Scala vs. Java : comment choisir entre ces deux langages ?

Entre les langages de programmation qui existent, ce dossier permettra d’approfondir et de choisir entre Scala vs. Java. Quels sont leurs points communs, mais surtout en quoi sont-ils différents ? Retrouvons les réponses à ces questions.

Scala vs. Java : de quoi s’agit-il ?

Scala et Java sont tous deux des langages de programmation multiplateforme d’usage général.

Java

Ce langage de programmation a vu le jour en 1995 par Sun Microsystems. Il se recentre généralement sur le réseau. En même temps, Java est un langage de programmation et une plateforme informatique qui permet de développer des applications. Java, langage de programmation textuel, est à la fois exécuté du côté des clients et du serveur. Grâce à lui, les sites ainsi que les page et les applications sont plus vivantes, dynamiques et essentiellement interactives.

Scala

Scala, un langage de programmation de type statique, est quant à lui destiné à un usage général et orienté objet. Encore très récent, il a vu le jour en 2004. Il est intéressant dans la mesure où Scala jouit d’une compilation en bytecodes Java. Il a été conçu dans l’ambition d’être moins chargé que Java selon un top 10 des langages de programmation pour data science. Scala est parfaitement compatible avec les projets Big Data distribués.

Quelles similitudes entre les deux langages ?

Java et Scala sont tous deux orientés objets. Cette fonctionnalité permet aux développeurs d’opérer des modélisations du monde réel. Ils fonctionnent également sur JVM et sont tous deux de type statique. On peut apprécier dans l’un et dans l’autre le fait qu’ils soient multiparadigmes et impératifs.

Scala vs. Java : quelles sont les différences ?

Sur l’orientation, même s’ils sont tous deux orientés objets, Scala représente un mélange de programmation fonctionnelle. Quant aux fonctions, sur Java, ce sont des objets Java et sur Scala, ces fonctions prennent la forme de variables. Les variables Scala sont de type immuable par défaut tandis que ceux de Java sont de types mutables. En outre, la longueur des codes et l’exigence les différencient également.

Il faut noter que Java exige plusieurs lignes, tandis que Scala peut se suffire à un code plus court et clair. Alors que la rétrocompatibilité est disponible sur Java, Scala ne la prend pas en charge. Ensuite, en termes d’apprentissage, si les développeurs soutiennent qu’ils sont tous les deux faciles à apprendre, Java est nettement plus facile à maîtriser. Pour s’occuper de la concurrence, Scala opère le modèle d’acteur et Java opère le modèle conventionnel qui se base généralement sur threads. Et enfin, la surcharge des opérateurs s’incruste dans Scala, alors qu’elle est absente sur Java.

Pour quelles raisons utiliser ou apprendre Scala et Java ?

Pourquoi utiliser Java ?

Java s’utilise surtout dans les applications sur cloud, dans les applications d’entreprise, sur les jeux, les systèmes embarqués, les serveurs et les applications web.

Ceux qui souhaitent obtenir des compétences polyvalentes et étendues choisiront Java à Scala. Java convient à ceux qui veulent s’orienter dans les activités de développement : Android, back-end, données massives et dispositifs embarqués. Il peut aussi convenir à ceux qui veulent devenir responsables informatiques, programmeurs, et architectes de systèmes.

Il convient aussi de noter que les métiers de Data Scientist développeur JAVA figurent parmi les meilleurs métiers de l’année 2021 selon Glassdoor.

Ces entreprises connues utilisent Java : Amazon, Google, Instagram, Uber.

Pourquoi utiliser Scala ?

Scala a pu aider à la conception des applications de traitements et analyse de données, mais aussi des applications et pages web.

Ceux qui sont à la poursuite des carrières suivantes opteraient pour Scala, plutôt que Java : ingénieur Big Data ou ingénieur logiciel, Data Scientist, développeur d’applications et de logiciels, ingénieur Spark et aussi consultant en informatique. Des carrières très futuristes et bien payés par les grandes boîtes actuellement.

Les sociétés suivantes sont connues pour leur utilisation de Scala : LinkedIn, Twitter, Airbnb ou encore Tumblr.

Scala vs. Java : les avantages

Java

Sa longévité et sa persistance en disent long. En termes de ressources, Java profite d’une bonne alimentation. Celui-ci a même le mérite d’être un langage de programmation efficace en termes de sécurité. Il assure pour créer des applications orientées objet. Grâce à ses fonctionnalités, on peut encoder une fois et faire une exécution sur autant de plateformes voulues.

Les développeurs peuvent aussi bénéficier de la mémoire de Java. Notons que l’on connaît sa facilité d’apprentissage. Et grâce au multithreading, les programmeurs peuvent exécuter de multiples tâches en même temps. Comme il est sur le marché depuis 27 ans, c’est le langage de programmation le plus connu.

Scala

Ce langage de programmation tente de rivaliser avec Java depuis quelques temps. En matière de syntaxe, ses besoins en code sont moins exigeants que Java. Orienté objet et fonctionnel, Scala peut exécuter du code Java. Et en utilisant un système de langage expressif, il sécurise et rend une grande cohérence à l’abstraction statistique.

Scala permet de faire des analyses de données efficace en étant pris en charge par Apache Spark. Très évolutif, il favorise la création de systèmes à la hauteur des pannes potentielles. Il détient bien sûr la fonction « évaluation paresseuse ». Ce qui donne une opportunité au développeur de laisser de côté les calculs qui prennent trop de temps.

Les potentiels inconvénients de Scala et de Java

Java

Même si ce langage est actif et opérationnel depuis presque 30 ans d’ici 2025, Java rencontre encore des problèmes récurrents. En dépit des mises à jour successives, Java consomme beaucoup de mémoire et possède un temps de latence très prononcé. Ces deux aspects influencent la charge des coûts en matériels. Et par rapport à ces applications GUI par défaut -écrites en interne de Java- et à sa boîte à outils Swing, une grande différence est constatée avec les applications natives. Java ne prend pas en charge les constructions de programmation de bas niveau. La fonction ramasse-miettes est inexistante.

Scala

Par rapport à son rival Java, Scala revêt une présence communautaire très limitée. Et en termes de rétrocompatibilité, ce langage manque sévèrement. Scala est connu comme étant facile à saisir, paradoxalement, il existe certaines fonctionnalités et concepts que bon nombre de développeurs ne saisissent pas. Par rapport aux outils de développement, on peut remarquer une certaine immaturité, due à sa récente création. Il s’agit essentiellement des plug-ins IDE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest