Streaming illégal et IPTV : Devinez quel pays est champion d’Europe ?

Les Français sont champions d’Europe de streaming illégal et d’IPTV. Le piratage de la télévision est presque entièrement attribué à ces moyens.

C’est un chiffre édifiant que vient de partager l’Association des chaînes conventionnées éditrices de services (ACCES). Le streaming illégal et l’IPTV représentent 95 % du piratage de contenu télévisuel en France. Cette part est la plus élevée dans l’Union européenne, preuve que des efforts considérables sont à faire sur ce sujet.

À noter que ce chiffre fait suite à l’enquête De nouveaux chemins de croissance pour la télévision thématique en France menée par l’organisme. Le piratage de la télévision connaît un succès énorme dans l’Hexagone, plus que chez les Espagnols, les Italiens ou les Allemands.

Précisons également que le Royaume-Uni fait mieux que la France en termes de streaming illégal et d’IPTV. Mais comme les Britanniques ne font plus partie de l’Union européenne, ce sont donc les Français qui sont les rois du piratage de la télévision au sein de l’Union.

D’autre part, l’ACCES indique que « le nombre moyen d’accès illicites au contenu télévisuel dans l’UE27 » est de cinq par internaute mensuellement en 2022.

Les compétitions sportives très regardées via streaming illégal et IPTV

La diffusion illégale de contenu protégé par le droit d’auteur occasionne des pertes colossales aux ayants droit. Pour cette raison, ces derniers multiplient les efforts pour lutter contre le piratage. Leur dernier gros coup de filet est la fermeture du très populaire site de téléchargement, t411.

Les événements sportifs sont parmi les plus visionnés via le piratage en streaming ou IPTV. Néanmoins, l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM) est parvenue à réduire l’audience des réseaux de piratage de 23 % entre mars 2022 et octobre 2023.

Précisons que cela a nécessité le blocage de 835 sites illégaux diffusant des compétitions sportives l’an dernier. Mais la pratique illicite est loin d’être éradiquée.

En dépit des efforts pour contrer le piratage, l’attrait des moyens illégaux persiste parmi les consommateurs. Le nombre élevé d’abonnements nécessaires et l’augmentation des tarifs pour suivre le football en France en sont principalement la cause.

Le piratage de la télévision touche aussi la culture

L’ACCES souligne que le piratage ne se limite pas aux événements sportifs. La pratique illicite s’étend également aux événements culturels. Cela comprend « les concerts, les opéras, les comédies musicales, les représentations théâtrales et les jeux télévisés ».

Selon une étude Hadopi réalisée en 2020, le piratage entraîne une perte de revenus d’un milliard d’euros par an pour l’industrie télévisuelle en France. Cependant, il convient de noter que seulement 5,1 % de la population passent par le streaming illégal et l’IPTV pour accéder à du contenu protégé.

Si l’Europe reste à la traîne, les autorités brésiliennes ont récemment haussé le ton face au piratage de la télévision. Au cours d’une soirée, elles ont réussi à interrompre la diffusion de matchs de football sur 7 millions de boîtiers IPTV. Il s’agit d’une opération d’envergure envoyant un signal fort aux diffuseurs illégaux.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

2 commentaires

2 Commentaires

  1. Ce qui n’ai pas compris, tant par les diffuseurs, que l’industrie de la musique, c’est que les gens qui utilisent ces services illégaux ne se tournerons pas vers une offre payante. La majorité s’en passera.
    Le vrai manque à gagné, c’est surtout de sur-payer des joueurs moyens et de vendre un CD 4 fois plus que ce que touche l’artiste. Et ne me parlez même pas du coût de production, c’est moins d’un euros.
    C’est de cette façon que cela avancera.

  2. piratage ???
    C’est vraiment un abus de langage. il ne s’agit pas de vol de meurtre ou d’acte de violence mais simplement de détourner le flux d’une émission qui a été acheté mais qu’il est interdit de diffuser sans payer.
    Le problème est là il se pose pour tous les produits qui sont vendus bien au delà de leur couts réels et que vous pouvez distribuer à la Terre entière sans que cela soit significativement plus cher.
    Interdire les photocopieuses, le graveurs de CD les radios cassettes les magnétoscopes, les imprimantes 3D, j’ai tout entendu… c’est pratiquement du même ordre que de vouloir supprimer les stylos et la feuille de papier.
    Il n’y a pas vraiment de raison de vendre un spectacle ou une œuvre en fonction du nombre de personne qui en profite à partir du moment ou le spectacle est financé : c’est le même cout c’est la même prestation. Le fait que des petits malins puissent diffuser gratuitement avec des moyens dérisoires de quelques centaines d’euros est un combat perdu d’avance tant il faut déployer d’infrastructure pour les combattre.
    D’autant qu’il s’agit parfois de pays qui organisent sciemment le crackage des DRM’s et les plateformes de stream (Be out). Et il s’agit parfois de l’entreprise elle même qui laisse filer un crack sur le net afin de gagner des utilisateurs, ca se fait pour les logiciels professionnels hors de prix dont le marché n’est pas celui des particuliers
    Ce n’est pas nouveau cela existe depuis le premier jour d’internet mais à cette époque, seulement une partie infime avait accès à ce contenu. Au tout début du net, on pouvait avoir tout sur les serveurs « Hotline ». Et sur ce réseau, c’était des étudiants en informatique, des ingénieurs, des passionnés… alors cela me fait un peu marrer de parler de piratage !
    Aujourd’hui ces pirates bossent chez Thalès, Safran, Orange, Microsoft voire dans la sécurité informatique pour les plus doués.
    La seule solution serait de s’entendre sur une licence globale !
    Je veux quand rappeler que le plus gros site de piratage que je connais c’est Youtube et Daily Motion. 100% du contenu de ces deux diffuseurs, contiennent des éléments « piratés »
    Photos, extrait vidéo, musique, sons et bruitage… Dans la théorie il faudrait acheter tout ce qui est à l’écran ou tout le moins avoir un contrat de cession des droits à l’image et un contrat pour une utilisation commerciale. ce n’est jamais le cas !
    Il n’y aucune sanction est le pire c’est que quand Youtube démonétise certaines vidéos, mais n’empêche pas la diffusion en l’absence de plainte des ayants droits et y colle leurs pubs. Vous pouvez trouver les exploits de tous les footballeurs de monde entier, sans qu’un seul centime leurs parviennent.
    Les vidéos sont démonétisées et seul Google engrange
    Google est la 3eme entreprise la plus rentable du monde !!!
    Est ce qu’on parle de Google comme le repaire de Barbe Noire, le chef des pirates ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *