byod bring your own device

BYOD : Qu’est-ce que le Bring Your Own Device ? Tout ce qu’il faut savoir

Le BYOD est un programme inédit mis en place dans les entreprises. Il permet d’améliorer le travail. Les employeurs ainsi que les employés bénéficient alors des avantages.

Que signifie BYOD ?

BYOD est l’acronyme de Bring Your Own Device. Cela dit, c’est une politique avec laquelle les employés peuvent utiliser leurs appareils personnels pour effectuer leur travail. Les entreprises permettent donc à ses salariés d’user de leurs propres smartphones, tablettes, ordinateurs portables ou clés USB pour réaliser les tâches qui leur sont attribuées. De ce fait, le personnel peut avoir accès aux données et informations de l’organisation depuis leurs appareils personnels respectifs. Cela concerne également les données sensibles ou confidentielles.

Comment cela fonctionne-t-il ?

La politique BYOD de l’entreprise devrait répondre aux problèmes de sécurité, aux types d’appareils autorisés ainsi qu’à d’autres considérations essentielles. Avant tout accord, chaque employé se doit de lire puis comprendre parfaitement cette politique. Certes, le BYOD se pose comme une énorme opportunité pour les employés et les employeurs. Cependant, de strictes règles de sécurité doivent régir sa mise en place.

La mise en place d’un système BYOD

Bien évidemment, il est primordial que chaque navigation à un réseau doive être sécurisée. Pour cela, quelques règlements s’appliquent. Pour commencer, il convient d’utiliser des mots de passe forts et un cryptage des informations pour chaque appareil qui se connecte. Ensuite, la société doit bien déterminer ce que sont les données sensibles. La société devra clairement souligner si celles-ci seront stockées sur un appareil local ou un appareil d’utilisateur. Troisièmement, des outils de sécurité mobiles BYOD ou logiciels de gestion de données sont souvent à installer sur chaque appareil de l’employé. Pour cela, l’entreprise s’engage à faire le bon choix. Pour finir, l’entreprise doit trouver le logiciel efficace qui effacera les informations sensibles de l’appareil de l’employé, si besoin est (une falsification par exemple).

Dans certains cas, l’entreprise oblige les employés à installer des applications spécifiques sur leurs appareils. Elle y met également les mesures sécuritaires nécessaires afin d’accéder aux informations qui lui sont vitales.

Néanmoins, certains employés décident de ne pas se lancer dans le programme BYOD. Dans ce cas, l’entreprise devrait les comprendre. Au fait, des fois, des applications sont demandées à mettre en liste noire (selon la politique de gestion des appareils mobiles MDM). C’est une de raison qui les retient. L’autre raison est que les employeurs, dans certaines politiques, peuvent avoir un accès à distance aux appareils des employés. Or, cela peuvent leur importuner. Certains salariés préfèrent mettre une barrière distincte entre travail et vie professionnelle. En conséquence, ils privilégient le choix d’un tout autre appareil consacré à leur travail.

Les types et le nombre d’appareils qui conviennent

Les appareils autorisés à se connecter au réseau doivent bien être définis pour assurer le bon fonctionnement de l’organisation. Les appareils moins sécurisés sont les principaux à empêcher. Il s’agit notamment des appareils dotés de systèmes d’exploitation anciens et des fonctionnalités de sécurité obsolètes. Ces derniers ne sont pratiquement plus pris en charge par le fabricant.

Quant au nombre d’appareils, l’observer est également important. Dans tous les cas, plus ils sont abondants, plus l’entreprise sera fonctionnelle. En général, l’entreprise se base sur des politiques très solides en matières d’appareils afin d’identifier ceux qui sont autorisés à se connecter au réseau.

Importance de la sécurité BYOD

Le BYOD est avantageux que ce soit pour l’entreprise ou les employés. Ces derniers peuvent par exemple travailler librement et plus aisément avec leurs appareils. Et, cela augmente la flexibilité de l’entreprise. Cependant, la sécurité de cette politique est incontestablement importante. Comme expliqué plus haut, les employés peuvent accéder aux données sensibles de la société. Par conséquent, de nombreuses vulnérabilités peuvent être introduites dans le réseau. Les appareils BYOD sont donc exposés à un nombre illimité de virus et de logiciels malveillants.

Par ailleurs, l’entreprise ne peut pas toujours contrôler toutes les personnes qui ont un accès physique à chaque appareil. Pour les appareils se trouvant dans un bureau par exemple, seules les personnes qui possèdent une clé physique ou une carte-clé numérique en ont l’accès. Par contre, lorsqu’un appareil est dans les mains de quelqu’un, il peut très facilement être volé. Dès lors, la sécurité du BYOD est très utile afin de diminuer les risques et les vulnérabilités. Pour cela, la virtualisation des applications est une des alternatives idéale. Elle offre aux entreprises plusieurs options de sécurité et de gestion. En outre, la virtualisation des postes de travail est également essentielle. Elle offre aux utilisateurs une instance de système d’exploitation isolée, ne nécessitant aucune installation sur les appareils personnels.

Quels sont les avantages du BYOD ?

Les avantages du BYOD sont multiples, surtout pour les entreprises.  Pour débuter, elles ont l’opportunité d’accéder plus rapidement aux nouvelles technologies. Elles peuvent adopter des appareils plus performants et également plus puissants. Cela dit, l’évolution paraît plus facile si les employés apportent leur propre technologie. Dès lors, il n’est plus nécessaire de toujours faire des mises à jour.

Le second avantage du BYOD est que les employeurs dépensent moins de temps pour former les employés. En effet, si un employé utilise son appareil personnel pour faire son travail, il sait déjà très bien le manipuler. Par conséquent, cela évite les longs temps de formation.

Puis, les coûts initiaux lors de l’intégration sont aussi réduits. Les organisations investissent déjà beaucoup dans l’achat de nouveaux appareils, de nouveaux logiciels pour protéger ses systèmes contre les divers virus et logiciels malveillants. De plus, ils consacrent encore de fonds importants dans la formation des employés. Or, grâce au BOYD, ces coûts sont véritablement moindres. Aussi, l’entreprise se doit d’initier chaque nouveau recru aux protocoles de sécurité. C’est une étape nécessaire pour protéger l’interaction avec le réseau. Pourtant, chaque employé s’est certainement occupé d’installer une sécurité suffisante sur ses appareils personnels. Le cas échéant, l’entreprise peut leur demander d’en acheter avant d’accéder au réseau.

Enfin, la société a le grand avantage d’économiser beaucoup d’argent.  Non seulement elle n’achète plus de nouveaux appareils, mais elle ne se charge plus non plus de leurs éventuelles maintenances. Bien évidemment que cela présente une grande diminution de ses coûts et frais.

Les inconvénients du BYOD

Bien que le BYOD soit très avantageux, il représente toutefois des limites. La première se trouve toujours dans le domaine de la sécurité. Au fait, les protocoles de sécurité sont complexes. Chaque appareil qui est autorisé à se connecter au réseau est doté de ses vulnérabilités. Or, celles-ci pourraient s’y infiltrer et entraîner des conséquences désastreuses. Ces appareils, non sanctionnés par l’entreprise, sont appelés Shadow IT. Face à ces risques, chaque employeur doit bien s’assurer de la fiabilité de chaque appareil avant de l’engager pour ses travaux.

Par ailleurs, les employés peuvent aussi apporter leurs appareils n’importe où. Or, cela se présente également comme un risqué de sécurité du BYOD. Les données de l’entreprise peuvent, dans ce cas, être perdues ou volées.

Troisièmement, les employés disposent de diverses applications sur leurs appareils. Partant du plus basique comme la messagerie au plus distrayante comme les jeux, une application se pose toujours comme une entrave au travail. Cela diminue la concentration et pourrait parvenir au non-accomplissement ou à l’échec d’une mission.

Les préréglages d’applications spécialisées se rajoutent à cette liste. Ces derniers facilitent aux employés la connexion à toutes les applications relatives au cloud, et même l’accès aux réseaux sociaux. Alors, durant leur travail, les employés peuvent probablement tomber sur des publicités attractives qui attireraient leur attention. Or, cela reste néfaste pour les activités de la société.

Et dernièrement, des problèmes de confidentialité s’imposent autant pour l’entreprise que pour l’employé dans le cadre du BYOD. Pour l’employé, toute son intimité est en jeu. Vu que son appareil personnel s’intègre, toutes ses informations, ses données, ses mots de passes sont exposés à tout un réseau. Quant à la société, les données confidentielles et radicales, les supports marketing, tous les secrets professionnels sont entre les mains des employés. Pourtant, ces derniers ne sont pas tous obligatoirement loyaux et honnêtes. Sans oublier que les appareils connectés, s’ils entrent en contact avec des logiciels malveillants, mettent le réseau face à des risques élevés de vol.

Alors, comment bien réussir une politique BYOD ?

Dans une politique BYOD, tout est en fait question de sécurité. La première préoccupation d’une entreprise qui opte pour le BYOD est donc d’avoir le maximum de visibilité possible sur les appareils connectés au réseau. En effet, c’est la première voie amenant à la perte, au piratage et à la mauvaise gestion des données.

Par ailleurs, un appareil qui n’est pas suffisamment sécurisé est toujours un facteur à risque pour l’entreprise. De ce fait, cette dernière doit bien étudier la manière dont elle qualifiera les appareils. Certes, le contrôle des employés, des appareils et les sécurités de chaque appareil est difficile. Mais, l’entreprise se doit de filtrer avec maximum de précautions tous les accès possibles au réseau. Et ce, pour garantir son développement et sa pérennité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest