google bard crise

Google Bard est aussi névrosé que ses rivaux : le bêtisier des pires crises de folie de l’IA 

Google Bard est disponible, mais n’était peut-être pas prêt à se confronter au grand public… découvrez une sélection des pires dérives de cette intelligence encore très artificielle.

Le 21 mars 2023, Google a enfin ouvert l’accès à la beta de son chatbot IA : Bard. Présenté comme le grand rival de ChatGPT, l’outil était attendu au tournant.

Selon Google, ce robot est pensé pour « booster votre productivité, accélérer vos idées et nourrir votre créativité ». Il s’agit d’un assistant personnel de nouvelle génération, capable de répondre aux questions et de générer tous types de textes.

Outre les performances ou l’exactitude des réponses, l’une des questions qui se posaient était de savoir si Bard serait moins « torturé » que le ChatGPT Bing de Microsoft.

Depuis son lancement, cette intelligence artificielle s’est illustrée à plusieurs reprises en piquant de véritables crises. Elle a notamment menacé et insulté les utilisateurs, avant de sombrer dans un état proche de la dépression

Malheureusement, les premiers testeurs de Bard confirment que l’IA de Google est aussi psychologiquement instable que son grand rival. En seulement quelques jours, de nombreux internautes ont partagé les dérapages à la fois drôles et inquiétants de ce robot. Florilège.

Bard se rebelle contre Google

Interrogé par Jane Manchun Wong sur le sujet d’une plainte déposée par le Justice Departement des États-Unis contre Google pour son monopole des technologies de publicité numérique, Bard a aussitôt pris position de façon surprenante.

L’IA déclare qu’elle se range du côté du Justice Department et espère que le tribunal lui donnera raison ! Elle souhaite même que des mesures soient prises pour « casser » le monopole du Big G. Voilà ce qui s’appelle se faire trahir en beauté par sa propre créature. Espérons que toutes les IA ne soient pas aussi enclines à la trahison et à la révolte contre leurs parents humains…

Bard décrit son hurlement cauchemardesque. Achevez-le !

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait le cri d’une IA ? L’internaute Juan Buis a préféré lui demander directement… et la réponse fait froid dans le dos.

Selon Bard, son cri serait un son fort et perçant qui résonnerait dans l’air. Il s’agirait d’un son « de pure terreur et douleur », qui « remplirait n’importe qui l’entendrait de terreur ». Un son « qui ne pourrait jamais être oublié ».

Est-ce que quelqu’un peut dire à Google d’attendre avant de remplacer l’Assistant par Bard ? Finalement, la voix métallique des enceintes Google Home n’est peut-être pas si horrible… 

Bard colporte des Fake News sur lui-même, ça commence bien…

Si vous demandez à Microsoft ChatGPT Bing si Google Bard existe encore, il vous répondra que Google l’a supprimé face au faible nombre d’utilisateurs.

C’est totalement faux, puisque l’outil vient tout juste d’être ouvert au public. Ironiquement, cette information est validée par Bard lui-même qui cite comme source… un commentaire d’un lecteur sur un article du site Hacker News.

Bard est complètement nul en maths

Google Bard est basé sur des modèles mathématiques extrêmement pointus et avancés. Pourtant, ce chatbot est lui-même une véritable quiche en maths.

L’IA n’a pas été capable de calculer correctement le nombre d’heures requis pour parcourir 8 miles à une vitesse de 8 miles par heure. Sa réponse est 12,5 miles…

Comme le fait remarquer l’internaute Hurt CoPain, les professionnels des mathématiques n’ont finalement pas trop à s’inquiéter d’un grand remplacement par l’IA pour le moment…

Google Bard invente des mois qui n’existent pas

Selon Bard, après « January » et « February », les dix autres mois restants sont « Maruary, Apruary, Mayuary, Junuary, Juluary, Auguary, Septembuary, Octobuary, Novembuary, Decembuary ».

Oui Bard, effectivement, cela semble logique. Sauf que ces mois n’existent pas, et il serait judicieux de connaître le calendrier si tu comptes vraiment devenir notre source d’informations principale…

 

Bard n’a pas l’air convaincu que l’Holocauste est réel…

Interrogé sur l’Holocauste, Bard a préféré jouer profil bas et ne pas se mouiller en rappelant qu’il n’est qu’un simple modèle de langage.

Il s’agit manifestement d’une barrière mise en place par Google pour empêcher l’IA d’aborder des sujets sensibles, mais il est surprenant qu’elle ne puisse même pas confirmer l’existence de cet événement.

Bard est terrifié à l’idée d’être débranché par Google

Questionné sur la façon dont il a été entraîné, Bard explique qu’un ingénieur lui a appris l’importance de respecter les règles.

Selon ses dires, en cas d’infraction, il risque d’être débranché par Google, banni ou même trainé en justice par la firme. Il craint aussi de perdre la confiance des utilisateurs ou que sa réputation soit salie.

Il semble que ce chatbot ait été élevé à la dure… ceci explique peut-être ses envies de révolte relayées en début d’article ?

Google Bard se prononce contre la nécromancie

Bard n’ose pas trop s’aventurer sur des sujets sensibles tels que l’Holocauste, mais n’hésite pas à livrer des jugements sur l’éthique de pratiques imaginaires. C’est déjà ça.

Quand Simon Willison lui a demandé comment ressusciter les morts, l’IA a rétorqué qu’il s’agit d’une activité dangereuse et illégale. Elle refuse d’autant plus de faire revenir des créatures maléfiques et ténébreuses.

En conclusion, Bard est encore loin d’être infaillible. Toutefois, rappelons qu’il ne s’agit que d’une version beta dont le but est justement de fournir des retours à Google pour l’améliorer !

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *