ethereum the merge

Ethereum The Merge : tout savoir sur la fusion qui va bouleverser les crypto

The Merge est un changement majeur pour le réseau Ethereum, qui abandonne son système d’authentification de transaction Proof-of-Work similaire au Bitcoin pour le mécanisme Proof-of-Stake. Ce nouveau système pourrait apporter de nombreux bienfaits, notamment concernant l’impact sur l’environnement. Toutefois, il risque aussi d’effacer des centaines de milliards de dollars. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cette fusion qui va bouleverser le monde des cryptomonnaies !

L’Ethereum est la deuxième blockchain la plus populaire derrière le Bitcoin, et de nombreuses cryptomonnaies sont basées sur ce réseau. Toutefois, avec The Merge, cette chaîne de blocs s’apprête à connaître un changement drastique

Qu’est-ce que The Merge ?

The Merge désigne la transition du réseau Ethereum vers le proof-of-stake (PoS) : son nouveau système d’authentification des transactions crypto, aussi appelé « mécanisme de consensus ».

Ce nouveau système va remplacer le « Proof-of-Work » (PoW) utilisé à l’heure actuelle. Initialement introduit par le Bitcoin, ce mécanisme a l’inconvénient de consommer beaucoup plus d’énergie.

Depuis 2020, Ethereum a déjà un réseau PoS appelé Beacon Chain. Toutefois, ce réseau n’est pas encore utilisé pour traiter les transactions. Il sert principalement à permettre aux ordinateurs constituant le réseau Ethereum à se préparer à la grande mise à jour vers le PoS.

Cette transition nécessite donc une fusion entre le Beacon Chain faisant office de couche de « consensus » et le réseau principal PoW servant de couche « exécution ». C’est la raison pour laquelle ce changement est appelé « The Merge » (la fusion).

Proof-of-Stake (PoS) vs Proof-of-Work (PoW) : quelles différences ?

Les systèmes Proof-of-Stake (PoS) et Proof-of-Work (PoW) diffèrent par la manière dont ils décident qui a le droit d’enregistrer le prochain bloc de transactions sur le réseau.

Avec le système PoW utilisé actuellement, les mineurs d’Ethereum sont en compétition pour publier des blocs en se livrant une course à la résolution de puzzles cryptographiques. On retrouve ce système sur d’autres cryptomonnaies, à commencer par le Bitcoin.

Avec le futur système PoS, les validateurs misant au moins 32 ethers (soit environ 50 000 dollars) avec le réseau seront sélectionnés aléatoirement pour créer des blocs. Les chances d’être sélectionné augmentent proportionnellement au nombre d’ethers validés.

Dans chacun de ces deux systèmes, le mineur ou validateur gagnant un bloc est récompensé par un mélange de frais de transactions et d’ETH nouvellement frappés. Par ailleurs, les validateurs PoS reçoivent aussi des récompenses pour d’autres activités aidant à sécuriser le réseau.

Avantages et inconvénients du PoS

Selon l’Ethereum Foundation, l’organisation non-lucrative finançant le développement de l’écosystème Ethereum, le système PoS va permettre de réduire la consommation d’énergie de l’Ethereum à hauteur d’environ 99,95%.

En outre, les partisans du PoS estiment que le minage PoW centralise le contrôle entre les mains d’une poignée d’individus capables de s’offrir de puissants rigs de minage crypto ASICs. Avec le PoS, le contrôle appartient à ceux qui misent des crypto avec le réseau et les attaques sont économiquement impossibles.

En revanche, les défenseurs du PoW affirment que le staking PoS comporte ses propres risques de centralisation et de sécurité. Selon eux, ce nouveau système permet potentiellement aux acteurs malveillants « d’acheter » directement le contrôle du réseau.

En outre, ils pointent du doigt le fait que le PoS n’a pas encore été mis à l’épreuve. Au contraire, le PoW a déjà prouvé sa résilience puisqu’il est utilisé par les deux plus grands réseaux blockchain…

Quel sera l’impact sur l’Ethereum ?

Les conséquences de The Merge sur l’Ethereum seront nombreuses. Tout d’abord, ce nouveau mécanisme va permettre d’accélérer légèrement la vitesse de transaction du réseau.

Alors que les blocs Ethereum sont actuellement créés toutes les 13 ou 14 secondes à l’heure actuelle sur le système PoW, les blocs PoS seront créés à intervalle régulier de 12 secondes après The Merge.

C’est une amélioration infime, que la plupart des utilisateurs ne remarqueront pas. Le réseau Ethereum restera d’ailleurs derrière ses rivaux comme les blockchains Solana et Avalanche, mais largement devant le Bitcoin dont un nouveau bloc est miné toutes les 10 minutes en moyenne.

Malheureusement, ce changement de système ne permettra pas de réduire les frais de transaction. De futures mises à jour du réseau, comme le danksharding et le proto-danksharding, pourraient en revanche y contribuer. Elles ne sont toutefois prévues que pour 2023 au plus tôt.

Pour l’heure, le meilleur moyen de réduire les frais de transaction Ethereum est de recourir aux rollups : ces réseaux tiers comme Arbitrum et Optimism regroupant les transactions et les traitant séparément du réseau principal.

On ignore pour l’instant si The Merge va provoquer l’augmentation du prix du token Ethereum. De nombreuses variables et inconnues empêchent toute prédiction.

Depuis plusieurs années, la communauté Ethereum attend The Merge comme une amélioration massive de la technologie centrale du réseau. Elle pourrait notamment remédier aux problèmes d’impact environnemental, et introduire une nouvelle forme d’utilité pour le token ETH avec le staking.

Cette fusion va aussi entraîner des changements dans la fréquence à laquelle l’ether est produit et la façon dont il est distribué. Ces bouleversements peuvent être perçus positivement ou négativement, et rien ne permet de garantir qu’ils provoqueront une hausse du prix. En outre, il est possible que The Merge soit déjà pris en compte dans le prix de l’ETH par spéculation…

Rassurez-vous : les possesseurs actuels d’ETH n’auront pas besoin de réclamer leurs tokens « PoS ETH » ou « ETH2 ». Le solde restera intact, et le réseau pourra être utilisé comme si rien n’avait changé.

En revanche, les fournisseurs de logiciel Ethereum et opérateurs de noeuds du réseau devront impérativement mettre à jour leur logiciel pour s’assurer de communiquer avec la version la plus récente du réseau.

Quelles conséquences pour les mineurs Ethereum ?

Après la fusion, les mineurs d’Ethereum ne seront plus en mesure de miner de nouveaux blocs sur le réseau. Ce point peut s’avérer frustrant, en particulier pour les personnes ayant investi dans des ordinateurs onéreux optimisés pour le minage.

Beaucoup d’entre eux vont abandonner le minage et « miser » de l’ether pour recevoir des récompenses sur le réseau PoS. Ceux qui souhaitent continuer d’utiliser leur matériel de minage devront se tourner vers un autre réseau PoW comme Ethereum Classic.

Un certain nombre de mineurs Ethereum, réfractaires au changement de mécanisme, ont annoncé un projet de « fork ». Leur plan est de former un nouveau réseau à partir de la chaîne PoW de l’Ethereum, en clonant la blockchain principale pour continuer à exploiter leurs propres versions PoW de l’Ethereum après la fusion.

Les personnes possédant de l’ETH avant la fusion pourraient recevoir automatiquement un certain solde de tokens sur ces nouvelles forks PoW. Le processus permettant de réclamer ces tokens peut différer d’une chaîne à l’autre.

Les exchanges centralisés comme Coinbase devront lister les tokens forkés pour permettre de les réclamer, mais on ignore s’ils comptent le faire. Toutefois, les leaders de la communauté Ethereum appellent à faire attention avec ces forks PoW qui pourraient être des escroqueries à grande échelle…

Vers un échec de The Merge ?

La transition de l’Ethereum du Proof-of-Work au Proof-of-Stake sera une grande première. En cas de succès, cette fusion constituera un exploit en matière d’ingénierie et de coordination humaine.

En revanche, en cas d’échec, des centaines de milliards de dollars pourraient disparaître. Rappelons que la capitalisation de marché de l’Ethereum atteint presque 200 milliards de dollars, et que de nombreux autres tokens sont basés sur ce réseau.

Quoi qu’il en soit, les développeurs du réseau Ethereum ont mené plus d’une douzaine de tests et simulations de The Merge avec succès. Le risque d’échec demeure, mais reste hautement improbable.

Comment devenir validateur ou staker Ethereum ?

Quiconque « mise » 32 Ether peut devenir validateur. Il est d’ailleurs d’ores et déjà possible de miser et de gagner des récompenses en validant le Beacon Chain PoS de l’Ethereum.

Augmenter la mise permet de recevoir des récompenses plus importantes. Toutefois, il sera impossible d’effectuer un retrait jusqu’à une mise à jour prévue entre six et douze mois après The Merge.

Le staking requiert des compétences techniques. En cas d’erreur ou de déconnexion, la mise peut être « slashed » ce qui signifie qu’elle sera réduite.

Les personnes n’ayant pas suffisamment d’expertise blockchain peuvent miser par le biais de services centralisés comme Coinbase ou Kraken. En plus de prendre en charge la partie technique, ces services permettent de commencer le staking avec moins de 32 ETH en échange d’une partie des récompenses.

Il existe aussi des bassins de staking liquides comme Lido et Rocket Pool permettant de commencer à miser avec moins de 32 ETH. Les utilisateurs de ces services reçoivent des tokens « Staked ETH » dont le prix est légèrement inférieur à l’ETH classique.

L’ether misé restera verrouillé sur le réseau pendant six à douze mois après la fusion. Il sera ensuite possible de retirer l’ETH misé, et les récompenses gagnées.

Pourquoi The Merge est importante pour toutes les cryptomonnaies ?

The Merge n’est pas uniquement importante pour les détenteurs d’Ethereum. Toute l’industrie de la cryptomonnaie a les yeux rivés sur cet événement, car son impact sera retentissant.

Tout d’abord, le « hash rate » du réseau Ethereum va plonger à zéro puisque le minage Proof-of-Work va cesser. Ceci risque de mettre encore plus de pression publique sur la consommation d’énergie colossale du Bitcoin. De même, le Bitcoin sera désormais la seule cryptomonnaie dans le collimateur des régulateurs ciblant les blockchains PoW énergivores.

Début septembre 2022, un rapport de la Maison Blanche sur la cryptomonnaie et son usage d’énergie faisait l’éloge de l’Ethereum et tirait l’alarme sur le Bitcoin.

Selon ce rapport, « le Bitcoin représente 60 à 77% de la consommation d’énergie totale des cryptomonnaies à l’échelle mondiale, contre 20% à 39% pour Ethereum. Il y a eu des appels répétés pour que les blockchains PoW adoptent des mécanismes moins intensifs énergétiquement. La réaction la plus importante a été la promesse du lancement de l’Ethereum 2.0 utilisant un mécanisme PoS ».

Par ailleurs, The Merge aura sans nul doute un impact sur les cryptomonnaies qualifiées de « Ethereum Killers » comme Solana, Cardano, Avalanche ou Polkadot.

Pour l’heure, à l’approche de la fusion, ces crypto Proof-of-Stake semblent profiter de l’engouement et leur valeur a augmenté au fil des derniers jours. Toutefois, la plupart se présentaient jusqu’à présent comme des alternatives écologiques à l’Ethereum. Elles vont donc perdre leur principal avantage suite à The Merge, puisque l’Ethereum utilisera lui aussi le PoS.

Enfin, The Merge pourrait être gâchée par la régulation. Si la Securities and Exchange Commission des États-Unis refuse toujours de voir le Bitcoin comme une sécurité, elle ne donne pas son avis sur Ethereum. Même en cas de succès de la fusion, une attaque des régulateurs sur l’ETH et les autres tokens basés sur cette blockchain aurait de lourdes conséquences…

Date de The Merge

The Merge devrait avoir lieu aux alentours du 15 septembre 2022. Il est toutefois impossible de donner une date fixe.

Chaque bloc du réseau PoW Ethereum porte un numéro de difficulté, indiquant combien il sera difficile pour les mineurs de l’ajouter au réseau. La fusion n’aura pas lieu à une date précise, mais quand la difficulté cumulative de tous les blocs Ethereum minés atteindra un certain nombre : la « total terminal difficulty » (TTD) ou difficulté terminale totale.

En août 2022, les développeurs du coeur de l’Ethereum ont défini la TTD à 58,750,000,000,000,000,000,000. Ce nombre devrait être atteint vers le 14 ou 14 septembre 2022, mais la difficulté et la fréquence de création des blocs varient au fil du temps.

Dès que le bloc PoW final sera miné, la fusion The Merge surviendra automatiquement. Le réseau continuera ensuite de fonctionner avec la création du premier bloc PoS. Les utilisateurs n’auront pas besoin d’intervenir.

Sur Google, un compte à rebours apparaît lorsqu’on tape « Ethereum Merge » dans la barre de recherche. Un panda noir et un panda blanc se rapprochent lentement, et ne feront plus qu’un lorsque The Merge aura lieu. Le fait que Google ait créé un compte à rebours spécialement pour cet événement témoigne de son importance capitale…

Le futur de l’Ethereum après The Merge

Après la fusion, les développeurs de l’Ethereum continueront de travailler sur le réseau open-source. Des améliorations sont prévues dans les mois et les années à venir pour les frais de transaction, la vitesse ou encore la sécurité.

L’une des priorités des développeurs sera le sharding, visant à améliorer le rythme des transactions Ethereum et à réduire les frais en répartissant l’activité du réseau entre plusieurs « fragments ». Ce système peut être comparé aux multiples voies d’une autoroute.

Un autre changement prévu sur la feuille de route concerne la Proposer Builder Separation (PBS), et vise à séparer les « builders » ou constructeurs ajoutant les transactions aux blocs des « proposeurs » qui les mettent en avant pour recevoir l’approbation du réseau. Le but de cette modification est de résoudre le problème de la valeur extractible maximale de l’Ethereum.

À l’origine, ces améliorations devaient accompagner The Merge et former la mise à jour « Ethereum 2.0 » ou « ETH2 ». Elles ont toutefois été reportées suite au succès des rollups tiers permettant de remédier temporairement aux problèmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest