ordinateur quantique chinois

La Chine a créé un ordinateur quantique 10 millions de fois plus puissant que Google

La Chine annonce un nouvel ordinateur quantique aux performances inouïes. Cette machine serait 10 millions de fois plus rapide que le Sycamore de Google, considéré jusqu’à présent comme l’ordinateur quantique le plus puissant. En une milliseconde, elle est capable de résoudre une tâche nécessitant 30 billions d’années à l’ordinateur classique le plus avancé.

Une guerre froide technologique a commencé entre les États-Unis et la Chine. Il y a quelques jours, le CSO du Pentagone annonçait sa démission, estimant que la Chine a déjà gagné la course à l’intelligence artificielle.

De même, les renseignements américains tirent la sonnette d’alarme sur la collecte massive de données génétiques par la Chine visant à constituer la plus grande base de données mondiale.

Les deux superpuissances s’affrontent autour de l’IA, du Big Data, de la conquête spatiale ou encore du Cloud Computing. Le but ? Dominer les technologies du futur pour régner sur le monde de demain.

Le Google Sycamore détrôné par la Chine et son Zuchongzhi 2 à 66 Qubits

Une autre technologie au coeur du champ de bataille est l’informatique quantique, ou Quantum Computing. Jusqu’à présent, l’ordinateur quantique le plus puissant était américain. Il s’agissait du Sycamore de Google, doté d’une puissance de 55 qubits. Cette machine est la première à avoir atteint la  » suprématie quantique « , et reste indétrônée depuis deux ans.

Toutefois, dans une étude publiée sur Physical Review Letters et Science Bulletin, des physiciens chinois annoncent avoir construit deux ordinateurs quantiques dont les performances surpassent la concurrence américaine. Le premier est une machine à superconduction, et le second est encore plus rapide grâce à l’exploitation des photons de lumière.

Intitulé Jizhang 2, le superordinateur n’a besoin que d’une milliseconde pour compléter une tâche nécessitant 30 billions d’années pour l’ordinateur classique le plus rapide du monde.

Cette innovation majeure a d’abord été révélée lors d’une interview diffusée sur CCTV, la télévision d’Etat chinoise. On pouvait donc penser qu’il s’agissait d’une annonce mensongère, ou du moins exagérée, ayant pour but de vanter la supériorité chinoise.

Toutefois, les deux études publiées ont été évaluées par des pairs. Elles peuvent donc être a priori prises au sérieux.

Ainsi, selon Pan Jianwei, chercheur en chef de ces études, l’ordinateur quantique à superconduction programmable Zuchongzhi 2 doté d’une puissance de 66 qubits est 10 millions de fois plus rapide que le Sycamore de Google. Cette machine chinoise est donc officiellement la plus rapide du monde.

Le Zuchongzhi 2 est une version améliorée du premier modèle, daté d’il y a trois mois. Le Jiuzhang 2 fonctionne quant à lui grâce à la lumière, et a moins d’applications mais peut atteindre une vitesse 100 sextillions de fois plus rapide que les meilleurs ordinateurs classiques actuels.

Vers la révolution de l’informatique quantique

La révolution quantique est en marche. Toutefois, il faudra encore patienter de nombreuses années pour que ces machines soient commercialisées.

Pour l’heure, ces deux ordinateurs quantiques ne peuvent fonctionner que dans des environnements optimisés et pour des tâches très spécifiques. Même dans ces conditions, ils commettent encore de nombreuses erreurs. Les chercheurs espèrent parvenir à corriger ces faiblesses d’ici à quatre à cinq ans de travaux acharnés.

Une fois cet objectif atteint, il pourrait être possible d’utiliser les ordinateurs quantiques et les simulateurs quantiques pour résoudre certains des problèmes scientifiques les plus importants à ce jour.

Par exemple, en refroidissant les circuits du Zuchongzhi à des températures extrêmement basses, il est possible d’atteindre les performances optimales pour une tâche appelée  » random walk « . Ce modèle correspond aux mouvements des pièces sur un échiquier.

Cette tâche peut être utilisée pour calculer les mutations génétiques, prédire les prix d’une action, contrôler les flux d’air des avions hypersoniques, ou pour la découverte de nouveaux matériaux.

Ainsi, les ordinateurs quantiques pourraient occuper une place majeure dans plusieurs domaines de la société du futur, du secteur militaire à la recherche scientifique en passant par l’économie. Reste à savoir quel pays dominera cette nouvelle technologie, et s’érigera en nouveau maître du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest