs changements ont déjà été adoptés pour  » assurer la sécurité  » des employés et des équipements, notamment les Data Centers. Par ailleurs, il est désormais interdit aux employés d’apporter des changements ou des mises à jour majeures le lundi et le mardi dans plusieurs régions des États-Unis.

Après la décision de Google et Apple de bannir Parler de leurs boutiques d’applications respectives, un utilisateur de l’appli qualifiait cette initiative de  » déclaration de guerre « . Selon lui,  » il serait dommage qu’une personne dotée de connaissance en explosifs visite les Data Centers d’Amazon « .

Rappelons que la liste complète des Data Centers AWS fut dévoilée par Wikileaks en 2018. Plusieurs autres menaces du même acabit ont été identifiées sur le réseau social controversé. Autant dire que les craintes d’Amazon sont loin d’être infondées