data centers

En Europe, les data centers sont-ils prêts à faire face à l’hiver ?

L’exigence en électricité des data centers augmente incessamment avec le temps. Une hausse de 13% est prévue d’ici 2030.

Quelle est la situation en Europe ?

En chiffres concrets, la consommation en électricité au niveau des data centers localisés en Irlande a trois fois augmenté depuis 2015. A elle-seule, elle englobe presque 14% de la consommation de 2021. Les statisticiens prévoient une hausse similaire au Danemark, avec une consommation énergétique qui triplera en 2025. Ce qui signifiera 7% de la consommation totale du pays.

Ces fortes demandes se répercutent sérieusement sur l’écologie. Les estimations supposent que les data centers sont responsables jusqu’à 3,7% des émissions de gaz à effet de serre. Cette contribution dépasse de loin les émissions de l’industrie de l’aviation, qui s’élèvent à 2,4%, et de toutes les autres activités. En parallèle, la crise énergétique mondiale affecte les processus habituels de l’offre et de la demande du marché. Reuters affirme que le prix du gaz européen a connu une hausse extraordinaire de 550% durant seulement cette année. La panique semble sévir les entreprises face à une telle situation. Le secteur des data centers est particulièrement touché, car il subit une très forte demande de ses services. Ses services, dont le traitement et le stockage, ne peuvent attendre la stabilisation effective de la crise énergétique.

data centers

L’hiver s’approchant, l’angoisse des opérateurs de data centers croît au fur et à mesure. Comment pourront-ils faire face à ces fortes demande au vu de la pénurie des ressources en électricité ? Le futur sera probablement parsemé de pannes inévitables ainsi que de coupures de courant.

Data centers : comment expliquer cette situation ?

Puisque l’approvisionnement en électricité est perturbé, les industries devront prévoir des pannes sous forme de délestage. La situation représente les feuilles d’un arbre qui a pris racine depuis longtemps. Entre autres, divers paramètres se sont additionnés : la dégradation de l’environnement sous le réchauffement climatique, la flambée des prix de l’électricité, la prolifération de la cybercriminalité envers les services publics. Tout s’imbrique pour finalement arriver à un retard d’approvisionnement qui affectera le réseau énergétique des éoliennes et du soleil.

D’autre part, il y a les restrictions sur l’importation du charbon et l’exploitation du gaz naturel, et malheureusement, un certaine négligence de l’exploitation des alternatives énergétiques.    

Tout cela avec l’existence du Green Deal, ratifié par l’Europe, ayant pour objectif de faire du continent : le premier à être climatiquement neutre en 2050. Les data centers se retrouvent alors sous une contrainte de réajustement de leur approvisionnement en électricité.

L’espoir d’une résilience

Les opérateurs devront pallier à cette lacune énergétique en trouvant des alternatives. Ils devront optimiser leurs stratégies d’approvisionnement et exploiter les ressources que les technologies intelligentes pourraient proposer. On peut citer les micro-réseaux qui ouvrent la voie aux autres sources d’énergie : électricité, générateurs, stockage, réseau, énergie solaire. Ainsi, les data centers pourraient fonctionner sans interruption malgré la crise et les potentielles pannes. Le caractère renouvelable de ces alternatives est tout aussi bénéfique pour l’industrie des data centers.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest