Comment ce concierge a détruit 20 ans de recherche scientifique ?
concierge

Comment ce concierge a détruit 20 ans de recherche scientifique ?

Des années de recherche, parties en fumée en un instant. C’est l’histoire d’un concierge qui, sans le vouloir, a mis fin à des travaux scientifiques importants en éteignant un congélateur.

Un concierge a éteint par erreur un congélateur contenant des recherches inestimables du Rensselaer Polytechnic Institute (RPI) à New York. Le procès, intenté contre Daigle Cleaning Systems Inc., exige au moins 1 million de dollars de dommages-intérêts pour la destruction de 20 ans de cultures cellulaires et d’échantillons.

Un acte malheureux aux conséquences lourdes

Joseph Herrington travaillait comme concierge au Rensselaer Polytechnic Institute à New York, un endroit dédié à la science. Un jour, il a entendu un bruit provenant d’un congélateur. Ce congélateur, réglé à -80 degrés Celsius, gardait au frais des cultures cellulaires très spéciales. En effet, les scientifiques les utilisaient dans leurs recherches et croyaient qu’elles pourraient révolutionner le monde. Trouvant le bruit du congélateur agaçant, Joseph a décidé de l’éteindre. Il ne se rendait pas compte que ce geste allait avoir de lourdes conséquences. Lorsque le congélateur s’est éteint, la température a augmenté, ruinant ainsi toutes les cultures à l’intérieur.

Naturellement, l’institut scientifique était dévasté et furieux. Ils ont accusé la société de nettoyage qui employait Joseph. Selon eux, la société aurait dû former Joseph à ne pas toucher les machines. Pour compenser cette perte, l’institut a porté plainte en demandant au moins 1 million de dollars. L’avocat de l’institut, Michael Ginsberg, a souligné que c’était une énorme perte. Il a imputé cette catastrophe à la négligence de la société de nettoyage, qui a entraîné la disparition de 25 ans de recherche.

Un concierge bien intentionné, un avertissement ignoré

Cependant, il y a un autre côté à cette histoire. Avant que Joseph n’intervienne, les scientifiques savaient déjà que quelque chose n’allait pas. Ils avaient remarqué que la température du congélateur baissait et son alarme retentissait. Ils ont donc contacté la société fabriquant le congélateur pour le faire réparer. Mais, à cause de la pandémie de Covid-19, la réparation devait attendre.

Pendant ce temps, les scientifiques n’ont pas chômé. Pour protéger les cultures, ils ont verrouillé le congélateur et y ont collé un message. Ce message demandait de ne pas toucher le congélateur et expliquait comment arrêter l’alarme. Mais Joseph, qui voulait simplement faire cesser le bruit, n’a pas lu le message. Il pensait aussi remettre en marche certains interrupteurs qu’il croyait éteints. Malheureusement, il a commis une erreur et a éteint le mauvais. Lorsqu’on lui a expliqué ce qui s’était passé, il ne croyait pas avoir fait quelque chose de mal. Le concierge a admis avoir éteint le disjoncteur par erreur, pensant éteindre d’autres disjoncteurs importants. Il ne semblait pas comprendre la gravité de son geste, tentant simplement d’aider.

Cette histoire est un rappel puissant de la façon dont un simple acte peut avoir des conséquences dévastatrices. Elle souligne l’importance de faire preuve de prudence et de s’assurer que les personnes travaillant à proximité d’équipements précieux soient correctement formées. À cause de cette erreur, les scientifiques de l’institut ont perdu des années de travail précieux.

1 commentaire

  1. Le ConCombleMasqué

    «En effet, les scientifiques les utilisaient dans leurs recherches et croyaient qu’elles pourraient révolutionner le monde.»
    Pourraient !
    Selon leurs dire, faîtes confiance à des mecs qui laissent un congélo quasi en libre service et un gus de l’entretien qui jouent à l’électricien. On ne nous dit rien on nous cache tout mais c’est pour not’ bien… non mais sérieux ! Trop gros la ficelle pseudo-conspi.
    Finalement, ça aurait pu être des armes bactériologique façon corona augmenté.
    Remercions cet agent inspiré qui a évité ce qui aurait pu être une catastrophe planétaire.
    Vade retro ChatGPT, sort de ce corps !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Pin It on Pinterest