Robot français

Ce robot français va-t-il réussir à sauver le sous-marin Titan ?

Le sous-marin Titan est en péril, cinq âmes audacieuses sont à bord. Le compte à rebours a commencé. Un robot français, Victor, tente un sauvetage audacieux.

Un robot français, Victor 6000, se dirige vers l'épave du Titanic pour aider à retrouver un sous-marin touristique disparu. Avec sa capacité de plonger à 20 000 pieds (6 000 mètres) sous l'eau, il peut aider à libérer le sous-marin s'il est pris au piège. Équipé de bras contrôlables à distance, il peut couper des câbles et effectuer des manœuvres pour dégager le navire coincé, surpassant ainsi les autres équipements présents sur le site de l'Atlantique Nord, selon l'opérateur.

Robot français : Victor 6000 – les yeux et les bras sous la mer

Le robot français Victor 6000 est à bord d'un navire de recherche français. Il arrivera tard mercredi soir. Temps et air sont limités. Jeudi matin, l'air du sous-marin sera épuisé. « Victor ne peut soulever Titan », déclare Olivier Lefort de l'Ifremer. Mais, Victor est un robot plein de ressources. Avec ses bras, il peut accrocher le sous-marin à un navire plus puissant.

Parmi les autres robots français, Victor possède une technologie de pointe. Ses caméras scrutent les profondeurs. Ses bras peuvent sectionner des câbles. « Il est prêt pour l'exploration visuelle », assure Lefort. Titan s'est immergé dimanche. Sa mission était d'atteindre le Titanic, le célèbre paquebot englouti. Titan repose maintenant à 3 810 mètres de profondeur, tout comme le Titanic.

L'Ifremer est un vieux loup de mer en matière de sous-marins. Ils ont aidé à trouver le Titanic en 1985 avec l'archéologue Robert Ballard. Parmi les disparus, il y a un pilote chevronné. Paul-Henri Nargeolet, 77 ans, ancien pilote du sous-marin Nautile. Il connaît le Titanic et a touché son épave.

Un soutien international et l'espoir en mer

L'US Navy fait appel à l'Ifremer. « C'est la logique des marins », répond Lefort. Le navire Atalante transporte ce robot français et une équipe motivée de 25 personnes. Ils travailleront sans relâche pendant 72 heures. De plus, les avions canadiens entrent en scène pour rechercher des sous-marins. Ils entendent des bruits sous l'eau. Des coups retentissent toutes les 30 minutes.

« Ces bruits nourrissent notre espoir », explique Lefort. Cependant, il y a des incertitudes. Le sous-marin pourrait être au fond de la mer. Les gens pourraient encore être en vie. Mais d'autres scénarios sont possibles. « Nous ignorons ce qui s'est passé », avoue Lefort. Mais une chose est claire, ils ne renonceront pas, « même si l'espoir est ténu, nous persévérons », proclame-t-il.

Dans cette course contre la montre, la solidarité internationale converge vers un objectif commun. Victor 6000, ce robot français audacieux, est en première ligne pour pénétrer l'abîme marin et peut-être ramener les âmes courageuses du sous-marin Titan à la surface.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *