tesla attaque robot

Un employé Tesla attaqué et gravement blessé par un robot suite à un bug

Suite à un dysfonctionnement, un robot Tesla a saisi un employé et lui a planté ses griffes métalliques dans le dos. C’est l’un des nombreux incidents survenus au sein de l’usine Giga Factory Texas, révélés par un rapport édifiant.

On nous l’annonce depuis de nombreuses années : tout comme l’IA automatise le travail intellectuel, les robots s’apprêtent à remplacer les travailleurs manuels. Plus forts, plus rapides, obéissants, infatigables… les machines surpassent l’humain sur tous les plans. En outre, ils ne risquent pas de se mettre en grève.

Cependant, une minorité d’experts alerte, sans vraiment être entendue, sur un risque bien réel : celui d’une rébellion des robots contre leurs créateurs.

Si ce danger peut sembler fantaisiste de prime abord, un incident qui s’est produit à l’usine Tesla. Ce dernier démontre qu’il ne s’agit absolument pas de science-fiction.

Le sol de l’usine maculé par une traînée de sang

Alors qu’il travaillait dans l’usine de véhicules électriques située à Austin, Texas, un ingénieur logiciel a soudain été attaqué par un robot dysfonctionnel.

Selon les témoins, ce robot conçu pour déplacer des pièces de voiture en aluminium a coincé l’ingénieur. Il a ensuite lui a enfoncé ses griffes métalliques dans le dos et le bras. Une véritable traînée de sang a taché le sol, comme dans un film d’horreur.

Cet ingénieur était tranquillement affairé à programmer le logiciel permettant de contrôler les robots chargés de découper les pièces automobiles dans l’aluminium. Deux des robots ont été désactivés pour que les équipes y travaillent. Cependant, un troisième a été malencontreusement laissé en marche. C’est ce qui lui a permis de s’en prendre à l’employé.

Cette scène a eu lieu en 2021, mais vient seulement d’être révélée au grand jour. Le site The Information explique avoir obtenu un rapport confidentiel confié aux autorités fédérales et aux autorités de santé du Travis County.

Suite à cet assaut, l’ingénieur a souffert d’une « lacération, d’une coupure ou d’une plaie ouverte » à la main gauche. Malgré cette blessure, son état n’a pas été jugé suffisamment grave pour que Tesla lui accorde un congé.

Tesla : la sécurité sacrifiée au nom du profit ?

Pour l’heure, l’entreprise Tesla n’a pas daigné commenter l’affaire. Pourtant, ce type d’incident semble récurrent et de plus en plus fréquent dans ses usines.

Selon les rapports confidentiels consultés par la source, 1 employé sur 21 a été blessé en 2022 dans la Giga Factory située au Texas.

À titre de comparaison, dans toute l’industrie automobile, le taux de blessure n’a pas dépassé 1 pour 30 employés. Alors pourquoi autant de problèmes chez Tesla ?

Rassurez-vous : il ne s’agit pas uniquement d’attaques de robots fous. Selon plusieurs employés interrogés par The Information, ce sont les économies réalisées par Tesla sur la construction, la maintenance et les opérations qui leur fait courir un risque.

Dans cette immense usine texane créée en 2020 face aux mesures de confinement imposées en Californie, Elon Musk s’est fixé pour objectif de produire 20 millions de voitures par an d’ici 2030.

Les managers exigent donc une production toujours plus rapide. C’est cette philosophie qui a mené à un effondrement de la sécurité.

Ammoniaque, collisions et boules de feu dans la Gigafactory

Plusieurs équipements lourds dont une grue, une poutre en acier ou même un conduit de climatisation sont tombés près d’ouvriers sur les chaînes de production.

En outre, plusieurs employés sont tombés malades après avoir été exposés à des toxines comme l’ammoniaque…

Au cours de l’été dernier, la cheville d’un employé s’est coincée sous un chariot en mouvement. Il a ensuite été contraint de s’absenter plus de quatre mois.

Quelques jours plus tard, un autre ouvrier a été frappé à la tête par un objet en métal, ce qui a entraîné une interruption de travail de plus de 85 jours.

Les employés affirment avoir vu des chariots élévateurs entrer en collision avec des ouvriers dans l’atelier de montage. Et c’est loin d’être le témoignage le plus édifiant.

Lors du Jour de l’An 2023, de l’eau a été accidentellement immergée dans de l’aluminium en fusion utilisé dans la zone de moulage qui produit le soubassement du Model Y. S’en est suivie une explosion qui ressemblait à un « boom sonique » selon ceux y ont assisté…

Une boule de feu s’est élevée dans les airs, poussant les employés à fuir de terreur. On ignore combien de personnes ont été blessées, car cet incident ne figure même pas dans les rapports.

A l’heure où Tesla développe son robot humanoïde Optimus, ces incidents en interne ont de quoi faire germer l’inquiétude… Par ailleurs, ces événements mettent en lumière la nécessité d’une évaluation approfondie des pratiques de sécurité au sein de l’entreprise.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

4 commentaires

4 Commentaires

  1. Cela me rappelle le jour où ma scie égoïne m’a attaqué par surprise. Quelle invention dangereuse.

  2. Quel article putaclic lol, les robots en usine de fabrication n’ont rien à voir avec de méchants cyborgs ce sont des bras robotisés solidement ancrés au sol, programmés pour aller à des points précis dans l’espace pour y effectuer des soudures ou positionner des pièces. Si l’un d’eux est resté allumé il a simplement fait les mouvements pour lesquels il est programmé au dixième de millimètre, si l’opérateur était sur la trajectoire et qu’il a été blessé c’est une erreur humaine, pas une rébellion à la Terminator…

  3. Non : un robot « n’attaque » pas un humain. Il suit le cycle programmé qu’on lui a assigné. Et si un humain est accidentellement sur la trajectoire et qu’il n’y a pas de capteurs pour le détecter, et d’arrêt d’urgence prévu dans le programme dans ce cas, il continue son cycle…
    Il n’y a pas non plus de « bug » de programmation dans le cas présent : l’erreur est 100% humaine et témoigne d’un manque dans les procédures de sécurité qui a sûrement du être réglé depuis, malheureusement au prix fort.
    Donc le sensationnalisme à la hollywood n’a pas sa place ici. Le monde réel n’est pas un film. Il faut revenir les pieds sur terre et atterrir d’urgence, parce que générer de l’infox pour créer le buzz, ça suffit : on en a assez bouffé en 2023 !

  4. Quel article de merde, c’est ça le journalisme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *