covid mortel labo chine

Ils ont créé un Covid mortel à 100% : qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Une équipe de chercheurs chinois vient de créer un coronavirus mutant qui a tué 100% des souris de laboratoires infectées en moins d’une semaine. Les scientifiques du monde entier redoutent une fuite risquant de provoquer une pandémie dévastatrice qui ferait passer le Covid-19 pour un petit rhume…

Au cours des dernières années marquées par l’émergence du Covid-19, de nombreux experts ont émis l’hypothèse que le virus avait été créé en laboratoire.

Même si cette théorie n’a jamais été confirmée, elle demeure à ce jour l’une des plus probables pour expliquer l’apparition soudaine de ce dangereux pathogène…

C’est la raison pour laquelle la nouvelle expérience menée en Chine risque d’inquiéter ceux qui peinent à croire que la pandémie a été provoquée par un animal malade sur le marché de Wuhan…

Une équipe de scientifiques basée à Pékin, en lien avec l’armée chinoise, a développé une souche mutante en clonant le virus GX_P2V que l’on trouve chez le pangolin de Malaisie et découvert en 2017.

Jusqu’ici, rien de très original. Le hic ? Ce coronavirus a été utilisé pour infecter des souris, et se révèle léthal dans 100% des cas.

Chaque rongeur infecté avec ce virus est mort en seulement huit jours. Les chercheurs eux-mêmes ont été surpris par la vitesse avec laquelle leur pathogène peut tuer.

Ils ont également été étonnés par les hauts niveaux de charge virale retrouvés dans les yeux et les cerveaux des souris. Cela suggère que ce virus se multiplie et se propage d’une façon unique, malgré ses liens avec le Covid.

Pire encore : les souris avaient été « humanisées ». Cela signifie que les scientifiques ont utilisé l’ingénierie pour qu’elles expriment une protéine qu’on retrouve chez l’humain.

Le but ? Vérifier comment le virus réagirait sur des humains. Tout porte donc à croire qu’il serait tout aussi mortel pour nous que pour ces pauvres cobayes.

Le virus a muté pendant le stockage pour devenir mortel

virus mutant

Les chercheurs ont cloné le virus et stocké plusieurs copies dans le laboratoire de Pékin, où il a ensuite continué d’évoluer. Il est possible qu’il ait subi une mutation ayant accru sa virulence pendant le stockage, qui l’aurait rendu plus létal.

Au total, huit souris ont été infectées par le virus, huit ont été infectées avec un virus inactivé, et huit autres ont été utilisées comme groupe de contrôle.

Toutes les souris infectées par le virus sont mortes, succombant à l’infection en seulement sept à huit jours.

Parmi les symptômes relevés, leurs yeux sont devenus complètement blancs, elles ont rapidement perdu du poids et semblaient épuisées.

Les scientifiques ont trouvé des volumes importants du virus dans les cerveaux, poumons, nez, yeux et trachées des souris.

Au sixième jour, la charge virale avait massivement diminué dans les poumons, mais les cerveaux des souris avaient rétréci et comportaient des niveaux « exceptionnellement élevés » du virus.

Tout porte à croire que le virus infecte via le système respiratoire avant de migrer vers le cerveau. D’après les scientifiques, c’est l’infection sévère du cerveau qui a probablement causé la mort de ces souris.

Une différence avec le Covid qui infecte le bas des poumons et cause des pneumonies dans les cas les plus sévères. Toutefois, chez certains cas graves, le Covid a été retrouvé dans le tissu cérébral.

Une équipe de chercheurs liée au labo de Wuhan

chercheur chinois virus

Il peut être intéressant de noter que cette équipe de scientifiques est directement liée au gouvernement chinois et au laboratoire de Wuhan où le Covid-19 a potentiellement été créé.

L’un des chercheurs est le Dr Yigang Tong, formé à l’Académie de Sciences Médicales Militaires : un institut dirigé par l’Armée Populaire de Libération chinoise.

Il a suivi un master de sciences entre 1988 et 1991, puis un PhD entre 1997 et 2000. En 2023, il a aussi co-signé un article avec Zheng-Li Shi alias « bat woman » : la femme qui dirige l’Institut de Virologie de Wuhan.

Rappelons que cet institut est désigné comme la source la plus probable de la pandémie de Covid par le FBI et le Département de l’Énergie des États-Unis.

Les chercheurs y effectuaient des expériences de gain de fonction sur des coronavirus, avec le soutien financier du gouvernement américain, quelques mois avant le début de la pandémie. Et c’est à quelques kilomètres seulement que le virus a émergé pour la première fois.

Vers une pandémie apocalyptique ?

Selon ces chercheurs chinois, c’est la première fois qu’un coronavirus de pangolin lié au SARS-CoV-2 cause 100% de mortalité chez des souris hACE2.

En conclusion de leur étude, qui n’a pas encore été publiée, ils s’alarment donc d’un « risque de propagation du GX_P2V chez les humains ».

Or, certains spécialistes estiment que mener de telles recherches pourraient directement provoquer cette catastrophe. Sur X, le professeur François Bailloux de l’University College London estime que « c’est une terrible étude, scientifiquement totalement inutile ».

À ses yeux, « rien ne peut être appris en infectant de force une sorte bizarre de souris humanisée avec un virus aléatoire. Au contraire, je peux voir comment ce genre de chose pourrait mal tourner… ».

De même, le professeur Richard Ebright de l’Université de New Brunswick dans le New Jersey s’inquiète que « l’article ne précise pas les précautions de biosécurité utilisée pendant l’étude ».

Ainsi, « l’absence de cette information soulève la possibilité qu’une partie de cette étude, comme celle de Wuhan en 2016-2019 qui a probablement causé la pandémie de Covid-19, a été effectuée sauvagement sans la biosécurité minimale essentielle avec un pathogène potentiellement pandémique ».

Le Dr Gennadi Glinsky, professeur de médecine de Stanford à la retraite, ajoute que « cette folie doit cesser avant qu’il soit trop tard ».

Si la pandémie de Covid-19 a fait relativement peu de victimes en dehors des personnes vulnérables, un tel virus pourrait véritablement causer une hécatombe à l’échelle mondiale…

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *