Disney, Microsoft, Facebook… le métavers termine comme la Tecktonik
métavers tecktonic disney microsoft

Disney, Microsoft, Facebook… le métavers termine comme la Tecktonik

Après Meta, plusieurs géants de la technologie et du divertissement abandonnent leurs projets de métavers initiés il y a moins d’un an. Cette technologie de monde virtuel annoncée comme le futur d’internet n’aura finalement été qu’une passade très vite oubliée…

Vous souvenez-vous de la Tecktonik ? Mais si, rappelez-vous : ce style de danse « futuriste » très à la mode en 2007… et qui a finalement disparu dans l’oubli général après quelques mois.

À présent, le métavers est en train de connaître un destin très similaire. Cette technologie a généré une hype incroyable en 2022, mais l’engouement est retombé comme un soufflé en un temps record.

Et comme les « Tecktonic Killers » ont mis leurs tenues au placard et nient honteusement avoir fait un jour partie du mouvement, les entreprises qui présentaient le monde virtuel comme leur nouvelle priorité cherchent à faire oublier discrètement ce bref excès d’enthousiasme…

En moins d’un an, le métavers a perdu son aura de concept révolutionnaire pour devenir un sujet de plaisanterie, une ringardise caricaturale du marketing abusif.

Même Meta, qui avait pourtant changé de nom pour refléter sa nouvelle priorité, a finalement décidé de mettre cette technologie de côté pour se focaliser sur l’IA lors de l’annonce de ses résultats financiers début mars 2023.

Si Mark Zuckerberg affirme ne pas avoir abandonné son rêve de bâtir un vaste monde virtuel, il est clair que ce projet qui a déjà coûté 36 milliards de dollars n’est plus à l’ordre du jour.

Il n’aura pas fallu longtemps pour que les autres colosses américains empruntent le même chemin et tentent discrètement de s’éclipser du métavers par l’issue de secours.

Microsoft abandonne tous ses projets VR et métavers

Déjà en février 2023, Microsoft annonçait la suppression de son groupe « Industrial Metaverse Core » : une division regroupant une centaine d’employés focalisés sur l’application du métavers dans les environnements industriels.

Cette équipe avait été formée quatre mois auparavant, dans le but de créer des interfaces métavers pour contrôler les centrales électriques, les robots industriels ou les réseaux de transport.

La fermeture de cette branche s’inscrit dans une restructuration plus vaste de l’entreprise, avec plus de 10 000 licenciements. D’autres projets liés au métavers et à la réalité mixte ont également été abandonnés, dont le casque Hololens ou l’application AltspaceVR.

Mickey Mouse quitte le navire avant qu’il coule

À son tour, le 28 mars 2023, Disney vient de fermer sa division métavers et de licencier les 50 membres de l’équipe.

Là encore, la fête fut de courte durée puisque ce groupe a été formé il y a à peine un an par le CEO Bob Chapek. Pourtant, ce dernier n’avait pas tempéré son enthousiasme et qualifiait cette technologie de « prochaine grande frontière de la narration »…

Apple avait raison depuis le départ

On peut maintenant s’attendre à ce que Google, Nvidia, Disney, Roblox, Amazon, Epic Games et les autres entreprises ayant annoncé des projets métavers laissent discrètement couler le navire.

En fin de compte, ce revirement général donne raison à Apple qui n’a jamais vraiment cru au métavers. Dès le départ, le CEO Tim Cook estimait que cette technologie n’avait pas la capacité de séduire le grand public.

Malgré toutes ces annonces de projets pharaoniques par des entreprises mondialement connues, personne n’a jamais pu donner de définition simple ou de cas d’usage concrets pour cette invention…

La leçon à tirer de cette tendance éphémère est que les géants de la tech se comportent comme des influenceuses de mode. Elles vont vite en besogne, et n’hésitent pas à faire une montagne d’un tas de pierres pour surfer sur la vague et nourrir leurs images de marque.

Les agences marketing se précipitent sur chaque nouveau « buzzword » pour en faire leur cheval de bataille, mais abandonnent le pauvre canasson sans l’ombre d’un remords dès qu’il perd de sa vigueur.

Par conséquent, mieux vaut rester prudent avant d’investir dans les nouvelles technologies présentées comme la « prochaine révolution industrielle » par les GAFAM ou même de se réjouir face aux promesses de monts et merveilles…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest