Accueil > Sécurité > Alicem : faut-il se méfier de l’appli du ministère de l’Intérieur ?
alicem tout savoir

Alicem : faut-il se méfier de l’appli du ministère de l’Intérieur ?

Alicem est une application mobile créée par le ministère de l’Intérieur français. Elle permettra à chaque citoyen de créer son identité numérique, et notamment de s’identifier par reconnaissance faciale pour accéder aux services publics. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette application, ainsi que les risques et dangers qui y sont liés.

Alors que l’application Alicem (Authentification en ligne certifiée sur mobile) devait sortir pour Noël, elle serait lancée à partir du mois de novembre 2019. C’est ce que révèle aujourd’hui le site Bloomberg, qui a eu l’occasion de tester le système.

Alicem : qu’est-ce que c’est ?

Directement développée par le ministère de l’Intérieur, cette application mobile permettra à chaque Français de créer son identité numérique. Les utilisateurs pourront accéder aux 500 services publics partenaires de FranceConnect (impôts, Assurance maladie…) via la reconnaissance faciale.

Pour s’inscrire, il sera nécessaire d’utiliser son passeport biométrique. Par la suite, lorsque l’utilisateur voudra s’identifier pour accéder à un service en ligne, il devra se filmer ou se photographier à l’aide de son smartphone. Sa photo ou sa vidéo sera comparée avec celle de son passeport afin de vérifier son identité.

L’objectif  ? Eviter aux internautes de devoir retenir des mots de passe, mais surtout lutter contre l’usurpation d’identité selon le ministère. Un tel système éviterait que des personnes se connectent aux services publics à votre place, et empêcherait aussi la création de fausses identités.

Par ailleurs, Cédric O, secrétaire d’Etat au Numérique, suggère d’utiliser ce service pour vérifier l’identité et donc l’âge des internautes souhaitant se connecter à des sites pornographiques. On peut donc en déduire que le gouvernement n’exclut pas de laisser des sites web tiers privés de proposer l’authentification via Alicem, voire même de l’imposer comme unique moyen d’authentification sur le web…

Alicem : quels sont les risques et dangers ?

Si Alicem devient l’unique moyen d’authentification sur le web, il s’agirait là d’une grave entrave à l’anonymat offert par internet et donc aux libertés individuelles. On ignore pour l’instant si le gouvernement français compte aller aussi loin, mais Alicem sera dés son lancement le seul moyen de se créer une identité numérique auprès des services publics.

De fait, il n’y aura ni alternative, ni consentement libre. La CNIL, autorité de protection des données personnelles française, a vivement critiqué ce point et estime que le projet ne respecte pas le RGPD européen. De son côté, l’association la Quadrature du Net a porté plainte devant le Conseil d’Etat en accusant ce texte d’imposer la reconnaissance faciale.

En effet, au-delà de la lutte contre l’usurpation d’identité, on est en droit de se demander si le but du Ministère de l’intérieur avec cette application n’est pas de mettre en place un système de surveillance.

Lors de l’inscription au service, l’utilisateur doit présenter son visage sous différents angles afin que le système scanne ses expressions faciales, ses mouvements ou les angles de son faciès. Or, de telles données pourraient être utilisées pour constituer une base de données destinée à un système de vidéosurveillance basé sur la reconnaissance faciale. Grâce à l’IA, les caméras de sécurité pourraient alors reconnaître chaque Français dans une foule. Un système similaire à celui déployé en Chine ou à celui que compte mettre en place l’Inde

Même si la reconnaissance faciale peut sembler nécessaire face à la menace terroriste dans nos sociétés modernes, il serait effarant que le ministère de l’Intérieur mette en place un tel système sans le communiquer de manière transparente. Néanmoins, pour l’heure, le gouvernement promet que les données de reconnaissance faciale seront supprimées sitôt le processus d’inscription achevé.

Quoi qu’il en soit, un autre risque lié à un système basé sur la reconnaissance faciale concerne la sécurité. Jusqu’à présent, les différents systèmes de reconnaissance faciale pour smartphone comme ceux de Samsung ou Apple se sont tous révélés faciles à tromper ou à contourner. Si Alicem n’est pas plus performant, l’usurpation d’identité sera plus simple qu’avec un mot de passe.

En résumé, cette application mobile soulève de nombreuses questions et a de quoi susciter l’inquiétude. Il faudra toutefois attendre son lancement officiel pour vérifier avec précision son fonctionnement et ses fonctionnalités…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend