gundam irl japon

Vous pouvez acheter ce robot géant Gundam pour le prix d’un appart à Paris

Une startup japonaise vient de construire un robot Gundam, dans la vraie vie. Cette créature d'acier de 4,5 mètres de haut est à vous pour 3 millions de dollars, mais elle pourrait surtout servir à l'exploration spatiale !

Si vous aimez les mangas et les animés japonais, vous connaissez très certainement Gundam : une saga cultissime commencée en 1979 par Yoshiyuki Tomino, et qui s'est depuis déclinée en plus d'une cinquantaine de séries.

Introduite en France en 2001 avec la diffusion de Gundam Wing sur M6, cette franchise est au Japon un véritable monument de la culture populaire.

À vrai dire, Gundam occupe une telle place dans le cœur des Japonais qu'ils espèrent un jour réellement pouvoir explorer l'espace à bord de robots géants. Et un pas de plus vient d'être franchi dans cette direction.

Archax : le robot géant de 4,5 mètres

Une équipe d'ingénieurs de la startup Tsubame Industries basée à Tokyo a créé un robot à quatre roues dénommé Archax, d'un poids de 3,5 tonnes pour 4,5 mètres de hauteur. Au premier coup d'oeil, il est clair que ce mécha s'inspire de Mobile Suit Gundam !

Son nom provient en revanche du dinosaure archéoptéryx. D'une valeur de 3 millions de dollars, le robot est doté d'un écran dans son cockpit affichant les images filmées par les caméras extérieures.

Ainsi, le pilote peut manipuler les bras et les mains de la machine à l'aide de joysticks depuis l'intérieur de son torse. Exactement comme dans le manga.

Deux modes sont disponibles : robot, ou véhicule. Dans cette seconde configuration, l'engin peut se déplacer à une vitesse de 10 km par heure.

Le rêve d'un jeune Japonais amoureux de son pays

Comme l'explique Ryo Yoshida, le CEO de Tsubame âgé de seulement 25 ans, « le Japon est très bon en animation, jeux, robots et automobiles alors j'ai pensé que ça serait super si je pouvais créer un produit qui compresserait tous ces éléments en un seul ».

Dès son plus jeune âge, il s'est intéressé à la fabrication et a appris à souder dans la forge de son grand-père. Il a très tôt créé une entreprise de prothèses myoélectriques de mains.

Fervent patriote, le jeune homme voulait « créer quelque chose qui dise : c'est le Japon ». Il souhaite en effet préserver l'avantage industriel de son pays.

Il « espère apprendre des précédentes générations et perpétuer la tradition ». Un amour de la patrie qui fait chaud au cœur, et que l'on aimerait voir davantage dans nos contrées…

À l'heure actuelle, Yoshida prévoit de construire cinq de ces robots et de les vendre en premier lieu aux fans les plus fortunés. À terme, toutefois, il espère que son invention puisse être utilisée pour des missions de sauvetage en cas de catastrophe naturelle et par l'industrie spatiale.

Vers une prolifération de méchas sur le champ de bataille ?

Plusieurs autres startups travaillent sur des exosquelettes robotiques. Les applications sont nombreuses, allant de l'assistance aux livreurs transportant de lourdes charges aux combinaisons militaires de super-soldats.

L'armée américaine a déjà dévoilé plusieurs prototypes d'exosquelettes, affirmant que cette armure peut décupler la force et la capacité de chaque soldat.

En 2020, Sarcos Robotics expliquait que « le but ultime est de fournir aux troupes un avantage en augmentant leurs capacités et en améliorant fortement la sécurité et la productivité dans une large variété d'applications logistiques ».

On peut néanmoins craindre que l'utilisation de robots et d'exosquelettes déshumanise la guerre et conduise à d'inimaginables massacres. C'est d'ailleurs l'une des thématiques abordées par Gundam Wing…

Quoi qu'il en soit, le robot Archax développé par Tsubame Industries sera dévoilé lors du salon Japan Mobility Show qui débutera le 26 octobre 2023. Si vous souhaitez le voir de vos propres yeux, hâtez-vous de réserver vos billets d'avion pour Tokyo !

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *