JIRA : Tout savoir sur le gestionnaire de tâches développé par Atlassian

JIRA compte parmi les outils de travail développés par Atlassian. Aujourd’hui, n’importe quelle équipe utilise JIRA en tant qu’outil de gestion de tâches et de suivi de bugs, de la conception à la finalisation.

JIRA, Asana, Trello, ce sont des outils dont la conception a pour but de faciliter les tâches au sein d’une équipe quelconque. En effet, les bugs et anomalies font partie des imprévus auxquels doivent faire face les concepteurs. Avec un outil adéquat pour les suivre, il est plus facile d’y remédier. C’est pour cela qu’Atlassian, une société australienne spécialisée sur les logiciels a mis en œuvre JIRA, et bien plus encore. Pourtant, après ces 20 ans à nous assister, cet outil reste dans l’ombre. Le présent dossier sert à faire découvrir ce que c’est réellement, ses avantages ainsi que ses domaines d’intervention.

JIRA, c’est quoi ?

Comme on l’a déjà mentionné plus haut, JIRA est un outil de travail que Atlassian met à la disposition des équipes qui interviennent notamment dans la construction de produits. Aujourd’hui, il compte 75 000 utilisateurs répartis dans 122 pays. JIRA se décompose en 4 packs dont le noyau, le logiciel, JIRA Ops et le centre de services.

En termes de projets agiles, c’est l’outil qui semble le plus adéquat en plus de sa puissance, d’où son nom d’ailleurs (JIRA, en japonais, signifie Godzilla). En effet, il permet d’optimiser les tâches et de faciliter l’auto-évaluation de l’équipe du début à la fin d’une tâche quelconque. Si des problèmes surgissent tout le long du projet, JIRA permet de les suivre facilement.

Ce sont en général les développeurs agiles qui utilisent cet outil afin de personnaliser leur workflow. Ce qui permet ensuite la fluidité du travail de l’équipe, un bon résultat. Pour les testeurs, l’outil trouve plutôt sa raison d’être dans le suivi des bugs et d’autres problèmes susceptibles de surgir au-cours de la conception. De la sorte, on peut affirmer que JIRA occupe une place considérable en tant qu’outil de gestion en matière de travail collaboratif.

Dans quels domaines utiliser JIRA ?

A l’heure actuelle, JIRA est utilisée dans plusieurs domaines :

Pour les testeurs

La fréquence des développements logiciels font que les testeurs sont de plus en plus suscités. Ceux-ci doivent ainsi disposer d’outils appropriés pour mener à bien leur travail. Seulement, avec un nombre accru de tests, difficile de ne pas se perdre sans une bonne organisation. JIRA offre justement une solution à la fois collaborative et affinée avec une grande variété d’add-ons. Il offre également la possibilité de personnaliser l’interface utilisateur et la possibilité de gérer les tests.

Pour les équipes agiles

JIRA met à la disposition des équipes agiles des tableaux Scrum et Kanban. Ces tableaux permettent de gérer les tâches en toute transparence. Ce qui permet aux équipes agiles de suivre leur performance et leur productivité en temps réel.

JIRA dans le cadre de gestion de projet

Avec JIRA, les tâches sont à effectuer par étapes de flux de travail, jusqu’à ce que le produit soit achevé. Les équipes peuvent ainsi choisir d’utiliser les modèles prédéfinis ou de personnaliser les leurs. JIRA génère des rapports afin d’accompagner la progression de l’équipe.

Dans le cadre du développement logiciel

L’outil de travail d’Atlassian est également nécessaire pour les équipes de développement logiciel en ce sens qu’il offre les moyens de produire efficacement. Pour ce faire, JIRA fournit des outils de marquage de fonctionnalités intégrés. Ceux-ci donnent aux équipes la possibilité de déployer de nouvelles fonctionnalités au fur et à mesure que les équipes avancent.

Utiliser JIRA au profit des équipes DevOps

JIRA dispose d’une série d’outils ouverte et intégrée qui s’appelle Open DevOps. En plus de cela, il fournit des outils de contrôle de code ainsi que de version à l’instar de Bitbucket, Gitlab ou encore GitHub. On y trouve également des outils de documentation et de gestion des connaissances, Confluence entre autres, et des outils de surveillance et d’exploitation dont Opsgenie.

JIRA comme outil de gestion de produits

Par le biais d’une feuille de route, les équipes peuvent suivre l’avancement de chaque projet. Cette feuille de route doit d’abord être créée dans JIRA Software avant qu’elle puisse permettre aux équipes d’envisager le long terme, de suivre et partager les avancements du projet. Une feuille de route peut être personnalisée selon les besoins de chaque équipe.

Pour la gestion des tâches

Il n’y a rien de plus facile pour une équipe que de pouvoir créer des tâches particulièrement détaillées. JIRA offre cette opportunité en permettant à ses utilisateurs de choisir eux-mêmes tous les détails sur une tâche, ses échéances, ses rappels, etc. Les autres membres de l’équipe peuvent également visualiser la tâche pour voir sa progression. On peut par ailleurs créer des sous-tâches en décomposant la tâche principale.

Pour suivre les bugs

Parfois les équipes rencontrent des problèmes au-cours de l’exécution de certaines tâches, ce sont les bugs. JIRA s’occupe de hiérarchiser et d’attribuer les bugs, juste après les avoir capturés. De ce fait, les équipes n’auront plus qu’à les suivre afin de hiérarchiser les objectifs globaux.

jira

Pour une utilisation optimisée de JIRA

Savoir ce qu’est JIRA est une chose, savoir comment l’utiliser en est une autre. Ainsi, on a jugé utile de détailler les points importants concernant son utilisation.

Utiliser JIRA avec d’autres outils (Scrum)

Plus puissant qu’on ne le pense, JIRA peut fonctionner en combinaison avec d’autres outils de travail tels que Scrum ou Kanban. On peut l’utiliser avec des méthodologies mixtes comme scrumban.

En effet, Scrum est l’un des outils de travail que la majorité des chefs de projet adoptent par sa capacité à guider les flux de travail. Avec cet outil, l’équipe ne peut se concentrer que sur un but à la fois. On y procède étape par étape.

Chaque étape qu’on connait sous le nom de sprint est une subdivision de deux semaines de travail où à chaque membre correspond une tâche particulière. En début de sprint, l’équipe est tenue de créer un backlog produit. Le backlog renferme les problèmes sur lesquels l’équipe de développeurs doit se focaliser.

Une personnalisation du flux de travail

Comme il est dit supra, JIRA offre la possibilité de personnaliser le workflow de chaque équipe. La personnalisation a pour objectif de faciliter la visualisation, mais aussi de contrôler l’accès au tableau. Néanmoins, les modèles prédéfinis sont aussi faciles à utiliser.

Un modèle ordinaire comprend 3 étapes à savoir : A Faire, En cours et Terminé. Cette interface permet de se familiariser à l’ensemble des outils. Toutefois, on peut la personnaliser en y ajoutant d’autres colonnes comme À corriger, Livré, etc. au besoin, jusqu’à l’achèvement de la progression.

JIRA : un suivi systématique des tâches et des problèmes

Le suivi est essentiel dans tous les types de projets, que ce soit pour les tâches ou pour les bugs. Afin d’épauler chaque membre de l’équipe, il convient de créer les tâches avec tous leurs détails et leurs échéances respectives. JIRA envoie des notifications de rappel par e-mail pour vous rappeler où vous en êtes à un moment donné.

Pour les tâches plus volumineuses, il importe de créer des sous-tâches plus faciles à exécuter pour chaque membre de l’équipe. Dans JIRA, tout le monde peut accéder à l’ensemble des tâches et sous-tâches afin de voir la progression de l’équipe. Quant aux bugs, ceux-ci nécessitent une capture avant de les attribuer et les hiérarchiser par le biais du logiciel. Il appartient au chef de projet de personnaliser les valeurs par défaut en y ajoutant des champs personnalisés par exemple.

Divers types de rapports avec JIRA Work Management

L’utilité des rapports réside dans le fait qu’ils permettent de faire le bilan après livraison d’un produit. Avec JIRA Work Management, il est possible d’établir plusieurs types de rapports riches en statistiques afin de suivre l’évolution d’un projet tout comme celle d’un bug. On peut citer :

  • Le rapport sur l’âge moyen qui permet de savoir l’âge moyen des problèmes non résolus. Il permet voir l’état actuel du backlog.
  • Le rapport de diagramme circulaire qui accède à la visualisation de tous les bugs en même temps.
  • Le rapport sur la charge de travail de l’utilisation qui est destiné à un utilisateur spécifié afin de voir le nombre de bugs non résolus qui sont attribués à un utilisateur spécifié. Ce rapport permet également de voir la charge de travail qui reste dans chaque projet.

Les avantages et inconvénients de JIRA

Comme tous les autres outils, JIRA présente à la fois des avantages et des inconvénients.

Outre la suite complète d’outils de gestion de projet dont il dispose, cette application existe également en version gratuite. En effet, une équipe composée de 10 personnes au plus peut l’obtenir gratuitement. Au-delà de ce nombre, la tarification se fait par utilisateur et le prix dépend des fonctionnalités souhaitées.

Un autre avantage de JIRA réside dans le fait qu’il intègre bon nombre de logiciels tiers. A part cela, cet outil de suivi des bugs convient aussi bien aux équipes de développeurs, aux ingénieurs, qu’aux professionnels extérieurs au cercle technique. De plus, ses utilisateurs peuvent créer plusieurs types de tâches.

Par contre, JIRA présente une limite en termes de téléchargement. Plus précisément, il y a une limite sur la taille du fichier qu’on souhaite télécharger. Ce qui présente un frein à l’avancement des tâches. Par ailleurs, on ne peut utiliser les rapports créés dans JIRA qu’une seule fois.

Malgré quelques défauts, on ne peut pas nier l’importance de JIRA. Outil de mesure de performance, il permet une bonne gestion des tâches au sein des équipes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest