Cloud Computing : Pourquoi les autorités britanniques enquêtent sur les hyperscalers ?

Actuellement, l’Ofcom procède à une enquête auprès des trois grands hyperscalers Amazon, Google et Microsoft.

Une démarche pour discerner le caractère concurrentiel des grandes boîtes

L’Ofcom commencera une étude pour observer les trois grands hyperscalers suggérant leurs services de cloud public aux entreprises. L’intérêt est de vérifier les marges de concurrence réelles qu’Amazon Web Services, Microsoft Azure et Google Cloud laissent entrevoir. Grâce à leurs services, les entreprises peuvent disposer de la puissance de calcul et d’un espace de stockage distant. Il n’y a donc plus lieu d’héberger leurs propres données en interne.

L’objectif de cette enquête est de vérifier si les petites boîtes peuvent sereinement être actifs sur le marché malgré la présence des trois grandes boîtes dominantes. Les résultats disposeront des mesures de régulation à prendre si tel est le cas. Cette étude s’inscrit également dans une politique de régulation des industries de télécommunications au Royaume-Uni.

pcloud black friday 2022

Selina Chadha, à la direction de la branche connectivité de l’Ofcom, rassure que ces suppositions n’étaient pas encore vérifiées. A l’issue de cette enquête, un rapport serait établi par le régulateur d’ici un an. Notons que les trois hyperscalers n’avaient pas tout de suite répondu présent au premier appel de la CNBC.

L’Ofcom prévoit d’autres enquêtes

Sur la liste de l’Ofcom, d’autres enquêtes sont programmées. Les futures concernées sont la messagerie personnelle et les assistances virtuelles telle qu’Alexa. Le régulateur se penchera sur l’influence que des services comme Meta WhatsApp, Apple Temps, Zoom auraient pu enclencher chez les services plus traditionnels d’appels et de messagerie. Leur impact sur la concurrence fera également partie des futures recherches.

Chadha soutient que le numérique est actuellement omniprésent dans nos quotidiens. « Nous sommes régulièrement exposés à une diffusion incessante de contenus divers. Cela augmente la nécessité de réguler ces services, car avec l’expansion du contenu surviennent les problèmes. C’est la raison pour laquelle ce genre d’étude est impératif. La rumeur de l’emprise des hyperscalers sur le numérique doit être clarifiée ou réfutée.» avance-t-elle.

Dernièrement, l’Ofcom avait eu la responsabilité d’asseoir les nouvelles législations en matière de contenu préjudiciable sur Internet. Cependant, l’arrivée de Liz Truss au gouvernement pourrait perturber la mise en place effective de ce projet de loi. Nul n’est sans savoir que le gouvernement britannique est en proie à des problèmes plus importants reliés à l’inflation incessante. Les questions de cybersécurité et de cybercriminalité ne s’inscrivent pas forcément au rang des priorités en ces temps difficiles.

Amazon en tête de liste

Avec 62,2 milliards de dollars d’entrée en 2021, AWS obtient la première place sur le marché du cloud computing. Viennent ensuite Microsoft Azure et Google Cloud. Les trois détiennent à peu près 81% de l’ensemble des revenus sur le marché du cloud au Royaume-Uni. A ces informations, Microsoft a agi en premier. L’entreprise -souvent accusé d’accaparer le marché- a décidé de laisser une certaine flexibilité pour ses utilisateurs. Ces derniers peuvent maintenant jouir d’autres offres cloud depuis les modifications faites par Microsoft sur certains termes contractuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest