Mieux prédire les risques de cancer de la bouche avec l’intelligence artificielle

Selon des chercheurs de l’Université de Sheffield au Royaume-Uni, l’intelligence artificielle (IA) peut aider les médecins à mieux prédire avec précision, cohérence et objectivité le risque de développer un cancer de la bouche chez les patients. Les chercheurs examinent l’utilisation de l’IA et de l’apprentissage automatique ainsi que l’étude des algorithmes informatiques qui s’améliorent automatiquement grâce à l’expérience. Cela pour aider les pathologistes et améliorer la détection précoce du cancer de la bouche.

Éviter les détections tardives de cancer buccal

Selon les chercheurs, le taux de personnes diagnostiquées avec des cancers de la bouche (bouche, langue, amygdales, oropharynx) a augmenté de près de 60% au cours des 10 dernières années. Les preuves suggèrent que la consommation de tabac et d’alcool, les virus, la vieillesse et la consommation insuffisante des fruits et de légumes peuvent augmenter le risque de développer la maladie. Le cancer buccal est souvent détecté tardivement, diminuant les chances de survie.

Actuellement, les médecins doivent prédire la probabilité de changements précancéreux, connus sous le nom de dysplasie épithéliale buccale (OED), évoluant vers un cancer. Cela se fait en évaluant la biopsie d’un patient sur 15 critères différents afin d’établir un score. Ce score détermine ensuite si une action est nécessaire et quelle est la voie de traitement à suivre. Cependant, ce score est subjectif, ce qui signifie qu’il existe souvent d’énormes variations dans la façon dont les patients recevant des résultats de biopsie similaires sont traités.

La recherche de la précision de l’OED, un énorme défi

Il s’agit d’un énorme défi même pour les pathologistes expérimentés, l’évaluation étant très subjective. Pour le moment, une biopsie peut être notée différemment par différents pathologistes. Le même pathologiste peut même noter la même biopsie différemment sur deux jours différents. Un classement correct est essentiel dans la détection précoce du cancer buccal pour éclairer les décisions de traitement, permettant au chirurgien de déterminer si une lésion doit être surveillée ou retirée chirurgicalement.

L’apprentissage automatique et l’IA peuvent faciliter le diagnostic des tissus en supprimant la subjectivité, en utilisant l’automatisation et la quantification pour guider le diagnostic et le traitement. Le projet pilote ouvrira la voie au développement d’un outil qui peut aider à identifier les changements prémalins de la dysplasie buccale, ce qui est crucial pour la détection précoce du cancer buccal.

Études et recherches en cours

Des échantillons de tissus OED archivés avec au moins cinq ans de données de suivi seront utilisés afin de former des algorithmes d’IA et d’apprendre les corrélations statistiques entre certains classificateurs et les taux de survie. Ces algorithmes aideront les pathologistes dans leur évaluation des biopsies en leur permettant de  prendre une décision plus éclairée et impartiale sur le classement des cellules et le traitement à proposer.

Les gens se sentent souvent menacés par l’IA. Mais plutôt que de remplacer l’expertise d’un médecin, un niveau de formation et d’expérience exceptionnellement élevé, la technologie peut les aider à prendre des décisions et compléter leurs compétences. La réussite de ce projet présente un potentiel important pour sauver des vies et améliorer la prestation des soins de santé.