carte ADN

Cette carte ADN stocke vos données pendant 150 ans, et c’est français !

À l'ère du numérique, stocker des données sur le long terme est un grand défi. Face à la faible durabilité des supports traditionnels, Biomemory, une société française, a créé une carte mémoire ADN qui garde vos données pendant 150 ans.

Une carte mémoire ADN durable pendant 150 ans par Biomemory

La startup française Biomemory a conçu une carte mémoire ADN, une première mondiale. Cette carte peut stocker un kilo-octet de données pendant 150 ans. Cette avancée dépasse largement la durée de vie des SSD et cartes mémoire traditionnelles, dont la longévité reste limitée. Ainsi, Biomemory apporte une solution durable, répondant aux défis de conservation des données numériques sur le long terme.

Le stockage ADN se positionne comme le plus durable parmi les technologies existantes. Il surpasse les méthodes de stockage magnétique, optique ou flash en termes de longévité. En plus, l'ADN a une capacité exceptionnelle : un gramme peut stocker jusqu'à 215 pétaoctets de données, une densité inégalée.

Un coût élevé pour une technologie avancée

Néanmoins, cette innovation a un prix. Pour stocker un kilo-octet de données sur la carte ADN de Biomemory, il faut débourser environ 1 000 euros. Ce coût peut sembler prohibitif en comparaison des moyens de stockage classiques. Toutefois, ce tarif s'explique par la complexité et la valeur ajoutée de cette technologie de pointe.

Un autre défi associé à cette technologie est sa vitesse de traitement. La lecture et l'écriture des données sur la carte ADN sont relativement lentes. Cela peut donc prendre plusieurs jours pour traiter les données. De ce fait, bien que coûteuse et moins rapide, la carte ADN vise des applications spécifiques d'archivage à long terme, plutôt que des usages quotidiens.

La mécanique du stockage ADN

À noter que le fonctionnement de la carte ADN de Biomemory diffère fondamentalement des supports de stockage conventionnels. Elle traduit les données binaires en séquences de nucléotides, les unités de base de l'ADN. Ces nucléotides, formés des bases adénine (A), guanine (G), thymine (T) et cytosine (C), permettent un codage précis et durable des données numériques.

Pour comprendre cette technologie, Biomemory propose sur son site web un outil de conversion de texte en séquence de paires de bases nucléotidiques. Cette fonctionnalité offre un aperçu direct de la manière dont les données numériques peuvent être transformées et sauvegardées dans l'ADN.

Restez à la pointe de l'information avec LEBIGDATA.FR !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et rejoignez-nous sur Google Actualités pour garder une longueur d'avance.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *