datacenter

Pourquoi l’UE veut envoyer vos data center dans l’espace ?

La Commission Européenne (CE) exploite des idées radicales afin de réduire l’impact climatique des data center et des autres déploiements HPC. Elle a alors pris les mesures correspondantes dont l’installation de ces data center dans le noir profond de l’espace, en dehors de l’atmosphère terrestre.

L’UE veut mettre les data center dans l’espace : mais pourquoi et comment ?

La Commission Européenne CE ASCEND (Advanced Space Cloud for European Net zero emission and Data souveraineté)  prend en charge l’étude de faisabilité dans son initiative « Horizon Europe ». Dès lors, pour cette fois, l’UE vise à s’attaquer à un tout nouveau projet : envoyer les data center dans l’espace. Mais pourquoi donc ?

En fait,  il est effectivement facile de voir comment les data center spatiaux pourraient être une aubaine pour l’environnement. Vu qu’ils s’installent hors de l’atmosphère terrestre, leurs émissions n’ont plus d’effet sur la planète. L’idée serait alors, selon l’UE, de construire des data center complètement alimentés par des panneaux solaires. En fait, ces derniers présentent des rendements beaucoup plus élevés en dehors de l’atmosphère. Conséquemment, ils pourraient bien être à l’origine d’une énergie semblable à des « centaines de mégawatts ».

pcloud black friday 2022

Mais comment cela fonctionnerait-il ? En principe, ces data center en orbite seront connectés à la Terre à l’aide de liaisons optiques. D’ailleurs, selon Thales Alenia Space, un partenaire du projet, l’UE a déjà maîtrisé les technologies sous-jacentes qui rendraient réalisable un projet de grande envergure comme celui-ci.

datacenter

Impossible de faire disparaître les émissions atmosphériques

Certes, il reste toujours impossible de réduire la valeur des émissions de carbone à zéro. En effet, même avec ces data center de l’espace, le problème des émissions atmosphériques ne s’arrête pas là. Au contraire, l’empreinte carbone globale des centres augmenterait certainement à travers la construction et le déploiement des vaisseaux spatiaux. Notamment car, ces vaisseaux transportent les charges indispensables aux data center. Ceci neutraliserait éventuellement les avantages environnementaux liés à l’initiative spacieuse.

Cela dit, la principale mission de la CE ASCEND de l’UE est alors d’analyser l’option idéale : lancer les data center dans l’espace ou en construire davantage sur la surface terrestre. D’ailleurs, aujourd’hui, l’option des mers profondes est également exploitable (comme Natick de Microsoft).

Dès lors, il y a une deuxième mission importante à laquelle ASCEND devrait sérieusement se concentrer. Il s’agit notamment de comprendre si les charges indispensables aux data center peuvent être mises en œuvre après une éventuelle transportation en fusée ou un déploiement dans l’espace. Surtout si, on sait pertinemment que tout ce qui quitte l’atmosphère affronte d’immenses pressions. En plus, celles-ci pourraient tout ravager (sauf les installations matérielles les plus résistantes). Et, même si ces charges peuvent être mises au travail, il y a bien d’autres préoccupations. Si ce n’est pas la maintenance, l’entretien ou le rythme accéléré d’obsolescence des data center, il y a aussi la possibilité de devoir mettre hors service ces installations spatiales. Certes, il y a encore aujourd’hui des « débris spatiaux » suffisants sur la Terre sans devoir y rajouter encore d’autres data center à la liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest