apptronik apollo manipulation

Apptronik double Tesla et dévoile son robot humanoïde en vente fin 2024

Apptronik dévoile Apollo : un robot humanoïde attendu fin 2024 pour le prix d’une voiture. Afin de commercialiser sa machine avant la concurrence, la firme a fait le choix de le focaliser sur des tâches nécessitant peu d’adresse !

Depuis que Tesla a dévoilé son projet de robot humanoïde Optimus, de nombreuses entreprises et startups du monde entier ont révélé leurs propres plans et l’industrie semble avoir soudainement accéléré massivement.

Parmi les principaux acteurs, on peut citer 1X, Figure, ou encore Sanctuary AI. Dans cette grande course aux robots humanoïdes, l’un des coureurs en lice vient de dépasser le peloton : Apptronik a dévoilé son robot humanoïde Apollo très attendu.

Jusqu’à présent, l’entreprise était principalement connue pour ses travaux de recherche et développement sur des exosquelettes pour le gouvernement américain et le Department of Defense.

Elle a été fondée en 2016 par le CEO Jeff Cardenas, le CTO Nick Paine et le conseiller Luis Sentis au sein du Human Centered Robotics Lab de l’Université du Texas à Austin.

Toutefois, fin 2020, Apptronik avait fait son entrée dans le domaine de la robotique avec un torse humanoïde appelé Astra.

Plusieurs exemplaires ont été produits et vendus à des laboratoires de recherche, mais le véritable rôle d’Astra était la recherche.

Il a permis à Apptronik de comprendre toute la complexité de la manipulation à deux bras, de la perception et de la coordination entre les mains et les yeux qui ont permis le développement d’Apollo.

Un design novateur fruit de nombreuses années de recherche

apptronik apollo specs

D’une taille de 172 cm pour 72,5 kg, Apollo est capable de soulever un poids maximal de 25 kg. La batterie amovible devrait lui offrir environ 4 heures d’autonomie.

Son design conçu par argodesign lui confère un équilibre entre complexité et accessibilité, le rend simple à utiliser et facile à reconnaître.

Ce robot est l’aboutissement de plus de 13 générations d’actionneurs électriques développés par Apptronik. Grâce au design novateur de l’actionneur dans les joints, l’entreprise va pouvoir réduire les coûts matériels et la complexité tout en améliorant la fiabilité du système une fois sur le terrain.

La firme a pris une décision stratégique audacieuse en éliminant les joints rotatifs et moteurs disponibles dans le commerce en faveur de sa propre propriété intellectuelle.

À quoi va servir Apollo ?

Dans un premier temps, Apptronik prévoit de déployer son robot dans les entrepôts pour déplacer des cartons, des bacs et des caisses en utilisant ce que le CEO qualifie de « manipulation grossière ».

Ces tâches impliquent le déplacement d’objets pouvant être soulevés sans avoir besoin d’une main et d’un poignet pleinement adroits.

En choisissant de focaliser Apollo sur ce type de travaux, le constructeur a pu prendre de l’avance sur la concurrence et présenter son automate dès maintenant.

Comme l’explique Cardenas, Apptronik a noué des partenariats avec des personnes repoussant les limites de la manipulation adroite tout en achetant des mains à des groupes construisant des prothèses robotiques plus abordables.

Contrairement à d’autres acteurs de l’industrie, il ne voit pas le développement de la main comme un secret commercial pour son entreprise et ne s’oppose pas à des partenariats avec d’autres sociétés focalisées dans ce domaine.

Le futur « iPhone » de la robotique

apptronik apollo

Le CEO admet que les robots humanoïdes auront besoin de mains sur le long terme, car la majeure partie du travail effectuée aujourd’hui par des humains implique un certain niveau de dextérité.

Néanmoins, il est davantage excité par la possibilité d’appliquer les robots actuels avec une technologie existante aux tâches de manipulation grossière.

Le but d’Apptronik est de construire un robot généraliste capable d’effectuer de nombreux travaux actuellement effectués par les humains, de manipuler des outils et d’opérer dans tous types d’environnements.

La firme souhaite créer « l’iPhone de la robotique », multitâches et pouvant apprendre à effectuer de nouvelles actions à l’aide d’une simple mise à jour logicielle.

Avant d’atteindre ce stade, il doit toutefois commencer par être capable d’effectuer trois ou quatre tâches différentes. Et au moins l’une de ces tâches de façon suffisamment correcte et cadencée pour fournir un retour sur investissement positif aux utilisateurs.

Par ailleurs, la priorité d’Apptronik est la sécurité. Le robot utilisera sa perception visuelle et ses capteurs de force pour ralentir quand des humains s’approchent. Il pourra même s’arrêter complètement en cas de besoin.

S’il trébuche et commence à tomber, Apollo pourra même se rouler en boule pour limiter les dégâts sur lui-même et sur son environnement. Le but est de permettre à la machine de collaborer avec l’humain.

Le prix n’a pas encore été annoncé, mais il devrait être similaire à celui d’une voiture neuve. La date de lancement pilote est prévue pour la fin 2024, avant une commercialisation générale en 2025 !



Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

2 commentaires

2 Commentaires

  1. A quoi peut bien servir une machine aussi lente !?

  2. GUGLIELMI Christophe-Olivier

    Le robot Optimus n’est pas un sujet de robotique principalement, c’est secondaire.
    C’est surtout, à taille réelle, une application industrielle de robotique vraiment intelligente avec une reconnaissance du monde réel où l’interaction avec celui-ci se fait non de façon non programmatique (heuristiques, moteurs de règles et d’inférence) mais en comprenant ce que sont les objets. C’est de l’intelligence artificielle généralisée, le Graal absolu.
    Cela ne se fait pas en un jour cependant, c’est très long. On peut se bercer d’illusions en imaginant que les concurrents son plus en avance s’ils peuvent faire faire des ‘chorégraphies’ pré programmées à leur automates. Cela reste des automates, rien à voir avec l’ambition colossale d’Elon Musk.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *