Accueil > Sécurité > Fuite de données : 1 Français sur 5 a quitté les réseaux sociaux en un an
francais quittent réseaux sociaux norton données

Fuite de données : 1 Français sur 5 a quitté les réseaux sociaux en un an

Suite aux nombreuses fuites de données et autres cyberattaques survenues au fil des dernières années, plus d’un Français sur cinq a quitté au moins un réseau social par souci de confidentialité en 2018. C’est l’une des statistiques révélées par le rapport annuel de Norton sur la sécurité en ligne.

Chaque année, Norton publie son rapport Lifelock analysant les comportements des Français en ligne et les cyber-risques. Cette édition 2019 révèle que les Français sont plus que jamais préoccupés par la confidentialité. C’est ce que déclarent 67% des personnes interrogées.

Cette prise de conscience est notamment liée à l’entrée en vigueur du RGPD dans l’Union européenne. D’ailleurs, 97% disent  réclamer aux entreprises un droit de regard plus important sur l’utilisation de leurs données personnelles. Un pourcentage révélateur.

Fuite de données, cyberattaques… les Français s’inquiètent pour leur confidentialité

De la même façon, les révélations sur la façon dont Facebook partage les données de ses utilisateurs avec d’autres entreprises semblent impacter les Français. Ainsi, 53% des participants à l’étude déclarent n’accorder aucune confiance aux réseaux sociaux. Et parmi ceux qui possèdent un compte sur au moins un réseau social, 21% des participants à l’étude avouent l’avoir supprimé par souci de confidentialité au cours des 12 derniers mois.

Toujours selon le rapport de Norton, cette méfiance semble davantage concerner les jeunes. Ainsi, 28% des 18-38 ans ont fermé un compte sur un réseau social. Le pourcentage tombe à 19% pour les 39-53 ans et 15% pour les plus de 54 ans.

Paradoxalement, les plus jeunes semblent plus enclins à vendre leurs données aux entreprises. Ainsi, 52% des 18-38 ans sont prêts à vendre l’historique de leurs recherches internet, et 41% à partager les informations d’une pièce d’identité. Les pourcentages tombent respectivement à 37% et 24% pour les plus âgés.

On peut en déduire que les jeunes Français refusent que les réseaux sociaux collectent leurs données, parce qu’ils ont conscience de leur valeur et ne souhaitent tout simplement pas les céder gratuitement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend