deepfake ia business dark web

20 000€ la vidéo porno : les chiffres fous du trafic de DeepFakes

Sur le Dark Web, une fausse vidéo porno d’une minute peut se vendre jusqu’à 20 000 dollars. Immersion dans les coulisses du trafic de DeepFake, un sombre business extrêmement lucratif pour les cybercriminels…

Usurpation d’identité, Revenge Porn, Fake News… les DeepFakes posent problème depuis plusieurs années, mais le récent essor de l’IA donne à ce phénomène une ampleur nouvelle.

Désormais, l’intelligence artificielle permet à n’importe qui de créer de fausses images en toute simplicité.

Ainsi, selon une enquête menée par Kaspersky, un véritable business se développe sur le Dark Web autour des fausses vidéos pornographiques.

Les cybercriminels utilisent les logiciels comme MidJourney et Stable Diffusion pour créer des images pornos extrêmement réalistes.

De même, les technologies de « Face-swapping » permettent de remplacer numériquement le visage d’une actrice de X par celui d’une autre femme de façon crédible.

Dark Web : 20 000 dollars pour une minute de vidéo

Le prix de commande d’une vidéo de seulement une minute peut aller de 300 à 20 000 dollars. Les amoureux éconduits sont prêts à débourser cette somme pour assouvir leur besoin de vengeance…

Ce tarif exorbitant s’explique par la loi de l’offre et de la demande. Sur le Dark Web, le nombre de personnes désirant un DeepFake dépasse largement les capacités de production des hackers.

Comme l’explique Vladislav Tushkanov, Data Scientist en Chef chez Kaspersky, « le fait qu’il y ait une forte demande pour les services de création de deepfake indique que des groupes et des individus mal intentionnés souhaitent payer d’importantes sommes pour acquérir de telles vidéos ».

Outre la revanche, les fausses vidéos pornos peuvent être utilisées à des fins de chantage, de fraude financière ou même de cyber-harcèlement.

Toujours d’après Kaspersky, le risque d’être victime d’un tel DeepFake est en constante augmentation. Pour cause, la popularité des selfies sur les réseaux sociaux aide les faussaires à extraire des images de leurs cibles.

Comment lutter contre les DeepFakes porno ?

Afin de lutter contre ce nouveau fléau, plusieurs initiatives ont été mises en place dans le monde entier.

Selon Kaspersky, « à mesure que la technologie continue de s’améliorer et de devenir plus accessible, il est crucial que les entreprises et les individus prennent des mesures pour se protéger contre les arnaques et attaques liées au DeepFake ».

Il s’agit d’une inquiétude grandissante à l’échelle mondiale. En 2023, un site web créant des images de nues à partir de photos habillées a reçu 38 millions de visites…

En 2022, le gouvernement du Royaume-Uni a annoncé son intention de rendre illégal le porno DeepFake dans le cadre de sa loi Online Safety.

Un grand nombre de législateurs britanniques appellent depuis plusieurs années à interdire tout usage de l’IA visant à déshabiller les femmes.

En France, un projet de loi visant à sécuriser internet a été présenté le 10 mai 2023. Il propose notamment la mise en place d’un filtre anti-arnaques et un système pour empêcher l’accès des mineurs au porno.

Une mesure prévoit aussi le bannissement définitif des cyber-harceleurs sur les réseaux sociaux. Toutefois, les DeepFakes ne sont pas directement évoqués par ce nouveau texte.

Pour l’heure, seule la Chine semble réussir à limiter les ravages de l’IA grâce à sa poigne de fer. Un homme a récemment été arrêté pour avoir écrit une Fake News avec ChatGPT, et les contenus créés avec l’IA doivent obligatoirement arborer une signature numérique.

En attendant qu’une loi encadre convenablement la création de DeepFakes porno, nous vous recommandons de prendre vos précautions pour éviter d’en être victime.

Dans la mesure du possible, évitez de partager publiquement des photos de vous ou de vos proches sur les réseaux sociaux. Ces images pourront être récupérées par les cybercriminels, et pourront ensuite être détournées pour vous nuire. Veillez à configurer les paramètres de confidentialité de vos comptes sur Facebook, Instagram ou même Twitter !

Et vous, que pensez-vous de ce nouveau phénomène ? Comment empêcher la création de DeepFakes porno ? Faut-il adopter une posture plus stricte comme la Chine ? Exprimez-vous en commentaire !

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *