google aclima

Les voitures Google Street vont venir mesurer la pollution dans votre ville

Google et Aclima ont équipé les véhicules Google Street View de capteurs permettant de mesurer la pollution de l’air à l’échelle d’une rue. Les deux firmes viennent de publier un ensemble de données présentant les différences de qualité de l’air entre les rues californiennes, et comptent poursuivre ce projet à l’échelle mondiale…

Depuis maintenant quatre ans, les voitures Google Street View sillonnent inlassablement les rues de Californie. Leur objectif n’est pas de cartographier le Golden State pour l’application Google Street. Cette tâche est déjà accomplie depuis bien longtemps dans cet État américain à la pointe de la technologie.

En réalité, ces véhicules sont équipés de capteurs fournis par l’entreprise Aclima. Cette dernière est spécialisée dans la cartographie de la pollution de l’air à l’échelle hyperlocale, et ses capteurs permettent de mesurer la différence de qualité de l’air d’un quartier à l’autre.

Achetez des leads sur la marketplace I.T

En combinant ces petits moniteurs avec une flotte de véhicules comme celle de Google, il est possible de créer un véritable réseau mobile de capteurs environnementaux. Le partenariat entre les deux firmes a débuté en 2015.

À l’issue de ces quatre années d’efforts, Google et Aclima ouvrent aujourd’hui l’accès à un vaste ensemble de données pour les chercheurs. Ce dataset va permettre aux scientifiques d’analyser dans le détail les variations de pollution d’un quartier à l’autre, afin de lutter plus efficacement contre ce fléau contribuant au réchauffement climatique. Il rassemble plus de 42 millions de mesures sur le smog, la suite, le noir de carbone, les oxydes d’azote, le dioxyde de carbone et le méthane.

La capacité à zoomer pour examiner les différences entre deux rues va permettre de mieux comprendre d’où provient exactement la pollution et quelles zones elle affecte le plus. Il s’agit donc d’un véritable pas en avant dans le combat environnemental.

Google et Aclima veulent mettre en lumière les ” injustices environnementales “

Jusqu’à présent, aucun équipement existant ne permettait une collecte de données à une échelle si granulaire. En comprenant quels sont les ” hotspots ” de la pollution au sein des villes, les gouvernements pourront prendre des mesures pour y répondre de façon plus adéquate.

Les données collectées par Google et Aclima ont d’ores et déjà été utilisées dans le cadre d’une étude de 2018 pour examiner le lien entre la pollution de l’air et les maladies cardiaques des habitants d’Oakland, en Californie.

Cette étude a permis de démontrer que les résidents les plus âgés exposés à une pollution de l’air provoqué par le trafic routier présentaient un risque plus important de développer des maladies cardiovasculaires. Or, ce risque pouvait fortement varier d’une rue à l’autre.

Les chercheurs intéressés peuvent accéder dès à présent à cet ensemble de données à cette adresse. Pour l’heure, les données n’ont toutefois été collectées qu’en Californie.

À l’avenir, cependant, Google et Aclima prévoient d’étendre leurs opérations de collecte de données au monde entier. Une flotte de 50 nouveaux véhicules va être déployée dès cette année. Attendez-vous donc à voir une voiture Google Street View venir mesurer la pollution de l’air dans votre quartier !