Logo de Shadow dans les nuages

Shadow, la révolution française du PC dématérialisé

Shadow PC est un service de cloud computing proposé par la société française Blade. Celle-ci voulait offrir aux gamers un ordinateur complet et évolutif, accessible à distance. Les utilisateurs peuvent accéder au PC depuis n’importe quel appareil et n’importe où. Initialement destiné aux gamers, Shadow PC s’adresse également aux professions demandant un ordinateur exigeant à l’instar des architectes, vidéastes, graphistes, etc.

L’évolution rapide de la technologie accélère l’obsolescence des ordinateurs classiques. Pourtant, certaines utilisations comme les jeux vidéo et les usages professionnels requièrent une mise à niveau systématique. Il n’est pas évident d’investir dans un changement entier de son parc informatique, notamment chez les indépendants et les PME/TPE. C’est là que quatre Français ont eu l’idée de proposer un PC dématérialisé. Cette solution devient une alternative sérieuse avec l’arrivée en parallèle de la 5G. Avec l’essor du télétravail, les utilisateurs ont besoin d’accéder à leur ordinateur n’importe où. Ces quatre personnes ont fondé la société Blade et lancé Shadow PC en 2017 qui sera racheté plus tard par OVH. Shadow ciblait essentiellement les joueurs n’ayant pas les moyens d’investir dans un PC gamers onéreux. Néanmoins, le service a réussi également à séduire les professionnels puisqu’il s’agit d’un PC complet fonctionnant sous Windows 10.

Qu’est ce que Shadow PC exactement ?

Les fondateurs de la société Blade voulaient offrir aux utilisateurs un PC entièrement dématérialisé. Ils n’ont plus besoin d’investir dans un ordinateur dernier cri. L’idée était de donner accès à un ordinateur avec des configurations puissantes dans le nuage depuis n’importe quel appareil.

L’offre avait de quoi séduire les gamers mais pas que. En effet, plusieurs professions avaient également besoin de cette puissance, notamment les architectes, les concepteurs 3D, les vidéastes, les graphistes, etc. Face à l’évolution technologique constante, il faut débourser une somme élevée pour rester dans la course.

Pour utiliser Shadow, il suffit d’une tablette, d’un smartphone ou d’un PC. L’entreprise propose également le Shadow box en dehors des appareils habituels. L’utilisateur accède à un ordinateur ayant des configurations performantes en échange d’un abonnement mensuel.

Shadow n’est pas un service de cloud gaming. Il s’agit bien d’une solution permettant d’accéder à un PC sous licence Windows 10 à distance. Les utilisateurs bénéficient d’un ordinateur complet et entièrement sécurisé hébergé dans les centres de données de Shadow. Lors de la présentation du produit au public, le directeur marketing affirmait même qu’un utilisateur bénéficie d’un data center qui se trouve à 1500 km au maximum de chez lui.

L’avantage de Shadow repose dans la mise à jour constante de son offre, garantissant aux abonnés des ordinateurs toujours performants. L’entreprise effectue une mise à niveau des configurations tous les 24 mois maximum. Ces changements ne demandent aucun coût supplémentaire aux abonnés.

À qui s’adresse Shadow PC ?

Shadow se révèle être une solution pratique dans de nombreuses situations. Prenons les gamers qui ont besoin de meilleures configurations pour jouer. Ils ont intérêt à souscrire un abonnement au lieu d’investir dans l’achat de nouveaux composants, voire un nouvel ordinateur.

Il y a aussi les utilisateurs d’un MacBook Pro. Bon nombre de situations exigent un ordinateur sous Windows 10 et l’achat d’un second ordinateur est difficilement accessible à tous. Plusieurs titres sont uniquement jouables sur Windows 10 et ne peuvent pas se lancer sur Mac OS. L’utilisateur peut accéder à son catalogue de titres grâce à Shadow tout en conservant son Mac.

Comment lancer le service ?

L’ouverture d’un compte Shadow est un prérequis pour bénéficier du service. Pour cela, il faut se rendre sur son site officiel et remplir le formulaire d’inscription. Une demande de confirmation est ensuite envoyée par email. Une fois la confirmation faite, il ne reste plus qu’à saisir les informations de paiement et le mode d’installation.

Shadow est immédiatement accessible lorsque le paiement est confirmé. Pour lancer le service, il faut ensuite télécharger l’application sur son téléphone ou son ordinateur.

Même s’il s’agit d’un ordinateur distant, Shadow PC requiert quand même quelques exigences en matière de configuration. D’abord, l’utilisateur doit disposer d’une connexion internet avec une bande passante minimum de 15 Mbps. Une connexion par fibre est souhaitée pour obtenir une connexion stable.

Les appareils Windows auront au moins besoin d’un système d’exploitation Windows 10, 8.1, d’un processeur Intel Skylake de 2015 ou AMD AM2+ de l’année 2012 et d’une RAM de 4 Go selon les recommandations de l’entreprise.

De leur côté, les appareils mac OS doivent au moins fonctionner sous OS X Sierra et disposer d’un processeur Dual Core et d’une RAM de 2 Go.

Concernant les appareils mobiles, ils doivent au minimum fonctionner sous une version ultérieure à Android 8. Pour les appareils Apple, il faut au moins une version 11.0 de ses différents systèmes d’exploitation (iPadOS, tvOS, iOS, etc.).

La différence avec les services de cloud gaming

Shadow est généralement mis en concurrence avec les autres plateformes de cloud gaming telles que Stadia ou Xbox cloud gaming. Qu’en est-il réellement ?

Le concept de Shadow est similaire à celui de Google : un abonnement mensuel ouvre l’accès à des jeux vidéo ou un moyen d’y jouer. Pour Shadow, il s’agit du moyen, à savoir un ordinateur sous Windows 10 complet alors que Stadia offrait un accès à sa plateforme. Shadow se distingue néanmoins de Stadia sur le fait que son offre tourne autour d’un ordinateur complet. Le point commun entre les deux est qu’ils ne proposent aucun jeu. L’utilisateur doit acheter des titres sur d’autres plateformes en ligne telles que Steam, Origin ou encore Uplay.

L’essor du cloud gaming conduit souvent à une confusion entre des services comme Shadow à Xbox Game Pass. Cette offre de Microsoft se veut être le nouveau Netflix des jeux vidéo. Les utilisateurs paient un abonnement en échange d’un accès à son catalogue de titres. Ils leur appartiennent de fournir le matériel nécessaire pour faire du streaming de jeux.

Shadow propose une offre qui est à l’inverse de celle de Microsoft. Au lieu de fournir les titres pour jouer, l’entreprise fournit le matériel pour accéder aux différentes plateformes. Les usagers doivent en plus payer pour jouer.

Détails des tarifs et abonnements à Shadow PC

L’abonnement le plus bas s’élève à 32,99 dollars. Avec ce tarif, l’abonné bénéficie de l’équivalent d’un processeur Intel Xeon 3,5 GHz, de 12 Go de RAM et d’un GPU Nvidia GeForce GTX 1080. L’offre Shadow PC with Power Upgrade propose des fonctionnalités plus avancées que la première. L’abonné bénéficie par exemple de 28 Go de RAM ainsi que de 512 Go de stockage. De son côté, le processeur est l’équivalent d’une AMD EPYC 7543. L’abonné profite également d’un GPU Nvidia RTS A4500. Le tout pour 49,99 dollars par mois. En échange de 2,99 dollars supplémentaires par mois, l’abonné ajoute 256 Go d’espace de stockage.

Shadow PC Pro estun abonnement d’un niveau supérieur. Il se décline en deux tarifs et s’adresse aux professionnels, notamment les créateurs de contenu. En échange de 34,99 dollars par mois, l’abonné profite d’un GPU Nvidia GeForce GTX 1080 et d’un processeur Intel Xeon de 2,5 à 3,1 GHz. La capacité de stockage s’élève à 1 To tandis que le RAM est à 12 Go.

Shadow PC Pro Advanced revient un peu plus cher, à savoir 54,99 dollars par mois. Ce forfait augmente la RAM à 28 Go et le processeur passe à un AMD EPYC 7543P tandis que le GPU est l’équivalent de la Nvidia Geforce RTX A4500.

Les abonnés à ces offres pro peuvent également augmenter leur capacité de stockage de 256 Go en échange de 17,94 dollars tous les six mois.

Comment utiliser Shadow PC

L’application Shadow PC est compatible avec la plupart des systèmes d’exploitation : Windows, Linux, mac OS, Raspberry Pi, iOS, Android, etc. Les plateformes de télévisions intelligentes comme tvOS et Android TV peuvent également l’accueillir. Il est aussi possible d’y accéder via un portail web bien que les fonctionnalités soient limitées par rapport aux précédents clients. Néanmoins, cette flexibilité est très appréciée des utilisateurs.

Contrairement à Geforce Now ou Xbox Cloud Gaming, son interface est minimaliste et organisée. Lorsque l’application est lancée, il faut attendre quelques minutes pour le démarrage comme pour un ordinateur Windows classique. L’utilisateur doit ensuite appuyer sur Open Shadow pour profiter de son pc à distance. L’écran d’accueil ressemble typiquement à un bureau Windows. Dès que cet écran s’affiche, il peut désormais interagir avec le pc comme s’il s’agissait d’un appareil local. L’installation de jeux ou de logiciels en fait partie.

Tous les éléments installés sont sauvegardés sur le PC. L’utilisateur les retrouve à chaque démarrage. Notons que Shadow n’est pas une plateforme de cloud gaming. Il offre uniquement le matériel et toutes les conditions pour une expérience de jeu optimale. Il revient au joueur d’installer ses bibliothèques comme Steam, Xbox Game Pass Ultimate ou encore Epic Games Launcher.

Aucun élément ne permet de reconnaître qu’il s’agit d’un PC distant, sauf une icône qui se trouve sur le bureau. Elle redirige vers le menu qui affiche des informations nécessaires comme la latence, l’utilisation de la bande passante, la fréquence d’images, les périphériques connectés, etc. Les joueurs peuvent utiliser des manettes filaires sans difficulté lors d’une partie. En effet, Shadow reconnaît automatiquement toutes les entrées USB du clavier et de la souris. L’utilisation de clés USB locales est également possible. Cela permet aux joueurs d’installer des pilotes pour configurer les périphériques, les clés USB, etc. Notons quand même la non-prise en charge du Bluetooth.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

5 commentaires

5 Commentaires

  1. « une mise à niveau des configurations tous les 24 mois maximum »
    Pourtant l’abonnement actuel propose une GTX 1080 qui est sortie en 2017

  2. Merci @Cyril ! J’ai eu mon compte chez eux lors de la 2ème vague de livraison des configs. En 2018 c’était top comme carte graphique, mais désormais c’est tellement limite !

  3. J’allais dire exactement la même chose que mon voisin ! (à croire que l’article est sponso ou utilise des informations commerciales fournies par Shadow) La config n’a pas bougé depuis le lancement, on est tout de même à 3 gen d’écart maintenant… Et non seulement la config ne bouge pas, mais les problèmes techniques s’accumulent (maintenance, pb de drivers de son, instabilités…) et les prix ont plus que doublé depuis le lancement (dû au rachat par ovh) sans aucune contrepartie ! Même récemment encore 3€ de plus… (contre une promesse de 512go au lieu de 256go de stockage, ce qui aurait déjà eu être la base vu que Shadow se destine à jouer à des gros non possible sur sa machine).
    Ok il y a les coûts croissants de l’électricité, mais la promesse est de moins en moins au rdv, et à moins de passer au même prix sur des config équivalent aux 4070 prochainement la pillule va mal passer. Perso après échecs sur échecs et l’impression d’être pris pour un pigeon, j’ai fini par quitter le navire même si je salue tout de même l’offre française proposée qui a le mérite d’exister, d’être facile à prendre en main et malgré ses défauts peut répondre à des besoins très précis (dans mon cas, pc perso hs, Shadow sur le pc du travail en attendant longuement un nouveau pc)

  4. Le bluetooth est bien géré (clavier, souris et casque connecté en BT sur mon Shadow)

  5. Vous savez que ça ferme bientôt ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *