ver permafrost résurrection

Ils ressuscitent des vers de 46 000 ans, la suite les laisse sans voix

Une équipe de chercheurs est parvenue à ramener à la vie des vers gelés dans le permafrost depuis 46 000 ans. Aussitôt, un phénomène totalement inattendu s’est produit à la surprise générale…

En 1993, Steven Spielberg réalisait Jurassic Park : un film devenu cultissime, qui nous avertissait sur les dangers de vouloir jouer à Dieu en ramenant à la vie des espèces disparues depuis des milliers d’années.

Toutefois, trente ans plus tard, une équipe internationale de chercheurs vient de ranimer les corps de vers microscopiques de type ascaris gelés depuis 46 000 ans à 40 mètres sous le permafrost de Sibérie.

Dans leur étude publiée par le journal PLOS Genetics, les scientifiques décrivent comment ils sont parvenus à ressusciter cette espèce nouvellement découverte de nématodes.

Aussitôt dégelés, les vers se reproduisent massivement

À travers une succession d’expériences, les chercheurs ont légèrement disséqué ces vers préhistoriques ainsi qu’un groupe de contrôle composé d’une espèce plus connue.

Ils les ont ensuite gelés et se sont aperçus que les deux espèces pouvaient survivre à une température de -44 degrés Celsius. Un mécanisme de survie qui n’est pas sans rappeler celui des tardigrades !

Ils les ont ensuite dégelés, et c’est à ce moment que l’impensable s’est produit. À la stupéfaction générale, les vers ont aussitôt commencé à se reproduire dans la boîte de Petri du laboratoire.

Selon Philip Schiffer, biologiste à l’Université de Cologne et co-auteur de l’étude, « il suffit d’amener les vers dans des conditions favorables, sur une plaque de culture avec des bactéries, un peu d’humidité et la température ambiante pour qu’ils commencent à ramper et se reproduire ».

Le plus spectaculaire est que cette espèce est asexuée et composée uniquement de femelles. Elles n’ont pas besoin de trouver de mâles et de s’accoupler, et commencent directement à pondre des œufs qui se développent…

vers permafrost étude

Un nouvel espoir face au changement climatique ?

Même si cette expérience peut faire penser au début d’un film de science-fiction dystopique, les chercheurs ont une excellente raison d’avoir ranimé ces vers. En réalité, leur découverte pourrait bel et bien nous sauver dans un futur proche.

La particularité de ces nématodes est leur capacité à s’adapter à une large variété d’environnements. Cette espèce spécifique peut suspendre son métabolisme pour entrer dans un état appelé « cryptobiose », et survivre pendant des dizaines de milliers d’années.

Ces travaux de recherche pourraient donc avoir d’importantes conséquences sur notre compréhension de la façon dont les organismes complexes peuvent survivre pendant de longues périodes de stase.

D’après l’étude, « nos découvertes indiquent qu’en s’adaptant pour survivre dans un état cryptobiotique pendant de courtes périodes dans des environnements comme le permafrost, certaines espèces de nématodes ont obtenu le potentiel pour que des vers individuels restent dans cet état pendant des périodes géologiques ».

Les scientifiques s’attendent à ce que le réchauffement de la planète et les changements rapides dans l’environnement réveillent des organismes comme ces nématodes d’un sommeil de plusieurs millénaires. Ceci pourrait soudainement faire ressurgir des espèces que l’on pensait totalement éteintes.

De plus, en les étudiant, ils espèrent comprendre comment la vie peut s’adapter aux changements climatiques et météorologiques de plus en plus rapides…

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

10 commentaires

10 Commentaires

  1. C’est super Woke ça « Le plus spectaculaire est que cette espèce est asexuée et composée uniquement de femelles. » …. T’as pas eu un AVC cette fois ? Pas trop gauchiste pour toi ? Après ton article assimilant gauche, wokisme et pédophilie … on aurait pu croire.

  2. Je l’ai déjà vu ce film, le ver s’échappe du laboratoire et commence à détruire l’humanité, un générale fou propose d’atomiser le laboratoire mais le héro, un jeune scientifique que personne ne prend au sérieux, trouve un remède et récupère sa femme qui l’avait quitté pour une aventure avec son prof de Yoga.

  3. Franck K, on vous sent visé par le précédent article.

  4. Et on en parle du titre et surtout de la photo putaclic ?

  5. BONJOUR?
    ALORS VOILÀ JE VOULAIS SAVOIR POURQUOIS NE PAS PRÉCISÉ OÙ CELA CEST PRODUIT DÈS LE DÉPART ?
    CAR IL S’AGIT DE LA RUSSIE ? (SIBÉRIE)
    LES FAMEUX SCIENTIFIQUES SONT ORIGINAIRES D’OÙ?
    NE SERAIT-ILS PAS RUSSES ?

    BREF ARTICLE VRAIMENT INUTILE

  6. Bonjour, malheureusement le monde est ainsi fait. Un commerçant se doit de faire une belle vitrine, sinon personne n’entrera dans sa boutique peu importe la qualité de ses produits. Si vous voyiez le nombre de vues sur cet article, vous comprendriez que Google nous oblige plus ou moins à adopter cette stratégie pour exister sur le web en 2023. Nous espérons tout autant que vous que les choses évoluent de façon positive. D’ici là, merci de nous lire et bonne journée.

  7. Je comprends que « pour exister » il faille se plier a certaines pratique concernant la présentation mais lorsque la forme l’emporte sur le fond ça pose problème, cet article tient pour acquis que le réchauffement climatique est un danger pour l’humanité, ce qui est contredit par l’histoire.
    La présentation anxiogène (espèces dangereuses, changement de plus en plus rapide, nouvel espoir face au changement -qui serait, bien-sûr, dangereux- etc) est elle aussi exigée par les pratiques de google ?
    Sinon cryobiologie = biologie du froid
    Cryptobiologie = biologie cryptée ?
    Ça fait techno mais dénote une connaissance du sujet plus que rudimentaire.
    Bref un article inutile dont le seul but est d’installer une dée : la lutte contre le changement climatique est une urgence absolue pour la survie de l’humanité.

  8. La cryptobiose (du grec crypto, « caché » et bios, « vie »), appelée aussi abiose (préfixe privatif a signifiant « sans »), est un état du métabolisme complètement arrêté (ou du moins non mesurable avec les techniques actuelles) d’un organisme vivant.

  9. J’entends bien tous vos commentaires mais enfin, ça n’interpelle personne tous ces anciens virus qui reviennent dans le commerce du vivant, aujourd’hui dans nos vies pépères…. on parlait du covid qui semble avoir subitement disparu…. on va apprendre les effets des virus préhistoriques.

  10. Bonjour. Pour l’histoire de la vitrine d’un commerçant, je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Il suffit que les articles qu’il propose soit reconnu de qualité et tout le monde se les arrachera. A vous maintenant de comprendre que c’est pareil dans la presse…. Vivre sans se soucier des conséquences n’a aucun sens et ce n’est pas correct pour l’humanité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *