Ce nouveau robot espion fond en flaque d'huile : comment le reconnaître ?

Ce nouveau robot espion fond en flaque d’huile : comment le reconnaître ?

Des chercheurs ont conçu un nouveau robot espion révolutionnaire qui se liquéfie en flaque avant que l’ennemi ne puisse le capturer. Cette nouvelle machine furtive permet de recueillir des renseignements en toute discrétion avant de s’autodétruire après avoir transféré les informations à qui de droit.

Un nouveau robot espion révolutionnaire, un mode d’autodestruction novateur

Des chercheurs de l’Université nationale de Séoul en Corée du Sud ont conçu un nouveau robot espion révolutionnaire. Celui-ci est capable de s’autodétruire pour éviter de tomber entre les mains des ennemis. Impossible de le reconnaître, et c’est bien là toute sa force.

Sa particularité réside dans sa technique d’autodestruction. Le robot est en effet capable de se liquéfier pour prendre l’apparence d’une flaque d’huile. Pour ce faire, la machine cherche et s’expose à la lumière UV et à la chaleur, les conditions qui lui permettent de se dégrader rapidement.

Ce mode d’autodestruction en fait un robot furtif révolutionnaire qui échappe facilement aux ennemis après avoir recueilli les renseignements voulus. Le robot en est encore au stade de prototype. Il pourrait à terme servir pour recueillir secrètement des renseignements en toute sécurité.

Un robot espion conçu en matériau mou

Si la robotique traditionnelle utilise généralement des matériaux rigides, les concepteurs de ce nouveau robot espion furtif ont misé sur des matériaux plus flexibles. Les robots mous existent déjà, mais aucun n’est capable de se transformer en flaque comme le ferait cette conception révolutionnaire.

Selon les explications de Seung-Kyun Kang, un des membres de l’équipe de conception, le robot mesure environ 3 centimètres de long. Celui-ci est conçu comme un véhicule pneumatique et a été équipé de quatre pattes, une conception qui lui permet de se déplacer sur tout type de surface. 

Les chercheurs ont testé le robot dans des conditions réelles. Pour s’autodétruire, le robot a repéré et s’est déplacé vers la lumière d’une lampe UV et une plaque chauffante. Cette dernière était chauffée à 120°C. L’exposition aux UV et à la chaleur a provoqué la désintégration du corps du robot en un fluide huileux. La liquéfaction a pris une heure environ. Le potentiel est énorme, mais le lancement n’est pas prévu de sitôt. 

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *