kaizen développement logiciel

Kaizen : tout savoir sur le modèle d’amélioration continue pour le développement logiciel

Le modèle Kaizen est de plus en plus adopté pour le cycle de développement de logiciels en entreprise. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce modèle inspiré par une philosophie japonaise d’amélioration continue…

À l’origine, le mot ” Kaizen ” signifie ” amélioration ” en japonais. Dans le domaine du développement logiciel, ce terme s’étend aux concepts d’intégration continue et de développement continu pour y apporter la notion ” d’amélioration continue “.

Cette philosophie d’amélioration continue s’applique à la fois aux projets d’une entreprise, mais aussi à ses employés. Il s’agit d’un véritable crédo.

Bien avant l’apparition des méthodologies de développement logiciel, le ” kaizen ” était utilisé pour améliorer la pratique standardisée des entreprises. Ces pratiques sont apparues au Japon, après la seconde guerre mondiale.

Plus précisément, le kaizen sert de fondation à la ” Toyota Way “ de Toyota Motor Corporation pour sa stratégie de production et de management. Les principales notions de cette stratégie sont une philosophie de long terme, l’adoption de processus corrects pour produire des résultats corrects, l’ajout de valeur à l’organisation par le développement des employés, et la résolution continuelle des problèmes de fond.

Ce sont ces principes qui ont permis à Toyota de rencontrer le succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Ils sont aussi les concepts fondamentaux du kaizen.

Cette idée d’amélioration continue se focalise sur le fait de permettre le changement aussi rapidement que possible. De simples idées d’améliorations peuvent être implémentées immédiatement ou très rapidement.

L’objectif est d’humaniser le lieu de travail, mais aussi d’apprendre aux membres d’une équipe à expérimenter et à appliquer une méthodologie scientifique.

Qu’est-ce que le modèle Kaizen de développement de logiciel ?

De nos jours, les pratiques du Kaizen ont fortement influencé le domaine du développement logiciel à travers le modèle Kaizen. Ce modèle permet d’atteindre un haut niveau de qualité grâce à l’amélioration continue.

Les développeurs et les autres membres de l’équipe sont tenus responsables des différents aspects de l’application. En outre, plutôt que d’avoir à rendre des comptes à leurs supérieurs hiérarchiques, ils sont responsables à l’égard de leurs pairs.

Selon cette doctrine, cette forme de responsabilité à l’égard des personnes que l’on côtoie au quotidien, dont les responsabilités et les tâches sont similaires, est plus stimulante que le jugement des supérieurs hiérarchiques.

Concrètement, les membres de l’équipe doivent constamment évaluer leur propre travail et aider leurs pairs à évaluer le leur. Ceci créera une culture d’individus intelligents, travaillant ensemble vers un but commun d’amélioration continu.

C’est un modèle très différent du modèle Waterfall, dans lequel les objectifs d’une poignée d’individus durant les phases initiales du cycle de développement sont particulièrement importants.

L’implémentation du modèle Kaizen

Le modèle Kaizen peut être implémenté de différentes manières, en fonction des besoins spécifiques de l’organisation ou du projet. Il est possible d’opter pour une approche ” au jour le jour “.

Dans ce cas de figure, l’équipe de développement se réunit régulièrement pour débattre d’un problème précédemment identifié. Chacun exprime ses idées de solutions, et les meilleures sont retenues pour tenter de remédier au problème.

Une autre approche est celle de ” l’événement spécial “. Celle-ci requiert davantage de planification, afin d’exécuter une amélioration en quelques jours. Cette amélioration doit être implémentée par les développeurs le plus étroitement liés au composant où les améliorations doivent être effectuées, puisqu’ils sont les plus aptes à effectuer les changements sans ajouter de nouveaux bugs ou problèmes.

Kaizen d’équipe ou Kaizen individuel

Le plus souvent, les pratiques du modèle Kaizen sont adoptées par une équipe dans son ensemble. Tous les membres tendent ensemble vers une amélioration continue.

Cependant, il existe une variante appelée ” Teian Kazien “. Le terme japonais ” Teian ” peut se traduire par ” proposition “. Ainsi, cette variante consiste à laisser les membres individuelles de l’équipe découvrir et proposer des améliorations au cours de leurs activités journalières.

L’individu qui propose un changement n’est pas chargé de l’appliquer directement. C’est à l’équipe de prendre connaissance de sa proposition et d’en discuter, pour ensuite l’implémenter de la meilleure façon possible.

Processus ou sous-processus

Les techniques et pratiques du modèle Kaizen sont rarement appliquées directement au processus de développement dans sa globalité. Elles sont plus souvent appliquées à des ” sous-processus “.

Dans le cas du développement d’un logiciel, il peut s’agir de la base de données ou du CDN ou même de méthodes individuelles. Ainsi, une amélioration suggérée doit pouvoir être appliquée à un ou plusieurs sous-processus spécifiques.

Par exemple, si une proposition vise à améliorer le temps de réaction d’une application de blogging, il faut qu’elle tienne compte de tous les sous-processus qui seront impactés. Ainsi, tous les sous-processus concernés pourront être modifiés en fonction.

Avantages et inconvénients du modèle Kaizen

Le modèle Kaizen offre de nombreux avantages similaires à ceux des modèles Agile et LEAN. Tout d’abord, il permet le développement itératif et l’amélioration incrémentale.

Plutôt que d’avoir à planifier des changements, ce modèle permet d’apporter des améliorations rapides aux logiciels. En cas de problème, il est donc possible d’adapter le projet de façon adéquate.

Le modèle Kaizen permet aussi l’intégration continue. Grâce à la centralisation de tous les travaux de développement, tous les membres de l’équipe peuvent analyser et découvrir de nouvelles possibilités d’amélioration.

Par ailleurs, le fait que chaque membre individuel de l’équipe soit en mesure de suggérer des améliorations est très motivant. Chacun se sent important et utile au cycle de développement du logiciel dans sa globalité.

À l’inverse, le fait que les propositions d’améliorations soient discutées et débattues par toute l’équipe permet de prendre des décisions de façon collective. Ceci peut représenter un réel avantage.

Néanmoins, le modèle Kaizen présente aussi des inconvénients. En cas de mauvaise implémentation, il peut s’avérer désavantageux.

Pour être bénéfique, ce modèle requiert une communication ouverte à l’échelle de toute l’entreprise. Or, pour les organisations habituées à la méthodologie Waterfall, il peut être difficile d’adopter ce style de communication.

En outre, le Kazien requiert aussi de mettre de côté la structure hiérarchique de l’organisation. Si les développeurs sont intimidés ou effrayés par leurs supérieurs, ils risquent d’hésiter à proposer des améliorations.